X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Un nouvel envol pour la Source d’espoir Témis

durée 9 mai 2024 | 06h58
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    L’organisme communautaire basé sur l’approche alternative en santé mentale, Source d’espoir Témis, a dévoilé sa toute nouvelle image, son site web revampé et ses locaux rafraichis le 8 mai. Il prend ainsi un tout nouvel envol dans le cadre de la Semaine nationale de la santé mentale afin de rejoindre davantage de Témiscouatains. 

    «Avec la pandémie, on s’est concentré plus ici, mais là on a un besoin de retourner sur le territoire un peu partout, de faire parler de nous, de rappeler aux gens qu’on est là et qu’on existe encore», a soutenu la coordonnatrice et intervenante à la Source d’espoir Témis, Annie Desrosiers.

    Depuis bientôt 30 ans, la Source d’espoir aide les personnes avec ou sans trouble de santé mentale à prendre soin d’eux de manière individuelle ou en groupe. «Ça vient des gens, les gens qui ont un besoin de sentir qu’ils ne sont pas seuls à vivre [leur situation]», a confié la coordonnatrice. 

    Partager des expériences en groupe peut aider les participants à normaliser leurs problèmes grâce à d’autres qui auraient vécu quelque chose de similaire, à briser l’isolement, puis à développer des liens forts en restant eux-mêmes et ne se sentant pas jugés.

    À ce jour, l’organisme compte un conseil d’administration de sept personnes et une équipe de six employés. Il compte plus de 150 membres à son actif.

    Pour la Semaine nationale de la santé mentale qui se déroulait du 6 au 12 mai sous le thème «S’accepter, c’est être soi-même, ensemble», la Source d’espoir Témis a organisé plusieurs activités, dont un café-rencontre, un atelier sur les émotions, le visionnement d’un documentaire, de la danse et un atelier créatif, notamment.

    Selon Annie Desrosiers, la tenue de cette semaine permet de sensibiliser toute la population à l’importance de prendre soin de sa santé mentale, avant qu’elle ne se dégrade : «Les mots santé mentale, il y a beaucoup d’enjeux autour de ça, de préjugés. Les gens quand on va dire santé mentale, ils vont tout de suite penser à un trouble de santé mentale, à une maladie. Pourtant, on a tous une santé mentale».

    Avec les nouveautés de l’organisme, elle espère rejoindre de nouvelles personnes dans le besoin, qu’elles nécessitent de l’accompagnement quotidien ou annuellement, en personne ou par téléphone. L’équipe souhaite aller à la rencontre des gens sur son territoire. C’est donc une main qu’elle tend dès aujourd’hui au Témiscouata tout entier.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    29 mai 2024 | 15h13

    Maintien de la traverse à Rivière-du-Loup : le gouvernement refuse de prendre position 

    Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) continue d’entretenir une incertitude dans le dossier de la traverse entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon. Les députés de la CAQ ont refusé d'appuyer une motion présentée par le Parti libéral du Québec demandant au gouvernement de s'engager à maintenir le lien maritime au quai louperivois, ce ...

    29 mai 2024 | 14h05

    Plus de 75 cas actifs de coqueluche dans les MRC de Rivière-du-Loup et de Kamouraska

    Dans les dernières semaines, la direction de la santé publique régionale a observé une recrudescence des cas de coqueluche dans les secteurs de Rivière-du-Loup et de Kamouraska. En date du 28 mai, 75 cas actifs ont été répertoriés sur le territoire du Centre intégré de santé et de services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSSBSL). Selon le Dr ...

    29 mai 2024 | 10h54

    La Chambre de commerce de retour à l’Assemblée nationale dans le dossier de la traverse

    À l’initiative de la Ville de Rivière-du-Loup et en compagnie d’une délégation de représentants de la région, la Chambre de commerce de la MRC de Rivière-du-Loup s’est de nouveau rendue à l’Assemblée nationale pour exiger un fois de plus le maintien de la Traverse Rivière-du-Loup - Saint-Siméon, ce mercredi 29 mai.  «Il est inconcevable que le ...