X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Signature du contrat d’approvisionnement en électricité pour le projet éolien Nicolas-Riou

durée 17 février 2015 | 15h44
  • Trois-Pistoles - EDF EN Canada inc., Énergie Éolienne Bas-St-Laurent (EEBSL), société détenue par les MRC du Bas-Saint-Laurent ainsi que la Première Nation Malécite de Viger et la Régie intermunicipale de l'Énergie - Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine (RIEGÎM), composée des MRC de la région ainsi que de l’agglomération des Îles-de-la-Madeleine, ont annoncé aujourd’hui la signature du contrat d’approvisionnement en électricité (CAE) pour les 224,4 MW du projet éolien Nicolas-Riou.

    Sélectionné par Hydro-Québec Distribution dans le cadre de son appel d’offres de 2013 (A/O 2013-01), le projet est détenu à 50% par EDF EN Canada, à 33% par EEBSL et à 17% par RIEGÎM.

    Situé dans les MRC des Basques et Rimouski-Neigette, le Projet compte 68 éoliennes Vestas, modèle V117, d’une puissance de 3.3 MW chacune. Représentant un investissement d’environ 500 millions de dollars canadiens le Projet pourrait créer jusqu’à 400 emplois durant la phase de construction.

    Nicolas-Riou est l’un des huit projets éoliens attribués à EDF EN Canada dans le cadre des appels d’offres d’Hydro-Québec Distribution de 2008, 2010 et 2013.

    Selon Gilbert Scantand de la RIEGÎM et Michel Lagacé d'EEBSL, « les régions de la Gaspésie et des Iles-de-la-Madeleine, du Bas-St-Laurent et la Nation Malécite de Viger sont très heureuses d'être associées avec EDF EN Canada dans le projet éolien communautaire Nicolas-Riou. La concrétisation de ce projet ambitieux amènera des retombées économiques territoriales fort importantes et des bénéfices liés à l'actionnariat qui permettront aux actionnaires publics d'avoir accès à de nouveaux leviers financiers indispensables pour le développement socio-économique de nos milieux ».

    Suite à sa signature, le contrat d’approvisionnement en électricité devra être approuvé par la Régie de l’énergie.

     

    commentairesCommentaires

    14

    • J
      Jen
      temps Il y a 7 ans
      Bravo M. Denis
      Vous avez gagné....
      Vous aurez peu être pas un parc... Et ces droits de chasse et peche...
      Mais de l,$$$
      Avec ce parc oellien...
    • LC
      Luc Chouinard
      temps Il y a 7 ans
      Le vent est un bien collectif, alors, moi aussi je veux ma redevance. Pas seulement les hausses d'Hydro, qui servent à payer les éoliennes.
    • G
      G.Duquette
      temps Il y a 7 ans
      @ JEn

      Vous avez oublié de féliciter dans votre commentaires les résidents des MRC du Bas-Saint-Laurent qui eux ont obtenus deux fois plus d'argent de la Nation Malécite de Viger.

      Ah oui, vous avez aussi oublié de mentionner Énergie de France (EDF) qui se voit attribué 50% des bénéfices.

    • F
      Frank
      temps Il y a 7 ans
      Méchante belle gagne de chialeux...peut importe le sujet apporté dans ce journal il y a toujours une poignée de roteux qui critiquent...je ne voudrais pas être obligé de passer 1 semaine avec la plupart d'entre vous. j'espère que ce n'est pas tous les résidents du bsl qui sont comme ça !
    • J
      Jos
      temps Il y a 7 ans
      Dommage de briser un si beau territoire forestier et une pouponière d'orignaux (pour reprendre une expression qui a fonctionnée pour les bélugas) pour installer des moulins à vents dont on a pas besoin. Hydro-Québec nage dans les surplus et doit les écouler à 4 cents le KW/H aux US et Ontario. Attention hausse de vos factures d'Hydro à prévoir pour combler l'écart entre le coût de production et le prix de vente.
    • ML
      Marcel Lemieux
      temps Il y a 7 ans
      Le questionnement sur la rentabilité de l'énergie éolienne dans notre région est bien légitime.
      Cependant, elle crée des emplois,l'énergie qu'elles produisent est verte; donc aucun danger de déversement sur nos terres, nos rivières ainsi que notre fleuve.

