X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Ouvrir la voie à une cohabitation routière harmonieuse à Rivière-du-Loup

durée 4 mars 2024 | 06h58
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    À travers le rythme effréné de la vie quotidienne nous développons de petits raccourcis, des mauvaises habitudes, qui nous rendent toujours plus pressés. Sur la route, ces comportements se traduisent par des arrêts obligatoires écourtés, des klaxonnements abusifs et même l’omission de céder le passage aux traverses piétonnières. Un manque de civisme flagrant dénoncé par des marcheurs louperivois, dont Réal Proulx, qui craint maintenant de franchir la rue.

    Bénévole dans plusieurs organismes communautaires de la région, l’homme de 62 ans se déplace quotidiennement à l’aide de sa canne ou de son quadriporteur puisqu’il a été considéré invalide en 2004 à la suite d’une tumeur au cerveau. Malgré les années passées, l’ancien conducteur se souvient de ses cours de conduite suivis dans les années 80 : «On m’a appris à avoir du civisme en auto.»

    «Ici à Rivière-du-Loup, ce que je déplore c’est que [les automobilistes ne laissent pas passer les gens] aux passages à piétons». Un constat partagé par un autre piéton rencontré par Info Dimanche, mais qui a préféré garder l’anonymat. Ce dernier indique que les conducteurs semblent avoir développé de la haine envers les piétons, qui se traduit par une impatience et une intolérance envers eux.

    Les deux citoyens partagent leur peur de traverser les axes routiers sans être happés. Et lorsqu’ils osent le faire, ils se sentent menacés puisque les voitures rencontrées aux intersections dépassent souvent la ligne d’arrêt obligatoire et ne sont pas toujours complètement immobilisées. Peu d’automobilistes attendent que le piéton ait terminé de traverser avant de reprendre leur chemin, poursuivent-ils.

    «Qu’est-ce qu’on attend pour faire quelque chose?», questionne Réal Proulx en citant pour exemple l’accident qui a couté la vie à un quadragénaire en avril 2023 à l’intersection des rues Lafontaine et Saint-Elzéar à Rivière-du-Loup ainsi que l’incident avec un signaleur routier sur la même rue en  septembre 2022.

    «La Sûreté du Québec est au fait des préoccupations des citoyens. On a été interpellé, également, par la Ville de Rivière-du-Loup pour qu’on assure une présence et une sécurité. On maximise nos interventions pour les traverses de piétons», a souligné le relationniste de la SQ, Frédéric Deshaies. Dans les derniers mois, les policiers ont augmenté leur surveillance et donné plusieurs contraventions sur les grands axes routiers de 
la ville.

    «On veut rappeler aux gens que lorsqu’un piéton s’engage ou manifeste clairement son intention de s’engager dans un passage pour piétons, l’automobiliste doit immobiliser son véhicule pour lui permettre de traverser. C’est la même chose pour un cycliste : il doit également accorder la priorité aux piétons», explique le porte-parole. Il indique que les fautifs s’exposent à un constat d’infraction de 176 $. Il soutient que les piétons doivent aussi faire leur part en ne traversant le chemin public qu’à une intersection ou une traverse piétonnière.

    Le directeur du Service des communications 
à la Ville de Rivière-du-Loup, Pascal Tremblay, reconnait que cette dernière a été un peu 
moins présente pour la sécurité des piétons durant les années pandémiques, mais assure que la sécurité piétonnière est l’une de ses préoccupations premières.

    Des travaux ont tout de même été effectués dans les dernières années : corridors cyclopédestres, rétrécissement de rues, installation de bollards de protection, nouvelles traverses piétonnières, tronçons de rue améliorés, vitesse de circulation uniformisée, éclairage optimisé, déneigement des corridors scolaires, ajout d’arrêts obligatoires et distribution de brassards de visibilité, entre autres. Aussi, les automobilistes ne circulent qu’à une voie sur la rue Lafontaine l’été. Cette initiative permet autant de créer des stationnements que d’isoler les piétons de la voie de circulation, soutient M. Tremblay.

