X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Pause d’un an pour l’École d’immersion française de Trois-Pistoles

durée 8 novembre 2023 | 06h57
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    La Western University d’Ontario, responsable de l’École d’immersion française de Trois-Pistoles, a décidé de suspendre les activités de l’établissement pour la saison estivale 2024. 

    Selon des informations partagées en anglais par le service des communications de l’université alors qu’Info Dimanche cherchait à obtenir une entrevue, la doyenne et vice-présidente académique de l’organisation, Florentine Strzelczyk, explique une fermeture visant à effectuer une révision afin d’identifier des améliorations potentielles et s’assurer d’offrir la meilleure expérience dans le futur.

    Rappelons qu’avec la pandémie de COVID-19, l’établissement a perdu la majorité de son hébergement. En mars 2023, l’École d’immersion française de Trois-Pistoles cherchait ardemment des familles hôtesses pour accueillir plusieurs centaines d’étudiants. Malgré cette campagne, seule une dizaine de foyers ont levé la main.

    En aout, la directrice de l’école, Kathy Asari soulignait que l’institution avait perdu trop de familles en peu de temps et qu’en raison de la paralysie des services, elle n’avait pas eu le temps de suivre le rythme et recruter de nouvelles familles d’accueil. Un plan d’action a été déposé en octobre. Vraisemblablement, la Western University a jugé qu’une restructuration d’une année était nécessaire.

    La Ville de Trois-Pistoles a rapidement partagé sa déception face à la suspension des services l’école. L’administration a, par ailleurs, indiqué que les élus travailleraient à trouver des solutions aux problèmes d’hébergement en organisant, notamment, une consultation publique. Elle sollicitera aussi différents paliers politiques et partenaires locaux pour conserver l’institution sur son territoire.

    «Le Conseil de ville de Trois-Pistoles demeure convaincu qu’une collaboration étroite avec l’Université Western est la meilleure voie pour trouver une sortie de crise», peut-on lire dans un communiqué envoyé aux médias le 6 novembre.

    Le député fédéral de Rimouski-Neigette - Témiscouata - Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas a aussi déploré la situation. «L’École d’immersion française de Trois-Pistoles est une institution implantée dans notre communauté depuis 90 ans. C’est la plus ancienne école d’immersion française en Amérique du Nord… ce n’est pas rien! Déjà, l’hiver dernier, on a annoncé la fermeture de l’école de francisation Rivière-du-Loup. Il faut se réveiller et revoir le financement de ces établissements importants pour nos communautés et pour l’enseignement du français», a-t-il partagé par voie de communiqué le 6 novembre.

    L’élu bloquiste mentionne avoir interpellé à de nombreuses reprises le ministre des Langues officielles, Randy Boissonnault et sa prédécesseure pour la sauvegarde de l’École d’immersion française à Trois-Pistoles. «En raison de l’inflation et du plafonnement des compensations offertes aux familles d’accueil, il est devenu difficile de recruter ces familles essentielles au modèle de l’École», soutient-il. 

    Malgré un plan d’action pour les langues officielles 2023-2028 associé à un financement sur 4 ans de 4, 1 milliards déposé le 28 avril, M. Blanchette-Joncas dénonce que rien n’a été confirmé concernant le programme Explore, dont relèvent les programmes d’immersion. Il souhaite l’intervention du ministre pour garantir la pérennité de l’institution dans Les Basques. L’élu rencontrera dans les plus brefs délais la Western University sur la question.

    Notons qu’il s’agit de la deuxième fermeture de l’école en près d’un siècle. Le programme avait été annulé en 2020 conséquemment à la pandémie de coronavirus. «Dans les prochaines semaines, nous contacterons des partenaires clés et des parties prenantes à Trois-Pistoles pour initier une révision du programme et évaluer les besoins changeants des étudiants, du financement et des partenaires communautaires», a indiqué la Western University.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    19 mai 2024 | 6h33

    Témis en Bière de retour en août

    C’est du 1er au 3 août que se tiendra la 4e édition de Témis en Bière au Parc Clair Soleil de Témiscouata-sur-le-Lac dans le quartier Cabano. Lors de ce festival de la bière, il sera possible de manger des produits locaux et régionaux, puis d’écouter de la musique alors que l’admission sera gratuite pour entrer sur le site. Ainsi, des ...

    19 mai 2024 | 6h29

    Le Mouvement Desjardins abandonne les régions, selon les syndicats 

    Le Conseil régional FTQ Bas-Saint-Laurent – Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine, le SEPB-Québec local 575, ainsi que les représentants de la société civile et maires de la région, dénoncent la décision du Mouvement Desjardins de fermer ses bureaux, guichets et centres de services dans 10 municipalités. Pour les différents porte-paroles, il est clair que ...

    19 mai 2024 | 6h03

    La qualité de l’air sera suivie et mesurée à Saint-Mathieu-de-Rioux

    Le ministère de l’Environnement a récemment fait part de nouvelles mesures qu’il allait mettre en place afin de s’assurer de la qualité de l’air à Saint-Mathieu-de-Rioux. Des démarches concrètes, issues d’un plan de contrôle, seront entreprises au cours de la saison estivale et viendront répondre aux plaintes répétées envers les émanations de ...