X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

CDE : Jean D’Amour, de la communication à la politique

durée 24 février 2023 | 11h14
  • Info Dimanche
    Par Info Dimanche

    [email protected]

    Jean D’Amour était l’invité au diner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise de la région (CDE) de Rivière-du-Loup qui se déroulait à l’Hôtel Lévesque ce 23 février. Connu pour sa carrière politique, il a plutôt commencé à travailler en communication avant de faire le grand saut.

    «C’est un peu arrivé par accident», amorce l’ex-député et ministre. Au Cégep de Rivière-du-Loup, après avoir échoué un cours, il a suivi une formation radio pour obtenir ses trois crédits manquants. Pendant les mois suivants, il a animé la radio communautaire de l’établissement une heure par semaine. Cette expérience a fini par le mener au CJFP (aujourd’hui CIEL-FM) où il s’est mis à faire des nouvelles. Il a été journaliste à la radio, mais aussi à la télévision, puisque les deux se situaient dans le même bâtiment.

    Un peu avant les années 90, Jean D’Amour commence à tremper en politique. Son premier contact se crée en 1985 alors que Robert Bourrassa, chef du Parti libéral du Québec, prend le pouvoir pour la deuxième fois. En tant que journaliste, M. D’Amour couvre la campagne électorale. Dans les semaines suivantes, il entend parler de la démission de l’attaché politique d’Albert Côté, député du comté. Il décide de se lancer en se disant que ça serait plus payant et rempli de nouveaux défis.

    «Ça a été.., entame-t-il. Un coup de foudre ça n’arrive pas souvent dans une vie professionnellement». Il est littéralement tombé en amour le 25 avril 1988 au bureau de circonscription du député Côté lorsqu’ils ont reçu de maire de Saint-Arsène à cette époque, André Roy, qui avait un projet d’infrastructure. «J’ai réalisé qu’on avait le pouvoir de régler des problèmes», se remémore M. D’Amour. Il a ainsi commencé à chérir le rêve d’un jour devenir député du comté à l’Assemblée nationale du Québec. Objectif qui lui aura pris 20 ans à accomplir.

    Après avoir été attaché politique pendant six ans, Jean D’Amour s’est présenté comme candidat, où il n’a pas réussi à être élu. Il est ainsi retourné à la radio CJFP où il a été chef de pupitre. En pensant à un éventuel retour en politique, il savait qu’il lui manquait une dimension économique. Pour se rapprocher du monde des affaires, il est donc devenu directeur général de la Chambre de commerce en 1997.

    UN SAUT EN POLITIQUE MUNICIPALE

    Avant que l’organisateur politique, Jacques Lévesque, ne lui propose, Jean D’Amour n’avait jamais pensé à la politique municipale. «Il fut pour moi un ami exceptionnel. […] Il me disait, si tu fais ce passage-là à Rivière-du-Loup et que ça va bien, les portes de l’Assemblée nationale vont s’ouvrir, tu vas y arriver.» En juillet 1999, il s’est donc présenté à la mairie et a gagné.

    «La politique a été pour moi cet instrument de développement», confie-t-il. Il avait la possibilité, le pouvoir d’améliorer, de faire avancer et bouger les choses. Pendant son règne comme maire, il a notamment mis en place la voie de contournement, vendu des terrains dans le parc industriel, accueilli les Jeux de la francophonie qui ont mené à la construction du Centre Premier Tech.

    Il souligne qu’il a vécu des années à extraordinaires à Rivière-du-Loup. «J’ai découvert que la politique municipale c’est la plus belle politique qui puisse exister. J’ai vécu l’autre après, je n’enlève rien à mon poste et de ministre, mais le contact avec les citoyens à tous les jours, quand ils sont contents ou non, tu le sais», indique-t-il. 

    Même si cette expérience lui a permis de se réaliser, M. D’Amour la voit surtout comme un bon tremplin. Dès 2007, il se représente comme candidat dans la circonscription où il fait face à Mario Dumont de L'Action démocratique du Québec (ADQ). Malgré 30 % des votes, Jean D’Amour vit une défaite. Quelque temps plus tard, il rencontre Jean Charest, chef du PLQ à cette époque dans un évènement qui lui indique : «Tu penses que ta vie politique est finie, mais elle n’est pas encore commencée».

    Quelques mois plus tard, Jean D’Amour retournait en politique pour éventuellement devenir le politicien connu par tous. Pour connaitre la suite et en savoir davantage sur Jean D’Amour, il suffit d’écouter la baladodiffusion en suivant ce lien : https://youtu.be/gqCmI0OadBo.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 14h26

    Transport collectif au Bas-Saint-Laurent : 89% de la population est favorable à une bonification des services

    Un sondage Segma Recherche confirme la forte adhésion de la population au projet de bonification du transport collectif proposé par la Régie de transport du Bas-Saint-Laurent et à son financement par la voie d’une majoration de la taxe sur les carburants. En effet, 60% de la population préfère une majoration de la taxe sur les carburants de ...

    19 juin 2024 | 12h35

    Un nouvel hôtel sera construit pour 2026 à Témiscouata-sur-le-Lac

    La Ville de Témiscouata-sur-le-Lac a annoncé que le projet d’hôtel, sur lequel elle travaille depuis plus de 10 ans, verra le jour en 2026. Sous la bannière Quality Inn, le nouvel hébergement estimé à environ 12 M$ comptera 60 chambres, dont plusieurs avec vue sur le lac. Le promoteur, Groupe Lamontagne, prévoit en plus du complexe hôtelier, la ...

    14 juin 2024 | 15h54

    Une annonce «historique» de 245 M$ pour soutenir l'écosystème entrepreneurial québécois

    Le gouvernement du Canada a fait plusieurs heureux, ce vendredi 14 juin, à l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup, alors que la ministre fédérale Soraya Martinez Ferrada a confirmé le renouvèlement d’ententes de contribution totalisant 245 M$ entre Développement économique Canada (DEC) et le Réseau des Sociétés d’aide au développement des ...