X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Marie-Christine Martel partage son parcours entrepreneurial

Chargement du vidéo
durée 19 novembre 2020 | 15h24
  • Info Dimanche
    Par Info Dimanche

    [email protected]

    Voir la galerie de photos

    L’entrepreneure et auteure Marie-Christine Martel, cofondatrice de la chaine de restauration ThaïZone, était l’invitée du diner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise de la région de Rivière-du-Loup, le jeudi 19 novembre. Ses nombreuses expériences entrepreneuriales et de voyage l’ont menée à partager l’importance de trouver son équilibre et sa passion dans la vie.

    Marie-Christine Martel vient d’une famille modeste, sa mère était serveuse et son père, technicien pour Coca-Cola. Personne n’était entrepreneur dans son entourage. Après une année passée au Cégep, elle a eu l’impression de tourner en rond. Souhaitant sortir de sa zone de confort, elle a pris la route vers la Floride pour y apprendre l’anglais pendant six mois.

    «J’avais trois buts : apprendre l’anglais, ramasser des sous pour partir une entreprise et devenir millionnaire avant l’âge de 30 ans […] La vie, c’est aussi une façon d’apprendre, je suis une ‘’self-made’’ entrepreneure, j’ai appris grâce à des mentors, des livres et des gens sur ma route qui m’ont inspirée», a-t-elle raconté.

    La femme d'affaires a ensuite pris la direction de l’Australie, puis des États-Unis. Elle a travaillé quelques années sur des bateaux de multimilliardaires afin de continuer à voyager tout en accumulant des sous. «J’ai été amenée à faire un choix, soit travailler toute ma vie pour un salaire ou monter ma propre entreprise et faire en sorte que l’argent va travailler pour moi», résume Marie-Christine Martel.

    En revenant au Québec avec 100 000 $ US dans les poches, elle a démarré ThaïZone à la pyramide de Sainte-Foy, à Québec, après un refus de MTY Food Group de lui confier une bannière de Thaï Express. En trois mois, le menu, le concept, l’image et les recettes ont été élaborées. Le 7 octobre 2007, le restaurant a ouvert ses portes. Le succès a été fulgurant. Après avoir ouvert 25 restaurants, la franchise ThaïZone a été achetée par MTY pour 25,5 M$ en 2013. Elle est restée à l’emploi de MTY pendant 2 ans, même après avoir accouché.

    «J’ai vécu un gros postpartum et une dépression. Il a fallu que je réapprenne à vivre, que je trouve qui j’étais, ce que je voulais. Les choses se sont placées et l’immobilier est venu à moi naturellement. J’avais perdu la flamme, la passion. Après cette période sombre, je suis maintenant une femme heureuse, j’ai ma bannière en immobilier et je vise 10 M$ en actifs d’ici les prochaines années. J’ai rétabli l’équilibre dans ma vie», a-t-elle conclu.

    La prochaine activité du Centre des dirigeants d’entreprise de la région de Rivière-du-Loup aura lieu le 3 décembre prochain à l’Hôtel Lévesque. Il s’agira d’une activité de Noël animée par Mario Landry et la chef Létécia Bossé.

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    17 juillet 2024 | 6h59

    La Ville de Trois-Pistoles ranime son projet d’établissement hôtelier

    La Ville de Trois-Pistoles a récemment fait l’acquisition d’un ensemble de lots qui appartenaient à l’entreprise David Duperron Immobilier pour la somme de 450 000 $ afin d’y développer un établissement hôtelier de 70 chambres en bordure de la route 132, à l’ouest de la rue Jean-Rioux. Le maire de Trois-Pistoles, Philippe Guilbert, confirme que ...

    6 juillet 2024 | 6h00

    Projet éolien PPAW1: des places toujours disponibles devant le BAPE

    Si le projet éolien Pohénégamook–Picard–Saint-Antonin–Wolastokuk 1 (PPAW1) déchaine les passions, force est d'admettre que l'impact ne se ressent pas sur le nombre de participants aux séances du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Jeudi, l'organisme a précisé que plusieurs places étaient toujours disponibles pour toute ...

    5 juillet 2024 | 9h17

    La fusion entre les groupements forestiers de Témiscouata et de Métis-Neigette devra attendre 

    La fusion envisagée entre le Groupement forestier de Témiscouata et le Groupement forestier Métis-Neigette n’aura pas lieu, du moins à court terme. Le projet a été proposé aux membres lors d’une assemblée générale extraordinaire le 20 juin, mais le résultat s’est révélé insuffisant. Ce n’est toutefois que partie remise, estiment les ...