Publicité
8 mai 2019 - 15:43

SAQ: une diminution de majoration qui profite aux microdistillateurs

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 2

La Société des alcools du Québec (SAQ) a annoncé le lundi 6 mai qu’elle abaissait sa majoration à 52,1 %, soit une diminution de près de 2 %. À la Distillerie Fils du Roy de Saint-Arsène on qualifie cette baisse de «bonne première étape».

Une bonne nouvelle à l'approche de la saison estivale. «On est content. Ça nous libère pour cet été. Nous avons déjà pu engager quelqu'un et ça nous permet d'ouvrir notre boutique pour l'été», souligne le copropriétaire, Jonathan Roy.

À noter que le cout payé sur place sera le même que dans les succursales de la SAQ.

Mais ce dernier ne s'en cache pas, la société d'État devra faire plus pour se rapprocher des provinces voisines. À titre d'exemple, le Nouveau-Brunswick applique une majoration de 8 %. Le gin Thuya produit par la Distillerie Fils du Roy du Nouveau-Brunswick est ainsi vendu 10$ de moins que sa version québécoise.

M. Roy se désole aussi que les distillateurs québécois restent encore soumis à un processus de vente et de majoration auxquels n'ont pas à se soumettre les autres producteurs d'alcool. «Un producteur de cidre qui décide de produire une eau-de-vie n'a pas à subir une telle majoration.»

Le copropriétaire de la distillerie Fils du Roy estime néanmoins que ce deuxième pas est encourageant pour les distillateurs québécois. En effet, depuis juillet dernier, ils peuvent offrir leurs produits directement à leur clientèle à partir de leurs locaux. Cette vente implique toutefois des frais supplémentaires liés à l’embauche de personnel sans avoir une plus grande marge de manœuvre.

Pour les distillateurs, la nouvelle majoration vient en partie corriger cette situation.

Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Interesant.

    Juan José Hernández - 2019-05-09 19:48
  • Que la société des alcools récolte 52,1% des revenus pour un produit qu'elle ne produit pas, ne transporte pas, n'entrepose pas et ne vend pas me semble totalement mafieux. Que le gouvernement prélève les taxes sur les produits de luxes et les alcools et drogues, je veux bien, mais c'est totalement disproportionné par rapport à la bière et au cannabis... et pourquoi le faire à travers la société d'état?

    Ce genre de taxation injustifiable ternit l'image de la société d'état et nuit à cette nouvelle industrie en plein essor au Québec qui, comme celle des microbrasseries, deviendra un moteur intéressant pour l'industrie touristique et l'achat local. C'est un pas dans la bonne direction mais, à ce rythme là, c'est comme monter à Québec à pied, on n'a pas fini de faire des pas.

    Frank Malenfant - 2019-05-08 17:34