X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

L’usine de biométhanisation atteint un volume suffisant

durée 13 avril 2018 | 13h04
  • Après moult péripéties et reports, l’usine de biométhanisation de la SEMER a atteint un volume suffisant de biogaz pour le démarrage du bioraffinage qui devrait s’effectuer au plus tard à la fin mai. La nouvelle a été confirmée par le préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé.

    «Ça fait un bout que les volumes convergent. Malgré le froid, la production du biogaz actuellement via le LET et les matières accueillies à l’usine a atteint 450 mètres cubes par heure. On sait qu’avec les températures plus chaudes nous aurons aussi plus de matières», souligne M. Lagacé. La hausse marquée de l'augmentation de la valeur de la molécule du biogaz observée cet hiver s'est donc maintenue.

    Ce dernier avance que des discussions avec des partenaires tant publics que privés visant l’approvisionnement en matières allaient rondement. En ce sens, il a encensé le travail effectué par la mairesse de Rivière-du-Loup, Sylvie Vignet, qui a contribué à ouvrir certaines portes.

    «Son contact avec les autres, principalement avec les partenaires publics, donne des résultats très positifs. Elle sait rejoindre les gens, elle sait comment les rassurer», a lancé le préfet. Il n'a toutefois pas voulu identifier les partenaires potentiels.

    SEMER

    La SEMER est donc à pied d’œuvre depuis quelques semaines afin d’assurer pleinement le succès des deux dernières étapes du bioraffinage, soit la transformation du biogaz en gaz naturel liquéfié renouvelable « GNL-R ». Selon M. Lagacé, la mise en route et l’entretien préparatoire sont en voie de réalisation à ce moment-ci.

    Plusieurs embuches ont parsemé le parcours de la première usine de biométhanisation de ce type au monde, retardant du même coup la liquéfaction du méthane à y être produit. «Il y a eu la suspension des deux dernières étapes en 2016, des bris, mais nous avons continué de regarder vers l’avant, en nous attaquant aux problèmes un à un. Nous aussi procédé à l’augmentation de la robustesse de pièces critiques», précise M. Lagacé.

    Rappelons qu'en décembre dernier, l’organisation a présenté un déficit de 3,1 M$. Un exercice financier qui ne tenait pas compte de l'année 2017.

    D'ici quelques semaines, concordant avec le début de la production du GNL-R, une vaste campagne de sensibilisation sera lancée.

    commentairesCommentaires

    8

    • C
      Cibole
      temps Il y a 4 ans
      Félicitation nous devons être fier de pouvoir dire que nous avons un des gaz qui coûte le plus cher au monde. Nous devons aussi être fier de la pollution que nous devons produire c’est à dire des camion des gros camions sur les routes pour la collecte et qui vont venir de plus en plus loin un gros merci aux décideurs. Décourageant vraiment et vous êtes fier ........
    • R
      Realiste
      temps Il y a 4 ans
      Cibole ta vraiment raison j’aimerais bien savoir le pris de litre sa ferait le tour du monde et la région serait connu mondialement 😂😂😂
    • AA
      André Allard
      temps Il y a 4 ans
      Bonjour pour info l, Université de la Californie à déjà fait le même exercice de produire du GNL metane liquéfier. Conclusion après les travaux .( Aucune valeur commerciale ) Ici ont est tu meilleure... Ont vas dépasser les 45,000,000$ pour 13,000 tonnes année.Compostage -de 4,000,000.
    • A
      Agenda
      temps Il y a 4 ans
      Tu as bien raison Civile
    • VLBB
      Vive les bacs bruns
      temps Il y a 4 ans
      @Sarcastique en Cibole

      Ouais...si vous avez d'autres solutions en ce qui concerne la transformation de nos déchêts en enérgie renouvelable et la réduction par tonnes d'ordures facturées à la municipalité par le dépotoir, je suis très ouvert de vous entendre là-dessus...
    • LM
      Le Méthaneux
      temps Il y a 4 ans
      L'usine de biométhanisation coûte 28 millions, mais avec le temps elle va s'autofinancer et peut-être même faire des revenus, alors que si les élus auraient choisi le compostage, ça aurait coûté 10 millions et ça aurait jamais été rentable.

      Bien que ça n'a pas été facile de produire du biogaz, c'est de loin la meilleure solution.

      Bravo
    • C
      Cibole
      temps Il y a 4 ans
      Du composte local pour un éviter des millions de dollars gaspillés et surtout éviter les long transports en camion qui son extrêmement polluants.
    • BTBB
      beau ti-bac brun !
      temps Il y a 4 ans
      La SÉMER a besoin de 450 mètre cube à l’heure pour fonctionner,,,,
      C’est un peu comme de dire : »mon automobile à besoin de 150 litres dans le réservoir sinon quand je vais monter une côte , il va arrêter!! « 

      c’est quand même un beau projet j’espère que ça va marcher un peu. Imaginez-vous le danger avec toutes ces installations. Nous devrions avoir des caméras, gardien de sécurité , clôture barbelés , être prêt pour au cas d’incendi ,, c’est sérieux ce projet là ces pas n’importe quois , on l’oublie. Parfois on traite cette usine comme la cantine à patate frittes du coin .

    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 8h49

    Les frères Bonneville invités au diner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise

    François Xavier et Marc-Antoine Bonneville de Lepage Millwork étaient les invités au diner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise de la région de Rivière-du-Loup qui se déroulait à l’Hôtel Lévesque ce 24 novembre. Les frères se sont confiés sur leurs débuts et la difficulté de se tailler leur propre place dans l’entreprise ...

    26 novembre 2022 | 10h58

    Réouverture du Resto des Basques à Trois-Pistoles

    Le Resto des Basques de Trois-Pistoles a rouvert ses portes le mercredi 23 novembre, après une fermeture de quelques semaines. Cette pause qui était effective depuis le 5 septembre a permis à l’équipe du restaurant de repenser tout le menu. Pour cette première semaine, seule la salle à manger est ouverte. Le chef Philippe Therriault et son équipe ...

    25 novembre 2022 | 10h16

    Groupe Lebel : investissement de 16 M $ à Dégelis

    Dans le cadre son plan quinquennal de modernisation, le Groupe Lebel a annoncé un investissement de 16 M $ pour son usine de Dégelis, ce 24 novembre. Selon Louis-Frédérick Lebel, président-directeur général, les travaux à réaliser constituent le dernier jalon afin d’amener l’usine à une taille respectable de niveau provincial et de la garder ...