X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Le Groupe Lebel en attente dans deux projets majeurs

durée 30 novembre 2022 | 07h02
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Le Groupe Lebel attend toujours des 
nouvelles à la suite de sa demande faite 
il y a un an au bureau régional du 
ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à Rimouski pour son projet de 40 M $ à l’usine de Saint-Michel-du-Squatec. 

    «Quand j’ai rencontré Amélie Dionne, elle m’a fait part de l’existence d’un palmarès sur les performances des bureaux régionaux au niveau de l’environnement et Rimouski est bon dernier», soulève Louis-Frédérick Lebel, président-directeur général du Groupe Lebel. Les délais de traitement des demandes sont excessivement longs, soutient M. Lebel. Le dossier du groupe vient tout juste d’être ouvert, mais la réponse finale pour le projet va tarder.

    Le président-directeur général se désole de la situation puisque cette situation perdure depuis des années et qu’aucune action n’est effectuée pour la corriger. «On est un peu pris en otage», confie-t-il, parce qu’en attente d’une confirmation, le projet ne peut avancer. Il mentionne que les équipements pour la phase un sont déjà arrivés et qu’au départ, le Groupe Lebel s’attendait à les installer cet automne. Son échéancier pour son projet de construction d’une nouvelle usine à l’extérieur du village, en bordure de la route 295, est donc retardé.

    En ce moment, à Saint-Michel-du-Squatec, le Groupe Lebel compte deux scieries de chaque côté de la rivière, qui sont désuètes. M. Lebel explique qu’une de celles-ci sera détruite et que l’autre servira au séchage et au rabotage du bois. Les autres bâtiments seront utilisés à un autre escient. Il indique qu’aucun employé ne perdra son emploi. Près de cent travailleurs œuvrent à cette usine.

    CACOUNA

    Concernant l’usine de fabrication de granules de bois construite dans le parc industriel de Cacouna, son ouverture a été retardée d’un mois. Selon l’échéancier, elle devait ouvrir en décembre, mais en raison des délais de livraison, Louis-Frédérick Lebel espère un début des opérations à la fin janvier. Il ne reste que le raccordement électrique à réaliser avant que l’usine soit prête.

    Rappelons que ce projet se chiffre aussi à 
40 M $. Environ 22 travailleurs y œuvreront 
quotidiennement.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    24 juillet 2024 | 6h30

    12 terrains disponibles sur le parc du motel industriel de Notre-Dame-des-Neiges et Trois-Pistoles

    Une douzaine de terrains comptabilisant 73 000 mètres carrés, seront disponibles sur le parc du motel industriel de Notre-Dame-des-Neiges et Trois-Pistoles. Les terrains seront prochainement équipés des services publics en aqueduc, égouts, électricité, éclairage public et rue pour avoir accès aux divers terrains à usage commercial ou ...

    17 juillet 2024 | 6h59

    La Ville de Trois-Pistoles ranime son projet d’établissement hôtelier

    La Ville de Trois-Pistoles a récemment fait l’acquisition d’un ensemble de lots qui appartenaient à l’entreprise David Duperron Immobilier pour la somme de 450 000 $ afin d’y développer un établissement hôtelier de 70 chambres en bordure de la route 132, à l’ouest de la rue Jean-Rioux. Le maire de Trois-Pistoles, Philippe Guilbert, confirme que ...

    6 juillet 2024 | 6h00

    Projet éolien PPAW1: des places toujours disponibles devant le BAPE

    Si le projet éolien Pohénégamook–Picard–Saint-Antonin–Wolastokuk 1 (PPAW1) déchaine les passions, force est d'admettre que l'impact ne se ressent pas sur le nombre de participants aux séances du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Jeudi, l'organisme a précisé que plusieurs places étaient toujours disponibles pour toute ...