X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

La Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk laisse son quota de crevettes nordiques à l’eau

durée 2 avril 2024 | 06h00
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Le Grand Conseil de la Première Nation Wolastoqiyik Wahsipekuk (PNWW) a pris la décision de renoncer à son quota de crevettes nordiques d’environ 135 000 livres pour la saison de pêche 2024. Jacques Tremblay, Grand Chef, a confirmé la nouvelle à Info Dimanche ce 27 mars.

    «La diminution de la ressource, c’est la principale raison», a commencé d’entrée de jeu l’élu. Il souligne que dans les dernières années, soit depuis 2018, les quotas des pêcheurs de la PNWW sont 10 fois moins élevés.

    En décidant de ne pas pêcher cette biomasse cette année, la Première Nation souhaite la protéger et lui permettre de se régénérer. «Malgré que, je vous avoue, je ne suis pas très optimiste», confie M. Tremblay.

    Le Grand Chef ne veut pas faire sortir des équipages pour seulement deux à trois semaines et brûler de l’essence pour qu’ils reviennent presque bredouille. Pour le Conseil, la meilleure décision économique et environnementale était de délaisser cette pêche.

    Il indique que des analyses faites par des scientifiques de Pêches et Océans Canada démontrent la rareté de la ressource, et que ses pêcheurs l’ont aussi remarquée. La diminution de l’espèce est principalement expliquée par l’augmentation de la température de l’eau causée par les changements climatiques ainsi que par la présence accrue du sébaste dans les eaux du Saint-Laurent.

    «Rendus au point où on en est, on s’est dit qu’on allait donner une chance à la ressource de se reproduire. On va mettre l’accent sur nos autres pêches comme le crabe et le homard, entre autres», a spécifié Jacques Tremblay. Le Grand Conseil réévaluera annuellement s’il continue ou non de laisser son quota à l’eau.

    Indiquons que le 26 janvier 2024, la ministre de Pêches et Océans Canada, Diane Lebouthillier, a annoncé un quota de 3 060 tonnes pour la pêche à la crevette nordique dans l’estuaire et le nord du golfe du fleuve Saint-Laurent.

    PROJET D’AQUACULTURE

    Avec tous les changements dans le fleuve Saint-Laurent en raison de la situation climatique, Jacques Tremblay partage que la PNWW pense revoir ses stratégies de pêches dans le futur.
    Son projet d’aquaculture s’inscrit dans cette lignée. Voulus pour 2024, les viviers devront attendre encore au moins deux ans avant d’être installés. «Ce n’est pas pour rien qu’il n’y en a pas beaucoup au Québec, c’est très compliqué à mettre sur pied», avance M. Tremblay.
    Quelques centaines de milliers de dollars et deux à trois ans plus tard, la PNWW travaille toujours avec des scientifiques pour la réalisation de son projet. Plusieurs normes doivent être respectées lors de la mise en place de viviers, beaucoup de travail de concertation doit être réalisé et de nombreuses études doivent être effectuées.
    Le Grand Chef ne connait pas encore l’investissement total du projet qui risque de changer dépendamment du volume visé et des espèces choisies. Il doit aussi s’entretenir à nouveau avec Mme Lebouthillier concernant le projet dans les prochains mois.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 15h08

    Saint-Simon-de-Rimouski intentera une poursuite au civil

    Victime d’une fraude de 305 000 $ entre 2020 et 2022, la Municipalité de Saint-Simon-de-Rimouski a finalement mandaté une firme d’avocats de Québec afin qu’elle entame des démarches juridiques dans ce dossier. Les élus ont récemment adopté une résolution afin d’intenter une poursuite au civil contre une ancienne employée.  Le maire Denis Marcoux ...

    Publié à 14h04

    Hausse de 20 cents du prix de l’essence en 24 h à Rivière-du-Loup

    Les automobilistes qui ont fait le plein aujourd’hui ont eu une bonne surprise à Rivière-du-Loup. Le prix de l’essence a augmenté de 1,69 $ le litre à 1,89 $, soit une hausse de 20 cents, en seulement 24 h. Depuis quelques jours, la plupart des commerçants de la ville vendant de l’essence affichaient des taux le litre à 1,69 $, certains autres à ...

    Publié à 6h42

    Consultation publique pour la gestion des matières résiduelles au Témiscouata

    La MRC de Témiscouata a adopté récemment son projet de Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR). Les citoyens sont invités à participer à une consultation publique afin de donner leurs idées ou commentaires le 22 avril. Le plan d’action vise la rédaction d’un portrait régional des matières, des services disponibles et des actions à prendre ...