X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Apprentissage en milieu de travail : une première cohorte de Groupe Lebel diplômée

durée 6 décembre 2023 | 11h33
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Une première cohorte de sept travailleurs du Groupe Lebel oeuvrant à l’usine IB EWP dans le quartier Sully à Pohénégamook a été diplômée. Ils ont suivi une formation de 170 heures en entreprise afin de décrocher leur diplôme d’études professionnelles (DEP) en opération d’équipements. «Pour le Centre de services scolaire du Fleuve-et-des-Lacs, c’est une première», s’est réjoui Luc Soucy, directeur de la formation professionnelle et du service aux entreprises au CSSFL.

    Le syndicat de l’usine a approché le centre de services il y a un peu plus d’un an afin de mettre sur pied un programme en milieu de travail qui permettrait à beaucoup d’employés sans diplôme d’en obtenir un. «Vous savez des choses, mais il n’y a rien qui le prouve», a dit Luc Soucy aux travailleurs cet été pour les convaincre de participer au programme. Selon lui, en cas d’une éventuelle recherche d’emploi, avoir un DEP en main leur ouvrira assurément plus de portes.

    «Ce n’est pas évident pour les travailleurs de retourner sur les bancs d’école», soutient le directeur. Il souligne que plusieurs n’ont pas de bons souvenirs de leur parcours scolaire, et n’ont pas les moyens d’arrêter de travailler pour étudier. C’est pourquoi le CSSFL s’est adapté à leur réalité, a réalisé une formation clé en main pour l’entreprise avec Formabois et a trouvé des enseignants compétents pour la donner. 

    Entrer le CSSFL dans l’usine à la place de sortir de leur milieu a convaincu les employés de la première cohorte à se lancer dans l’aventure. «Ce type de formation-là, c’est sûr que c’est d’autant plus facile et avantageux de l’apprendre sur le lieu de travail», a fait valoir le diplômé à l’emploi d’IB EWP depuis 2018, Alexandre Grondines. Plusieurs points techniques sont propres à l’usine et sont plus facilement appris visuellement ou en l’essayant, avance-t-il.

    «C’est une belle ouverture que les travailleurs ont et c’est une belle opportunité.» -Alexandre Grondines

    En plus, cette diplomation a été réalisée en reconnaissance des acquis de chacun. Les employés ont tous été formés selon leur cheminement personnel. Ainsi, un travailleur avec une plus grande ancienneté a eu davantage de rappels et été mis au courant de modifications sur les lois qui régissent son emploi notamment celle sur la santé et la sécurité au travail.

    Pour les employés avec moins d’ancienneté habitués à œuvrer avec seulement une ou deux machines, la formation leur a fait connaitre les autres équipements de l’usine. Avec cet éventail de connaissances, ils pourront donc facilement se remplacer entre eux, s’assurer de pouvoir travailler en continu et de le faire en toute sécurité.

    Cette formation crée donc une polyvalence chez les employés, une flexibilité appréciée pour l’employeur, Louis-Frédérick Lebel, dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. Les travailleurs en ressortent aussi avec une meilleure connaissance globale de l’usine, de l’environnement de travail ainsi que de l’étape de transformation du bois. Ces nouveaux acquis les aident à avoir une meilleure confiance et estime en eux, soulève Luc Soucy.

    La première cohorte a été formée du 5 septembre au 23 octobre. Pour cinq d’entre eux, ce DEP est leur premier diplôme post-secondaire. Après avoir vu le cheminement de leurs confrères, d’autres employés ont signifié leur intérêt à suivre la formation. Un deuxième groupe de six travailleurs a donc commencé leurs apprentissages en novembre. Ils seront diplômés en janvier.

    Aucun partenariat entre le CSSFL et le Groupe Lebel n’a encore été discuté pour la suite de la formation. Chacun attendait de voir les résultats de la première cohorte. Ils échangeront donc dans les prochaines semaines à ce sujet afin de planifier une collaboration à plus long terme et l’étendre peut-être à d’autres usines de l’entreprise. Luc Soucy aimerait aussi s’entendre avec d’autres entrepreneurs dans le futur.

    D’autres formations pourraient aussi être développées par le centre de services. À la suite de leur DEP, nombreux employés ont partagé vouloir poursuivre leurs apprentissages. «La formation c’est la base de tout, peu importe le milieu de travail», a commenté Alexandre Gondines. Selon lui, il est important d’apprendre continuellement afin de bien effectuer son travail et rester à jour avec le milieu constamment en évolution. 
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    28 février 2024 | 15h00

    Vers une nouvelle caserne à Rivière-Bleue

    Exigüe, âgée, ne correspond plus aux normes incendie, les arguments en faveur d'une nouvelle caserne sont nombreux à Rivière-Bleue. Et la Municipalité ne s'en cache pas, elle planche sur un projet de nouvelle caserne depuis un moment déjà. Le sujet sera à l'ordre du jour ce mercredi 28 février dans le cadre de la Soirée publique d'information ...

    28 février 2024 | 13h15

    Trois-Pistoles se mobilise pour la sauvegarde de son École d’immersion française

    Le comité de relance de l’École d’immersion française de Trois-Pistoles, composé d’élus et de familles hôtesses, s’est tourné vers sa communauté le 27 février. Ne pouvant rester les bras croisés en attente d’une réponse de l’Université Western concernant le retour de leur programme en 2025, les membres ont usé de proactivité. Ils ont lancé une ...

    28 février 2024 | 10h39

    Plus de 2 M$ pour bonifier les services d’aide psychologique aux élus

    Québec a annoncé le 28 février un investissement de près de 2 M$ afin de fournir de l’aide psychologique de première ligne gratuite aux élus municipaux et aux membres de leur famille. La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, veut ainsi répondre à un besoin exprimé par les maires et mairesses de la province aux prises avec du ...