X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Groupe Lebel : investissement de 16 M $ à Dégelis

durée 25 novembre 2022 | 10h16
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Dans le cadre son plan quinquennal de modernisation, le Groupe Lebel a annoncé un investissement de 16 M $ pour son usine de Dégelis, ce 24 novembre. Selon Louis-Frédérick Lebel, président-directeur général, les travaux à réaliser constituent le dernier jalon afin d’amener l’usine à une taille respectable de niveau provincial et de la garder compétitive.

    La modernisation se décline en trois phases. La première constitue à travailler sur la sortie de l’usine et à traiter le bois avant-projet de novembre 2022 à janvier 2023. La seconde partie est le cœur du projet : les équipements seront changés, dont la ligne de gros bois, technologie qui date des années 1980. Ces changements se dérouleront du 5 mai 2023 et jusqu’aux vacances de construction de la même année. Enfin, les derniers travaux seront effectués au niveau de l’usine de rabotage. Ils auront lieu à partir de la fin de la phase deux et jusqu’à l’automne 2023.

    «On est partis de loin», estime M. Lebel. Lors de l’achat du bâtiment, 40 employés y travaillaient, une seule ligne de sciage fonctionnait et ne sciait que du petit bois. Le rabotage s’effectuait à une autre usine de Groupe Lebel dans la région témiscouataine. Aujourd’hui, 112 employés oeuvrent à l’usine de Dégelis sur deux lignes de sciage. Des séchoirs, des planeurs et la raboteuse ont été ajoutés au fil des années.

    Avec la construction d’un nouveau bâtiment qui remplacera la vieille partie de l’usine, le Groupe Lebel assure qu’il pourra scier davantage de bois en étant plus efficace. L’objectif des travaux est notamment de rester compétitif à leurs confrères. «L’usine va être beaucoup plus efficiente», confie Louis-Frédérick Lebel.

    Le président-directeur général a aussi voulu être rassurant : aucun poste ne sera aboli. Les places fermées sur la ligne de sciage désuète seront rouvertes sur la nouvelle et les employés pourront travailler au quart de nuit. Certains départs à la retraite sont aussi prévus.

    «Quand on parle du Groupe Lebel au Témiscouata, on parle d’une entreprise qui est très bien ancrée», se réjouit le préfet de la MRC du Témiscouata, Serge Pelletier. La compagnie détient de nombreuses usines un peu partout sur le territoire. Rappelons que le Groupe Lebel est implanté dans le Bas-Saint-Laurent depuis 66 ans.

    Le maire de Dégelis, Gustave Pelletier est certain que le nouvel investissement du Groupe Lebel amènera des retombées positives à la municipalité et contribuera à sa pérennité. Il a même révélé en exclusivité que la salle Guérette de l’aréna de Dégelis portera maintenant le nom du Groupe Lebel.
     

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    3 décembre 2022 | 6h05

    Parcourir la province pour dénicher de nouveaux talents

    Du 16 au 30 novembre, l’entreprise Premier Tech basée à Rivière-du-Loup a fait le tour du Québec dans le cadre de la troisième édition de sa Tournée d’embauche. Partout dans la province, les recruteurs ont rencontré plus de 150 personnes à fort potentiel pour se joindre à l’équipe toujours grandissante de la compagnie. «On a eu de beaux échanges, ...

    2 décembre 2022 | 6h00

    Près d’un demi-million versé en 15 ans par le Fonds Jeunesse Témiscouata

    Le Carrefour jeunesse-emploi de Témiscouata a présenté, mercredi dernier, la 26e remise des bourses du Fonds Jeunesse Témiscouata. L’initiative créée en 2007 a permis d’offrir 1132 bourses totalisant une somme de 446 475 $ à des jeunes ayant choisi d’effectuer un stage de formation, ou de venir s’établir et travailler ou démarrer une entreprise au ...

    30 novembre 2022 | 7h02

    Le Groupe Lebel en attente dans deux projets majeurs

    Le Groupe Lebel attend toujours des 
nouvelles à la suite de sa demande faite 
il y a un an au bureau régional du 
ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à Rimouski pour son projet de 40 M $ à l’usine de Saint-Michel-du-Squatec.  «Quand j’ai rencontré Amélie Dionne, elle m’a fait ...