X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Le Centre d’études collégiales du Témiscouata poursuit ses efforts de recrutement

durée 15 septembre 2023 | 06h59
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    Lors de la rentrée scolaire cet automne, le Centre d’études collégiales du Témiscouata (CECT) accueille 36 étudiants dans deux programmes: Tremplin DEC et Techniques d’éducation spécialisée. La Témiscouata n’échappe pas à la crise du logement qui nuit à l’attractivité de la région, et par la bande, au recrutement de futurs étudiants.

    Pour le moment, la directrice Édith Saint-Amand ne peut pas affirmer que des étudiants se sont privés d’étudier au Témiscouata en raison du manque de logements locatifs. Certains d’entre eux ont bénéficié de l’accompagnement de l’équipe de l’établissement d’enseignement afin de trouver un endroit où habiter pendant leurs études.

    «Le fait d’avoir une disponibilité de logements locatifs faciliterait l’attractivité du Centre d’études collégiales pour développer des programmes ou amener des programmes supplémentaires», indique-t-elle.

    Les étudiants du Centre d’études collégiales du Témiscouata en sont pour la plupart à leur première expérience de location hors de leur noyau familial. Ils proviennent en majorité de la région du Témiscouata, et parfois de l’extérieur de la région. «Ils viennent autant de Saint-Honoré-de-Témiscouata que d’Auclair ou de Rivière-Bleue», précise Mme Saint-Amand. Elle voit d’un très bon œil l’initiative de la MRC de Témiscouata pour favoriser la création de logements modulaires locatifs dans la région.

    Cette année, le programme préuniversitaire de Sciences humaines n’a pas pu démarrer, faute d’inscriptions. Selon la directrice, le CECT travaille présentement afin de trouver une formule à temps plein qui sera intéressante pour l’ensemble des étudiants du Témiscouata. Entre 10 et 15 étudiantes et étudiants sont nécessaires pour démarrer le groupe et la décision est prise localement par le cégep. 

    Ceux qui font partie de la cohorte de deuxième année en Sciences humaines suivent leur formation générale au Témiscouata et complètent leur formation spécifique à Rivière-du-Loup. La Fondation du centre d’études collégiales paie leurs frais de déplacements.

    Le CECT offre aussi deux programmes de formation à distance en collaboration avec le Cégep de Gaspé et le Cégep de Thetford : techniques juridiques et techniques de bureautique.

    Depuis l’année dernière, 18 cégeps de région ont reçu des sommes du gouvernement du Québec pour remettre des bourses annuelles Parcours pour la mobilité étudiante de 7 500 $ aux étudiants qui habitent à plus de 60 kilomètres du lieu d’enseignement.

    «On espère qu’elles vont permettre d’attirer des étudiants dans les cégeps des régions. Bien entendu que si on attire des étudiants des milieux urbains en milieu rural, il va nous falloir du logement locatif», complète Édith Saint-Amand.

    Le Centre d’études collégiales du Témiscouata est ouvert depuis la rentrée de l’automne 2017.

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    13 juillet 2024 | 13h25

    Des récoltes retardées par les faibles précipitations 

    La Financière agricole du Québec a présenté son bilan de mi-saison en assurance récolte pour la région du Bas-Saint-Laurent, le 10 juillet. Elle y indique que le rendement et la qualité du sirop d’érable a été supérieur à la normale, mais que les températures fraiches et le manque de précipitation ont retardé la levée et la croissance des ...

    13 juillet 2024 | 6h56

    Martin Portes et Fenêtres poursuit la Ville de Rivière-du-Loup dans le dossier Place Carrier

    L’entreprise L. Martin (1984) inc., connue sous le nom de Martin Portes et Fenêtres, a intenté des démarches judiciaires contre la Ville de Rivière-du-Loup concernant le règlement d’emprunt pour les travaux d’aqueduc et d’égouts dans le secteur de la Place Carrier. Le dossier sera présenté devant un juge en automne prochain. Les démarches de ...

    13 juillet 2024 | 6h03

    Une somme de 12 000 $ pour le projet «Ensemble, fleurissons notre Hôtellerie Omer-Brazeau»

    L’Association du cancer de l’Est du Québec et les partenaires de l’initiative «Ensemble, fleurissons notre Hôtellerie Omer-Brazeau», ont présenté ce projet destiné à venir en aide aux personnes touchées par le cancer et créer un milieu de vie chaleureux sur les terrasses de l’Hôtellerie. S’inscrivant dans le cadre de l’une des campagnes de ...