      Je suis libre de m'exprimer alors je signe.
    • J
      Jos
      temps Il y a 7 ans
      l'énergie qu'elles produisent est verte. Attention, il faut tenir compte de toute l'activité économique qui se passe pour qu'on ait finalement une éolienne installée et prête à produire. Pensons au pétrole qui est utilisé pour fabriquer les métaux et les transporter, ainsi que toutes les pièces qui la composent. Des pièces qui ont voyagées sur les milliers de KM par bâteau et camion, etc. Ensuite, ont les assemble dans des usines pour les envoyer en pièces détachées par camions sur des centaines de KM. On coupe du bois, pour les installer, etc. Toutes ces activités sont-elles comptabilisées avant de déclarer que c'est une énergie verte? Ça donne l'impression d'être vert, mais est-ce que ce l'est vraiment? Je dirais plutôt que c'est une énergie alternative renouvelable. De plus sont caractère imprévisible fait en sorte qu'il est impossible de savoir si la production sera au rendez-vous lorsque la demande sera forte.
    • ÉL
      éco-logique
      temps Il y a 7 ans
      @ Jos : quel mal vous vous donnez pour essayer de nous convaincre que l'éolien n'est pas si vert que ça. Franchement c'est un peu désolant. Si les éoliennes ne sont pas vertes, mais que diable nous reste-t-il comme source d'énergie que passera la rampe!!!

      En passant, les éoliennes se jumellent de façon intéressante aux barrages en permettant de réduire leur utilisation et de faire monter le niveau des eaux retenues en période de faible demande, lesquelles eaux peuvent ensuite être turbinées sans réserve en période de forte demande. Les barrages sont alors comme des accumulateurs qui sont rechargés par les éoliennes.

      En plus, même si leur niveau de production est variable, en répartissant les éoliennes sur des territoires éloignés les uns des autres, cet inconvénient peut être atténué : il peut venter peu dans une région et venter plus dans une autre au même moment. Enfin, contrairement à une certaine croyance populaire, c'est en hiver que les éoliennes produisent le plus parce que les vents les plus forts et que l'air est plus dense.

      En terminant, à part les très rares commentaires positifs, disons que je donne un 100 % au commentaire que Frank fait à l'égard des chialeux...
    • G
      G.Duquette
      temps Il y a 7 ans
      @ Joe

      L'empreinte écologique pour la durée de vie d'une éolienne de .85 à 3,0 M est de : 9 grCO2éq./kwh. (grCO2éq.`= gramme de CO2 équivalent

      Comparativement :
      Hydro-électricité au fils de l’eau : 4 grCO2éq./kwh. (ex. : Beauharnois)
      Une centrale nucléaire : 6 grCO2éq./kwh.
      Hydro-électricité avec barrage : 10 grCO2éq./kwh.
      Une centrale au gaz naturel en émet entre 400 et 800 grCO2éq./kwh.
      Une centrale au charbon émet environ 1 000 grCO2éq./kwh.
      Une centrale avec mazout lourd ou bitumineux : 1 200 grCO2éq./kwh.

      Maintenant en tenant compte de la filière complète qui va de la conception, au démantèlement,
      Éolien passe de 9 à 40-60 grCO2éq./kwh.
      Hydro-électricité au fils de l’eau : passe de 4 à 20-40 grCO2éq./kwh.
      Une centrale nucléaire passe de 6 à plus de 200 grCO2éq./kwh.
      Hydro-électricité avec barrage passe de 10 à environ 40-60 grCO2éq./kwh. (selon les sources et sans compter les lignes de transport qui sont beaucoup plus longue que l’éolien érigé plus près des centres.)
      Pour ce qui est des centrales thermiques (gaz naturel, charbon mazout lourd et bitumineux) elles émettent déjà tellement de CO2éq.que le coût de conception et démantèlement est minime.

      En conclusion l’Éolien se classe parmi les énergies émettant le moins de CO2éq./Kwh.
      Cette technologie étant relativement nouvelle, les avancées technologiques feront en sortes que les émissions n’iront qu’en diminuant ce comparativement aux technologies des centrales thermiques et hydro-électriques qui elles sont matures et donc ne peuvent gagner que peu en efficacité. (ex. : Centrales thermiques ont plafonnées à 30-40% d’efficacité depuis des lustres (30-40% d’efficacité = pour chaque kW d’énergie consommé par le brûlage de charbon, mazout lourds et mazout bitumineux seulement 0.30 à 0.40 KW seront produit.)

