Publicité
14 juillet 2019 - 14:53 | Mis à jour : 16 juillet 2019 - 08:19

Mises à pied chez Bombardier La Pocatière: Le CSN et le CCBSL réagissent

Toutes les réactions 2

Le 12 juillet, les représentants du Syndicat des employés de Bombardier La Pocatière (CSN) et du Conseil central du Bas-Saint-Laurent (CCBSL) ont dénoncé l’inertie du gouvernement. Cela fait suite à l’annonce par Bombardier cette semaine indiquant que 87 personnes seraient mises à pied pour l’automne, à l’usine de La Pocatière.

Claude Michaud, président du syndicat trouve qu’il est déplorable d’assister à ces mises à pied, alors qu’il y a des moyens connus de mieux assurer les emplois. Il ajoute qu’en adoptant des garanties de contenu local pour le matériel roulant, cela assurerait le maintien des emplois d’ici.

De son côté, Nancy Legendre, présidente du Conseil central du Bas-Saint-Laurent rappelle que les travailleuses et travailleurs de Bombardier à La Pocatière ont récemment vu plusieurs contrats publics importants leur passer sous le nez : « Ils n’ont pas été retenus dans le projet du REM, justement parce qu’il n’y a aucune exigence de contenu local sur le matériel roulant. Le contrat de VIA Rail pour remplacer la flotte de Québec-Windsor leur a également échappé au profit de Siemens en Californie. C’est indéfendable pour les travailleurs et pour l’ensemble de la région dont l’économie est affectée. »

Madame Legendre et monsieur Michaud se désolent de ces rendez-vous manqués et exhortent le gouvernement à agir rapidement. « On annonce de plus en plus de grands projets, notamment, en mobilité, alors qu’on voit se profiler à l’horizon la construction des voitures du tramway de Québec et du prolongement de la ligne bleue. Il existe encore un avenir pour nos emplois » déclare Claude Michaud. « La construction d’une éventuelle ligne de métro à Montréal est également dans l’air, donc il faut cesser d’accumuler les rendez-vous manqués, saisir ces chances et agir concrètement pour soutenir les emplois d’ici en maximisant les retombées pour le Québec », a conclu Nancy Legendre.

Rappelons que ces nouvelles mises à pied surviennent juste après le licenciement de quelque 550 travailleurs à l’usine de Thunder Bay en Ontario.

 

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Je suis d'accord avec ton commentaire ''RENÉ L.'', mais j'aimerais que tu signe ton nom au complet ou bien tu fait comme les autres anonymes pour ne pas mélanger les'' joueurs''. Prend un pseudo. C'est la mode pour commenter sur ce blogue.

    René Lapointe - 2019-07-17 05:32
  • Décevant. Si notre bon gouv provincial Libéral précédent n'avait pas donné le contrat du REM en Inde, ces employés auraient tout un contrat. C'est comme le contrat du traversier de Matane qui avait été donné en Italie alors que la Davis pouvait très bien le construire,ils n'en seraient pas à avoir ce problème de traversiers.

    René L. - 2019-07-16 16:01