Publicité

3 novembre 2015 - 15:45

Énergie Est

TransCanada tient une soirée d’information à Saint-Honoré

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 2

Saint-Honoré-de-Témiscouata – TransCanada avait invité la population de la région, plus particulièrement du Témiscouata, à une soirée d’information portant sur la sécurité et les interventions d’urgence en lien avec le projet Oléoduc Énergie Est, le lundi 2 novembre de 16 h à 20 h au Centre communautaire Roland-Morin de Saint-Honoré-de-Témiscouata.

Info Dimanche s’est rendu sur place pour discuter avec Tim Duboyce, spécialiste principal des communications (sous-traitant) pour TransCanada. « C’est le début d’une tournée sur la sécurité dans laquelle nous abordons plus particulièrement la construction du pipeline et la protection de l’environnement. La sécurité demeure une priorité pour les citoyens », a commenté M. Duboyce. « L’oléoduc est la façon la plus sécuritaire pour transporter le pétrole, quatre fois et demi plus sécuritaire que le rail sur des longues distances », a-t-il souligné.

DÉPÔT D’UN AMENDEMENT

Le porte-parole de TransCanada a précisé que d’autres soirées d’information seront également tenues au Nouveau-Brunswick et au Québec dans les prochains jours. À la suite de celles-ci, TransCanada entend déposer à l’Office national de l’énergie (ONÉ) un amendement à son projet Oléoduc Énergie Est et ce, d’ici la fin de 2015.

« C’est toujours possible un terminal maritime au Québec, nous n’avons pas terminé les analyses. Un terminal ou non et les ajustements du tracé, ce sera compris dans l’amendement déposé à l’ONÉ », a noté Tim Duboyce lorsque questionné à l’effet que TransCanada ne prévoirait plus qu’un seul port pétrolier dans l’est, notamment au Nouveau-Brunswick. Quant au tracé de l’oléoduc, sur les cartes que nous avons pu consulter lundi dernier, il est resté semblable au Témiscouata, passant notamment sur le territoire des municipalités de Saint-Honoré, Saint-Elzéar, Saint-Eusèbe et Dégelis.

PROJET DE TRANSCANADA

M. Duboyce a également précisé ce que pourrait être l’échéancier du projet : début de la consultation du Bureau d’audience publique sur l’environnement (BAPE) dans la première moitié de l’année 2016, audiences de l’ONÉ en 2016 également, décision en 2017, construction en 2018 et 2019 et mise en service en 2020. L’entreprise a déjà déposé un dossier de 30 000 pages à l’ONÉ dans un premier temps plus 10 000 autres pages au début de l’année 2015. Le processus officiel d’analyse devrait durer 15 mois.

Le projet Oléoduc Énergie Est traverse 7 provinces et est estimé à 12 milliards de dollars par la compagnie et transporterait 1,1 million de barils par jour, incluant du pétrole issu des sables bitumineux, ce qui en fait le plus important projet de pipeline en Amérique de Nord.

 

 

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

2 réactionsCommentaire(s)
  • Ils vont pas lâcher le morceau, un jour ? On n'en veut pas, de leur pétrole sale !

    Yoann - 2015-11-04 06:00
  • Comment peut-on se présenter à Paris avec la volonté de lutter contre les changements climatiques et accepter en même temps qu'on laisse passer sur le territoire du Québec un oléoduc qui va assurer le transit de 1,1 million de barils/jour, ou 12,73 barils/seconde ?

    Au Québec, on accepte que Irving ait transporté du pétrole mal identifié et qui a entraîné la destruction du centre de Lac Mégantic, et la mort de 47 personnes.

    De plus, la compagnie Irving Ship building de la Nouvelle-Écosse va construire des bateaux pour des dizaines de milliards de dollars et le Chantier Maritime de Lévis n'aura rien du fédéral, alors qu'en 2014, la Lloyds de Londres a accordé au chantier de Lévis la meilleure cote pour le chantier le plus performant en Amérique du Nord.

    Et Irving utilise les PARADIS FISCAUX pour payer le moins d'impôts possibles au Canada.

    Pour quoi nous prenez-vous ?

    André Mainguy - 2015-11-03 16:45