    L’an dernier, tout comme les deux années précédentes, 10 plaintes ont été reçues par la Ville quant aux traverses piétonnières. Les endroits les plus mentionnés et qui font l’objet d’une surveillance plus particulière sont les intersections Lafontaine et du Rocher, Hôtel-de-Ville et Armand-Thériault, Armand-Thériault et des Marguerites, Fraser et des Cerisiers ainsi que la traverse piétonnière sur Hôtel-de-Ville, face au parc du Campus-et-de-la-Cité.

    Une Commission des transports et des déplacements comptant trois élus, cinq employés de la Ville, un policier de la SQ et un citoyen existe aussi à Rivière-du-Loup afin d’assurer la sécurité routière. Les membres se réunissent cinq fois par an pour prendre des décisions en matière de transport, de déplacement, de mobilité durable et de transport actif.

    La place citoyenne est présentement occupée, mais l’appel de candidature se renouvelle aux deux ans. «Si des citoyens ont des préoccupations, c’est tout à fait légitime […] Ce qu’on demande aux gens, c’est de nous appeler, de communiquer avec nous pour nous le dire. Ils sont les mieux placés […] C’est comme ça qu’on améliorera ensemble la Ville, c’est la façon la plus efficace», conclut Pascal Tremblay. La voie est donc ouverte à réfléchir collectivement aux comportements adoptés sur la route pour une meilleure cohabitation routière à Rivière-du-Loup.


     

    commentairesCommentaires

    1

    • MR
      Maryse Rioux
      temps Il y a 1 mois
      Je suis très heureuse de lire cette chronique aujourd'hui. Je suis absolument d'accord avec les faits rapportés. Je marche régulièrement et c'est exactement ce qui se passe. Je ne me sens plus en sécurité. Les traverses piétonnières ne sont plus respectées et ceci est de façon habituelle et régulière. C'est toujours un défi de traverser la rue maintenant. C'est incroyable.!
      J'ai même vécu des intimidations d'automobilistes à mon égard (Hier: arrêt brusque trop près du passage piétonnier de 2 automobilistes. À une autre occasion je me suis déjà fait intimider verbalement alors que j'étais engagé sur le passage piétonnier).
      De plus: je suis une cycliste et cette intervention me donne l'occasion de faire mention de l'arrêt à l'angle du Boul. Thériault et de la rue des Marguerites.: un autre grand défi d'utiliser le passage piétonnier où je ne peux faire confiance aux automobilistes.
      Je n'ai jamais fait de plaintes mais j'espère que des mesures seront mises en place pour assurer notre sécurité.
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 13h57

    Concerts printaniers de l’ensemble vocal Synergie

    Sous la direction de Guillaume Aubertin, l’ensemble vocal Synergie de Trois-Pistoles invite la population à découvrir son tout nouveau répertoire. Deux concerts du printemps seront présentés les 4 et 5 mai. Les citoyens entendront des chansons d’hier et d’aujourd’hui qui pourront plaire à tous. Trois artistes invités de la région participeront à ...

    Publié à 7h04

    Plus de 146 000 $ pour appuyer les actions en faveur des ainés dans Rivière-du-Loup - Témiscouata

    La ministre responsable des Aînés et ministre déléguée à la Santé, Sonia Bélanger, ainsi que la députée Amélie Dionne annoncent un soutien de 146 500 $, pour appuyer la MRC des Basques et 6 municipalités de la circonscription de Rivière-du-Loup - Témiscouata, afin d’accroître la participation active des personnes aînées au sein de leur ...

    19 avril 2024 | 16h54

    Jour de la Terre : un catalyseur pour sensibiliser à la protection de l’environnement

    Le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) invite la population et les organisations du Bas-Saint-Laurent à se joindre aux défis et activités lancés dans le cadre du Jour de la Terre 2024. C’est le thème du transport actif qui est au centre de la campagne nationale cette année, alors que régionalement, des activités de ...