Publicité

12 novembre 2020 - 06:01

Les SADC du Bas-Saint-Laurent obtiennent 2,8 M$ de plus pour aider les petites entreprises

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Élisabeth Brière, secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles (Mélanie Joly), et Vallier Daigle, président du Réseau des SADC et CAE, ont participé à une conférence de presse virtuelle le 5 novembre pour annoncer une nouvelle aide de 2,8 M$ pour le Bas-Saint-Laurent.

La députée fédérale de Sherbrooke a également dressé le bilan de l’appui offert aux entreprises dans le cadre du Fonds d’aide à la relance régionale (FARR), dans le contexte de la pandémie de la COVID-19. «Quelque 71 M$ ont été investis au Québec dans la première phase du programme FARR et 23 M$ dans cette deuxième. Les SADC et les CAE ont démontré, une fois de plus, leur rôle crucial : leurs services de proximité, leur expertise et leur dynamisme ont permis à des milliers d’entrepreneurs d’être mieux outillés pour la relance économique. Je suis fière que DEC réitère sa confiance envers les SADC et les CAE, qui nous aident à passer à travers ces moments difficiles», a mentionné Mme Brière.

«La première phase (du 1er juin au 31 aout 2020) a permis au Bas-Saint-Laurent de rendre disponible 7 764 693 $ pour soutenir 492 entreprises et 9 projets collectifs», a précisé M. Daigle, également président de la SADC du Témiscouata. Les prêts consentis pouvaient aller jusqu’à 40 000 $ dont 27 % étaient potentiellement exempt de remboursement par les entrepreneurs. «En plein cœur de la pandémie, les SADC du Bas-Saint-Laurent ont été fières de collaborer à la dispensation du programme FARR», a ajouté le président du Réseau. C’est donc une somme de 2 827 000 $ qui a été accordée pour le territoire bas-laurentien dans la deuxième phase. Plus précisément, chaque SADC pourra compter sur 352 039 $ de Développement économique Canada.

Lors de la première phase, la SADC de Témiscouata a pu bénéficier d’une aide de 1,2 M$ ce qui a permis de soutenir 56 entreprises et 4 projets de développement local. Celle de Rivière-du-Loup a également investi près d’un million de dollars pour aider les entrepreneurs de la région. Le Kamouraska a aussi reçu plus d’un million en argent pour contribuer au développement de son économie. Outre du financement, le programme FARR a permis des interventions en aide technique, comme l’accompagnement d’experts dans l’intégration des technologies, les sites web transactionnels, les services de livraison, etc. Des projets de développement économique ont permis de mettre en place des campagnes d’achat local, des sites de promotion de produits et services offerts aux consommateurs dans leur région ou encore des rendez-vous de formation ou d’informations pour les entrepreneurs.

Christophe et Guillaume Lelièvre St-Pierre, de l’entreprise Destination Haute Mer de Matane, ont témoigné de l’appui reçu dans le cadre du programme FARR. «On était en plein démarrage à l’été 2020, c’est grâce à ça que l’on a pu se développer et innover dans l’offre touristique. Ç’a contribué plus précisément à notre fonds de roulement. Nous sommes très heureux d’être ici ce matin (conférence de presse) et de proposer la mer sur un plateau d’argent», ont mentionné les deux frères entrepreneurs.

«Nos professionnels et administrateurs bénévoles ont travaillé avec agilité pour aider rapidement les entrepreneurs et nos collectivités à faire face aux conséquences de la COVID-19, affirme Vallier Daigle. Je suis très heureux de cet appui supplémentaire du gouvernement fédéral qui nous permettra de poursuivre nos efforts. Ce support additionnel est nécessaire et je tiens à remercier l’honorable Mélanie Joly et Mme Brière pour leur écoute. Je remercie également Développement économique Canada pour les régions du Québec pour la mise en place rapide de cette mesure efficace. Nous travaillons tous ensemble pour que les entrepreneurs gardent confiance», a ajouté M. Daigle.

Les 67 SADC (Sociétés d’aide au développement des collectivités) et CAE (Centres d’aide aux entreprises) travaillent depuis près de 40 ans au développement économique de leur collectivité.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article