      Pour ce qui est du solaire, la technologie étant encore au stade évolution rapide, les chiffres d'aujourd'hui ne seront plus valide demain.
    • J
      Jos
      temps Il y a 7 ans
      @ G Duquette, intéressants comme chiffres. À ce que je vois des gens sérieux se sont posés les mêmes questions et ont fait des analyses. C'est comme ça que marche la science. Ceci dit, le CO2 n'est pas de la pollution, c'est un gaz à effet de serre mais pas de la pollution. Admettons que la production de CO2 de l'éolien soit comparable aux barrages, ne serait-il pas avantageux de ne rien construire si le besoin en énergie n'est pas là? L'éolienne la plus écologique c'est celle qu'on ne construit pas si on en a pas besoin. À quoi bon s'acheter une tondeuse électrique si on a pas de gazon à tondre. La production actuelle suffit à la demande dans 99% des cas. Dans les pics de demandes, il faut importer mais c'est quand même assez rare. Des projets hydro-électriques ont été annulés car la demande n'y était pas. Pourquoi alors construire des éoliennes si ce n'est que pour des motifs politiques.
      Bref c'est très questionnable et toutes les questions sont légitimes.
    • G
      G.Duquette
      temps Il y a 7 ans
      @ Jos

      Vous dites que le CO2 (un acide faible) n'est pas un polluant. Désolé mais il est considéré comme un polluant car l'augmentation de sa concentration dans l'atmosphère, les plans d'eaux (lacs aux océans) perturbent le milieu et entraîne des changements néfastes à l'environnement (comme ex.: l'acidification des océans perturbe la chaîne planctonique pour ne nommer que cette chaîne).

      Définition polluant : un altéragène biologique, physique ou chimique, qui au-delà d'un certain seuil, et parfois dans certaines conditions, développe des impacts négatifs sur tout ou partie d'un écosystème ou de l'Environnement en général.

      De plus, vous abordez le terrain écologique (...l'énergie qu'elles produisent est verte. Attention, il faut tenir compte de toute l'activité économique qui se passe pour qu'on ait finalement une éolienne installée et prête à produire....) j'y réponds objectivement et vous continuez sur le terrain politique pour supporter votre opposition aux éoliennes en ajoutant un sophisme (…L'éolienne la plus écologique c'est celle qu'on ne construit pas si on en a pas besoin..) Je répondrai à cela par un autre sophisme.
      Certaines tribus de l’Amazonie vivent en réclusion totale et se passent à 100% de pétrole donc point besoin de pétrole dans le monde.

      La filière en développement de l’éolienne est une filière qui présentement est justement en développement et la planification énergétique de l’Amérique du Nord) en est une très aléatoire (qui aurait dit que le pétrole aurait été en surplus il y a à peine 10 ans???).
      Plusieurs barrages arriveront en fin de vie d’ici 10-15 ans et le remplacement sera effectué en partie par l’éolien.
      Moins de 10% de l’électricité au Québec est produite à partir de l’éolien mais 100% des augmentations des tarifs d’hydro-Q lui sont attribué. (Chercher l’erreur)
      La centrale au gaz de Bécancours (anciennement au mazout lourds) et appartenant à TCE (dont une filiale est Énergie Est) génère 0 KW d’énergie annuellement mais coûte 120 Millions/an. (ce contrat à long terme coûtera un total de 2.8 milliards en pénalité à Hydro-Québec) ce selon le contrat entre TCE et Hydro. Aurait-il pas mieux valu de ne pas octroyer ce contrat??? Et dire que André Caillé, Thierry Vandal et Jean Charest voulais construire 5 autres centrales thermiques au gaz.
      La dernière série de barrage (La Romaine) est bâti avec un coup de revient à plus de 12 cents le KW/H. Hydro a réussi à modifier ses chiffres en allongeant la période d’amortissement du Complexe de la Romaine la faisant passer de 50 ans à 100 ans pour faire passer les coûts à environs 9.2 cents le KWH pour ensuite les faires passer à 6.4 cents en modifiant des règles comptables (comme le transfert de la redevance hydraulique de 0,35¢/kWh et des frais de garantie de 0,5% accordés par le gouvernement aux obligations émises par Hydro-Québec.)
      Bref, la filière hydro-électrique est aussi sinon plus chère actuellement que la filière éolienne mais Hydro-Q. modifie en chemin.

