X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Fermeture des services d’obstétrique cet été : la MRC du Témiscouata en colère 

durée 25 juin 2024 | 12h08
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    La MRC de Témiscouata juge que la fermeture des services d’obstétrique à l’Hôpital de Notre-Dame-Dame-du-Lac, pour la saison estivale, «est contre-productive et inacceptable» pour le milieu témiscouatain. Elle demande maintenant au CISSS du Bas-Saint-Laurent de revoir sa décision et de mettre en place un «comité d’action terrain» dont le mandat sera de trouver des solutions à l’impasse actuelle.

    Le préfet de la MRC de Témiscouata, Serge Pelletier, a réagi à l’annonce du CISSS du Bas-Saint-Laurent le mardi 25 juin, date à laquelle la rupture des services est entrée en vigueur. Selon lui, les impacts de cette décision sont «majeurs et négatifs» pour les citoyens de toute sa région.

    Dans un communiqué de presse envoyé à l’ensemble des médias régionaux, il soutient qu’une trentaine de mamans et de familles devront se déplacer à l’extérieur du territoire pour les accouchements, d’ici le retour des services prévu, pour le moment, le 9 septembre.  

    «Quel sera le message retenu par les jeunes familles établies au Témiscouata ou qui veulent s’y établir?», s’est-il questionné. «Les membres du personnel infirmier formés en obstétrique, les médecins accoucheurs, les chirurgiens, que vont-ils retenir de cette décision administrative à courte vue?», a-t-il ajouté, s’interrogeant également sur la pérennité des autres services du centre hospitalier. 

    En mars dernier, les services d’obstétrique de l’Hôpital de Notre-Dame-du-Lac avaient été restreints du lundi au vendredi, et ce, en raison d’un manque de personnel infirmier. 
    C’est le «contexte particulier» de la période estivale qui oblige maintenant la direction du CISSS du Bas-Saint-Laurent à une nouvelle restructuration de ces services, a expliqué l’organisation ce vendredi 21 juin. 

    En réaction, la MRC de Témiscouata a rappelé que la région vit des ruptures de service en obstétrique de façon sporadique depuis les deux dernières années. En décembre 2021, les élus de la région avaient même signifié par résolution au ministre de la Santé, Christian Dubé, leurs craintes et leurs appréhensions par rapport à la pérennité de ce service et de l’effet d’entraînement de cette situation particulière sur les autres services hospitaliers. Une correspondance du sous-ministre en titre les avait rassurés sur les orientations du ministre dans ce dossier, a-t-on souligné. 

    Aujourd’hui, force est de constater que la problématique est importante, puisque la période d’inactivité des services d’obstétrique n’aura jamais été étalée sur une aussi longue période.

    DES ACTIONS DEMANDÉES 

    Dans ce contexte, la MRC du Témiscouata demande au président-directeur général du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Dr Jean-Christophe Carvalho, de revoir sa décision et de rétablir au plus tôt le service à l’Hôpital de Notre-Dame-du-Lac. Elle souhaite également la mise rapide d’un «comité d’action terrain» dont l’objectif sera de soulever «des pistes de solutions concrètes et novatrices» à la problématique à court, moyen et long terme. 

    La MRC exige également que le ministre de la Santé, Christian Dubé, soit interpellé afin qu’il déploie, au Témiscouata, une équipe volante nationale pour combler les besoins en personnels, comme cela a été fait récemment sur la Côte-Nord et en Abitibi.

    Le préfet croit finalement que la députée doit s’impliquer à la réalisation du projet de réorganisation et modernisation des services d’urgences et des soins intensifs de la région, lequel est attendu depuis plus de 15 ans.

    «Ce projet doit être retenu comme prioritaire de la part du ministre de la Santé et du gouvernement du Québec, et doit se concrétiser le plus rapidement possible. Cette réalisation améliorerait l’environnement de travail du personnel, les services dispensés à la clientèle, et à coup sûr, améliorerait l’attractivité et la rétention du personnel», a-t-il soutenu.

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 13h32

    Signature d’un code de conduite des épiceries : des réactions positives au BQ

    Le porte-parole du Bloc Québécois en matière d’Agriculture, Agroalimentaire et Gestion de l’offre, Yves Perron, ainsi que le député de Rimouski-Neigette­–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, ont réagi à la signature de toutes les grandes chaînes de l’alimentation au code de conduite du secteur des produits d’épicerie. «Je suis ...

    Publié à 6h59

    Fermeture des bureaux de H&R Block dans la région

    Au cours des dernières semaines, plusieurs clients se sont retrouvés face à une porte verrouillée aux bureaux du service de déclaration de revenus et de comptabilité H&R Block de Rivière-du-Loup, sur la rue Lafontaine. Dans une décision rendue par la Cour de Saskatchewan le 9 juillet en matière de faillite et d’insolvabilité, les franchisés Anwar ...

    19 juillet 2024 | 6h57

    École d’immersion française : le milieu toujours en attente d’une réponse 

    L’avenir de l’École d’immersion française de Trois-Pistoles est toujours en suspens. L’Université Western, qui chapeaute l’institution d’enseignement, tarde à éclaircir ses intentions concernant la reprise ou non de ses activités en sol pistolois.  Selon le maire de Trois-Pistoles, Philippe Guilbert, l’Université Western a récemment reçu le ...