X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Églises de Rivière-du-Loup : la Fabrique a le feu vert des paroissiens

durée 24 octobre 2023 | 06h57
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    La Fabrique de Rivière-du-Loup a obtenu le feu vert pour aller de l’avant avec un appel de projets visant la vente de trois de ses immeubles parmi les églises de Saint-François-Xavier, Saint-Ludger et de Saint-Patrice ainsi que le presbytère de cette dernière. «Des gens ont vécu un choc fort probablement, malgré qu’il y a eu beaucoup d’annonces», a partagé le président, Lucien Dubé.

    Sur les 228 paroissiens présents habiles à voter, 176 se sont montrés en faveur, soit un taux de 77 %. Les 52 autres, un pourcentage de 23 %, ont signifié leur désaccord. Au total, 267 inscriptions ont été dénombrées. Ainsi, 39 participants n’étaient pas de l’une des paroisses visées ou se sont abstenus de voter.

    Selon M. Dubé, l’assemblée des paroissiens s’est bien déroulée. Avec 77 % des gens qui ont donné leur aval : «Je pense qu’ils comprennent la situation», a-t-il signifié.

    La rencontre avait pour but d’informer les citoyens sur la situation financière de la Fabrique et la fréquentation de ses églises notamment, afin qu’ils puissent faire un choix éclairé.

    ÉTATS FINANCIERS

    En date du 31 décembre 2022, la Fabrique détenait un peu plus de 3 M$ dans ses coffres. Un déficit de 180 389 $ a été rapporté pour 2022. Ce dernier est estimé à 339 550 $ pour 2023, soit une augmentation de 88 %. La moyenne déficitaire sur 9 ans est de 43 187 $.

    La moyenne des dépenses, c’est-à-dire l’entretien, le déneigement, l’énergie et les assurances, de 2014 à 2022 pour l’église de Saint-François-Xavier s’élève à 84 266,95 $, à 58 857 $ pour Saint-Ludger et à 138 888, 09 $ pour celle de Saint-Patrice. La moyenne des dépenses est donc de 286 993, 56 $. Pour les employés, les couts se chiffrent à 238 658,38 $ pour 2022.

    Avec le scénario d’une seule église pour l’année 2025, la Fabrique estime le déficit à 198 502 $ en gardant l’église Saint-Patrice et à 169 558 $ avec celle de Saint-Ludger. La Fabrique pourrait donc continuer d’opérer pendant 13 ou 14 ans. «Donc on va avoir des solutions à trouver pour la suite pareil», lance Lucien Dubé, autant pour trouver des revenus que des personnes prêtes à s’investir. 

    APPEL À PROJETS

    L’idée d’un appel à projets est survenue à la suite d’une offre de deux promoteurs à la Fabrique de Rivière-du-Loup pour l’achat des églises de Saint-François-Xavier, puis de celle Saint-Patrice et son presbytère en juin dernier.

    Après avoir fait part de cette nouvelle au Diocèse de Sainte-Anne-de-la-Pocatière, le vicaire général, Richard N’Gole a indiqué l’obligation de procéder à un appel de projets. «Étant donné qu’il n’y a pas eu une mise en vente publique […], il est prématuré de procéder à une vente dans un tel contexte. Si l’assemblée de fabrique acceptait l’offre d’achat […], on pourrait lui reprocher d’avoir fait collusion avec un acheteur privilégié [et] de ne pas avoir donné la possibilité à d’autres intéressés de présenter leurs projets», a-t-il souligné dans une lettre datée de septembre.

    Ainsi, à la suite d’une rencontre entre le conseil des sages et l’assemblée de la Fabrique le 24 octobre, puis d’une réunion de cette dernière le 25 octobre, une décision finale sera prise. Un appel d’offres sera donc publié éventuellement. Les promoteurs ayant donc signifié leur intérêt cet été devront passer par ce processus.

    Les soumissionnaires auront deux options. Ils pourront se porter acquéreurs des églises de Saint-François-Xavier et de Saint-Patrice et son presbytère ou des bâtiments religieux de Saint-François-Xavier, Saint-Ludger ainsi que le presbytère Saint-Patrice. L’assemblée de Fabrique se réserve le droit de refuser des projets qu’elle jugerait inappropriés lors de l’appel d’offres.

    Advenant le cas qu’aucune soumission ne serait déposée, la Fabrique pourrait poursuivre ses activités pendant environ sept ans.  «Et c’est encore généreux selon les prévisions qu’on fait», soutient Lucien Dubé.

    «Il y en a qui veulent conserver l’église de Saint-Patrice à tout prix», partage M.Dubé Dubé. Toutefois, il soutient que : «L’important c’est de garder un lieu de culte. Notre foi ne devrait être basée sur la bâtisse […], mais sur nos croyances.»

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 13h27

    Mettre du soleil dans la vie des aînés en devenant un «Sunny»   

    Le CISSS du Bas-Saint-Laurent, en collaboration avec la Fondation Sunny, lance pour une troisième année consécutive une campagne de recrutement auprès des jeunes de 12 à 17 ans. Le programme de bénévolat Sunny Action leur offre une opportunité unique de s'impliquer dans leur communauté et de créer des liens avec les résidents de nos CHSLD et maisons ...

    Publié à 6h59

    Des priorités de développement à cibler pour le Bas-Saint-Laurent

    Plus d’une centaine d’acteurs du milieu municipal, politique et institutionnel se sont réunis à Rivière-du-Loup le 10 mai à l’occasion du 4e Forum des partenaires du développement régional. Cet événement a pour objectif de définir les priorités du Bas-Saint-Laurent dans le cadre du renouvellement de la Stratégie gouvernementale pour assurer ...

    Publié à 6h03

    Le caucus de la CAQ au Bas-Saint-Laurent à l’écoute des élus locaux

    La ministre des Ressources naturelles et des Forêts, ministre responsable du Bas-Saint-Laurent et députée de Rimouski, Maïté Blanchette Vézina, dresse un bilan positif de la rencontre avec la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent qui avait lieu le 16 mai. Pour l’occasion, elle était accompagnée de la députée de Rivière-du-Loup – ...