      Pour terminer, restons dans le sophisme.
      Au début des années 1900 si le Québec n’avait pas investi dans le transport par automobile (route, pont, infrastructures, feux de signalisations, panneaux routiers) et attendu que 100% du transport par cheval soit désuet, nous serions possiblement encore à cheval.
      Nous vivons actuellement une période de transition dans la production d’énergie électrique entre les énergies renouvelable nouvelles (éolien, solaires, biomasse, hydrolien) et les anciens types de productions (méga projet hydro-électriques, centrales thermiques) et dans toutes transition, il y a un chevauchement entre les nouveaux et les anciens modes de production.

      Je vous laisse le soin du politique.
    • B
      Bravo
      temps Il y a 7 ans
      Moi je cherche l'appel d'offre gagnant avec l'emplacement identifié pour chacunes des éoliennes. Est-ce que ça se trouve à quelquepart ça?
    • EL
      Eco-logique
      temps Il y a 7 ans
      @ G. Duquette : je vous dis bravo pour votre connaissance des enjeux reliés au développement de l'éolien! Hydro-Québec a réussi à berner une partie importante de la population et bon nombre de journalistes paresseux qui répètent leurs messages comme des perroquets. Hydro-Québec nous alimente de déclarations malhonnêtes et à la limite du mensonge concernant les coûts de l'éolien et vous démontrez que vous n'avez pas avalé leurs couleuvres.

      Votre explication sur les coûts de la Romaine sont particulièrement "sur la coche". On pourrait ajouter que le coût des 2 projets communautaires retenus par Hydro-Québec dans le BSL et la Gaspésie tourne autour de 6,5 cents/kwh, ce qui rend cette forme d'énergie plus que concurrentielle par rapport à l'hydroélectricité (nouvelles installations). Ces 2 projets viennent de cribler sévèrement l'argumentaire démagogique d'Hydro qui tente de nous faire croire que la hausse des coûts de l'électricité est due principalement à l'éolien. Honte à Hydro-Québec! Qu'ils s'ôtent les doigts dans le nez et qu'ils se donnent une stratégie dynamique de mise en marché et de vente de cette électricité.

      Enfin, monsieur Duquette, votre explication sur la nécessaire période de transition (et de chevauchement) d'une forme d'énergie à une autre est fort pertinente et éloquente!
    • J
      Jos
      temps Il y a 7 ans
      https://simonscando.wordpress.com/2014/04/04/wind-power-wind-turbine-wind-energy-wind-electricity-etc-a-renewable-energy-joke/
    AFFICHER PLUS AFFICHER MOINS

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h00

    Près d’un demi-million versé en 15 ans par le Fonds Jeunesse Témiscouata

    Le Carrefour jeunesse-emploi de Témiscouata a présenté, mercredi dernier, la 26e remise des bourses du Fonds Jeunesse Témiscouata. L’initiative créée en 2007 a permis d’offrir 1132 bourses totalisant une somme de 446 475 $ à des jeunes ayant choisi d’effectuer un stage de formation, ou de venir s’établir et travailler ou démarrer une entreprise au ...

    30 novembre 2022 | 7h02

    Le Groupe Lebel en attente dans deux projets majeurs

    Le Groupe Lebel attend toujours des 
nouvelles à la suite de sa demande faite 
il y a un an au bureau régional du 
ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques à Rimouski pour son projet de 40 M $ à l’usine de Saint-Michel-du-Squatec.  «Quand j’ai rencontré Amélie Dionne, elle m’a fait ...

    28 novembre 2022 | 8h49

    Les frères Bonneville invités au diner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise

    François Xavier et Marc-Antoine Bonneville de Lepage Millwork étaient les invités au diner-conférence du Centre des dirigeants d’entreprise de la région de Rivière-du-Loup qui se déroulait à l’Hôtel Lévesque ce 24 novembre. Les frères se sont confiés sur leurs débuts et la difficulté de se tailler leur propre place dans l’entreprise ...