Publicité

4 août 2015 - 06:18 | Mis à jour : 09:19

Un coup de pouce pour démarrer son entreprise

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Rivière-du-Loup – L’entreprise Tout sous un même chef, dirigée par Cynthia Émond roule sa bosse depuis 2010 dans la région. Cette entrepreneure a eu recours au service de mentorat de 2012 à 2014 pour l’aider à gérer son entreprise.

Afin de démarrer son projet Tout sous un même chef, Cynthia Émond a eu recours à du financement personnel. Elle est ensuite entrée dans le programme de mentorat de la Chambre de commerce de Rivière-du-Loup en étant redirigée vers cette ressource par la Fondation canadienne des jeunes entrepreneurs.  

CRÉATION D’ENTREPRISE

Cynthia Émond a toujours travaillé dans le domaine de la restauration, que ce soit dans des auberges ou encore en donnant des ateliers alimentaires dans les épiceries. Elle désirait avant tout conjuguer hôtellerie et restauration dans une seule et même entreprise. Avec son entreprise, elle offre maintenant un service de traiteur, pouvant fournir des repas pour des groupes de 175 à 200 personnes.

Pour l’entrepreneure, connaître un mentor avec du bagage lui a permis de constater qu’il est possible de faire des grandes choses tout en restant près des gens. «On a toujours une image des gens d’affaires qui sont un peu froids, mais il est possible d’être en affaires et d’offrir un service de proximité, près des gens et c’est ce que je fais depuis le début», explique-t-elle.

UN ALLIÉ

Son mentor l’a dirigée vers des ressources disponibles dans son milieu afin de faire valoir ses forces et de combler ses faiblesses. La comptabilité représentait un défi aux yeux de Cynthia Émond, et son mentor l’a référée afin que ses finances soient bien gérées et accessibles. «Le mentor restera toujours un allié en affaires, je suis certaine que si j’ai une question à lui poser, il acceptera de me répondre même si nous n’avons plus de rencontres», a-t-elle constaté.

«Mon mentor me disait souvent qu’il fallait que je me respecte et que je trouve mon équilibre. Quand on est entrepreneur, il faut avoir les nerfs solides. On s’en prend beaucoup sur les épaules. Il peut nous aider et nous diriger pour mieux passer à travers les difficultés», confie-t-elle. Selon Cynthia Émond, avoir recours au mentorat est la meilleure chose qu’elle pouvait faire pour son entreprise et pour elle-même.

Elle n’exclut pas avoir de nouveau recours au service de mentorat de la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup dans le futur. «En cinq ans, j’ai évolué, et mon entreprise aussi. Je pourrais avoir encore recours au mentorat pour savoir si je m’en vais dans la bonne direction, et rajuster le tir, si c’est nécessaire», a-t-elle conclu.

DOSSIER : Le mentorat, une vocation pour Bruno Gagnon

Publicité


Publicité

Commentez cet article