X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Lepage Millwork

Sauvé par ses collègues

durée 29 juin 2024 | 06h56
  • François Drouin
    Par François Drouin

    Directeur de l'information, journaliste

    La mort est inéluctable, mais il arrive qu’elle soit repoussée. C'est l'histoire d'un travailleur de l'entreprise Lepage Millwork de Rivière-du-Loup qui a été terrassé le 14 juin par un arrêt cardiorespiratoire et qui a été ramené à la vie, deux fois, par ses collègues.

    Effondrée au sol, la victime a rapidement reçu l'assistance de nombreux coéquipiers qui n'ont pas hésité à lui prodiguer les premiers soins. S'opposant au sombre dessein qui se profilait, des travailleurs se sont transformés en véritables héros, l’arrachant à la Grande faucheuse.

    Faisant preuve d’héroïsme, Clément Allard, Rémi Beaulieu, Carl D’Amours et Raynald Dubé n'ont ménagé aucun effort. Ensemble, ils sont parvenus à réanimer le travailleur à deux reprises à l'aide d'un défibrillateur et à le stabiliser jusqu'à l'arrivé des paramédics. D'ailleurs, l'entreprise a tenu à remercier et à souligner l'héroïsme du quatuor pour leur intervention salutaire.

    Au moment d’écrire ces lignes, l’état de la victime est hors de danger et elle reçoit les soins nécessaires dans un hôpital de la région de Québec.

    DÉFIBRILLATEUR ET RCR

    Joint par Info Dimanche, le directeur marketing et Communication de Lepage Millwork, Jean-Philippe Dubois, a souligné que l’entreprise dispose d’un nombre de secouristes en milieu de travail largement supérieur aux exigences de la Loi sur la santé et la sécurité du travail.
    M. Dubois, a ainsi relevé que l'usine et l'administration compte sur une quarantaine de secouristes actifs, c'est-à-dire avec cartes à jour, dont cinq premiers répondants et des pompiers travaillant au sein de l'entreprise. Une douzaine, tout au plus, serait requis.

    La Loi définie un nombre de secouristes exigé par établissement. Comme le précise la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail, une entreprise doit compter 1 secouriste pour 50 travailleurs et moins, 2 secouristes entre 51 et 150 travailleurs et à partir de 151 travailleurs, elle doit ajouter un secouriste pour chaque groupe de 100 travailleurs. En tenant compte des différents quarts de travail, un établissement de 228 travailleurs répartis en 2 quarts de travail devrait avoir un total de 5 secouristes. Le nombre de secouristes se calcule ensuite par tranche de 100 selon les quarts de travail.

    Proactive, la Louperivoise ne s’est pas limitée aux exigences de la loi, et bien que ce ne soit pas requis, un conseiller en prévention en Santé et sécurité au travail effectue annuellement des formations ainsi que des mises à jour à tous les secouristes de l'entreprise.

    Les locaux de Lepage Millwork sont aussi équipés de trois défibrillateurs externes automatisés, soit un dans chacune des infirmeries. Soulignons que la Loi sur la santé et la sécurité du travail n'impose pas la présence d'un défibrillateur au sein d'une entreprise.

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    19 juillet 2024 | 6h57

    École d’immersion française : le milieu toujours en attente d’une réponse 

    L’avenir de l’École d’immersion française de Trois-Pistoles est toujours en suspens. L’Université Western, qui chapeaute l’institution d’enseignement, tarde à éclaircir ses intentions concernant la reprise ou non de ses activités en sol pistolois.  Selon le maire de Trois-Pistoles, Philippe Guilbert, l’Université Western a récemment reçu le ...

    19 juillet 2024 | 6h31

    Vacances de la construction : la SQ lance un appel à la prudence

    À l’aube des vacances de la construction, la Sûreté du Québec tient à rappeler aux usagers des réseaux routier et récréotouristique que comme chaque année, elle intensifiera ses interventions afin d’inciter à la prudence, autant sur le réseau routier que sur les plans d’eau et les sentiers, et ce, du 19 juillet au 4 août prochain. C’est sous le ...

    19 juillet 2024 | 6h04

    Pluie de médailles pour le Domaine Vallier Robert 

    Le Domaine Vallier Robert, anciennement connu comme étant le Domaine Acer, continue de voir ses produits issus de la fermentation de la sève d’érable briller sur les scènes nationales et internationales. En 2024, l’entreprise d’Auclair, au Témiscouata, a récolté 17 nouvelles distinctions soulignant son expertise dans son domaine.  Au cours des ...