X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Sept îlots fruitiers mis sur pied à travers la MRC de Rivière-du-Loup

durée 7 septembre 2023 | 06h57
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Aronies, asperges, bleuets, camerises, canneberges, ciboulette ne sont que quelques aliments maintenant retrouvés dans six municipalités de la MRC de Rivière-du-Loup dans des lieux accessibles aux citoyens. Sept îlots fruitiers mis en place cet été grâce à l’initiative «Un projet qui porte fruit» lancée par le Carrefour d’Initiatives populaires (CIP) vise à faciliter l’accès aux aliments sains à travers le territoire.

    «C’est une façon de rendre accessible des aliments frais dans des milieux les plus locaux possibles», souligne la co-coordonnatrice à la sécurité alimentaire au CIP, Chantal Parenteau. Les municipalités participantes sont Cacouna, Notre-Dame-du-Portage, Saint-Cyprien, Saint-François-Xavier-de-Viger, Saint-Paul-de-la-Croix ainsi que Rivière-du-Loup où deux îlots ont été aménagés. Ces derniers se trouvent au parc Saint-Marc, soit devant le CIP, puis au parc Mailloux, situé derrière le nouveau Maxi. 

    L’équipe du Carrefour désirait investir des endroits déjà existants, publics et fréquentés afin d’avoir un meilleur lien avec les communautés touchées. Par cette proximité avec les fruits et les légumes, les citoyens en profiteront plus facilement, découvriront des plantes qu’ils ne connaissaient pas et pourraient se découvrir une nouvelle passion pour le jardinage, avance la directrice générale du CIP, Karine Jean. 

    Chaque îlot comporte plusieurs espèces de végétaux perpétuels, vivaces et comestibles choisies pour leur côté rustique, leur capacité de multiplication et leur gout. Les autres aliments qui peuvent être cueillis dans les espaces nourriciers sont de l’ajuga, des fraises, des hémérocalles, des oignons rocamboles, des poires, des raisins d’ours, de la rhubarbe et du thym. Chacun des aménagements municipaux est unique et disposé de façon réfléchie pour répondre aux besoins et aux réalités de tous, puis pour bien s’amalgamer aux éléments déjà en place.

    «On souhaitait réunir une communauté autour d’un lieu nourricier, un endroit de partage, un lieu d’échanges et d’apprentissages», confie Mme Jean. D’après elle, ce projet ne pourrait pas mieux représenter la mission de l’organisme dont les buts sont de lutter contre l’insécurité alimentaire, favoriser un accès à une saine alimentation pour tous tout en contribuant au développement d’un système alimentaire durable et autonome sur tout le territoire de la MRC de Rivière-du-Loup.

    Avec le temps, la directrice générale espère que les résidents s’approprieront ces espaces complémentaires aux autres initiatives du CIP. Ils pourront récolter les produits, les transformer chez eux ou en cuisines collectives et en disposer dans les frigos partagés de la région. Par l’élaboration des îlots fruitiers, le CIP travaille à améliorer les manières de s’alimenter tout en s’entraidant et en pensant aux autres.

    UNE INITIATIVE APPELÉE À GRANDIR

    «Un des objectifs visés par ce projet qui porte fruit est d’amener un plus grand nombre de citoyens à occuper et à profiter de ces espaces verts, de créer un lieu d’abondance voué à la culture et aux échanges de connaissances, de récoltes, de recettes», partage la co-coordonnatrice au CIP, Cindy April.

    Ainsi, l’organisme prévoit offrir des ateliers éducatifs qui porteront sur l’entretien des îlots fruitiers, les soins à apporter aux plantes, les récoltes et la transformation de ces fruits et légumes au cours des prochaines années. Ces activités permettront aux participants de se rassembler pour les cueillettes, puis de réaliser qu’il peut être simple de cultiver ses propres aliments, soutient Mme April.

    Certaines plantes de ces nouveaux endroits nourriciers ont aussi une bonne capacité de reproduction. Les intéressés auront donc éventuellement l’opportunité de repartir à la maison avec des boutures et de commencer leur propre petit jardin.

    «Conçus pour grandir à travers les années et pour redonner de plus en plus, ces ilots nourriciers seront à coup sûr un lien alimentaire tangible pour les communautés et un attrait de plus pour les municipalités», assure Chantal Parenteau. 

    L’équipe du Carrefour a démarré le projet, mais les municipalités participantes sont responsables de leur îlot. Elles peuvent décider de le bonifier à travers les années dépendamment de l’engouement collectif. 

    Le CIP croit que cette initiative pourrait faire des petits et se répandre à d’autres MRC. «Ça allume l’intérêt et on le voit dans les autres municipalités. Il y en a qui ont déjà des projets en ce sens, indique Mme Parenteau. C’est dans l’ère du temps aussi. On fait juste suivre un courant et les municipalités embarquent».
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 15h08

    Saint-Simon-de-Rimouski intentera une poursuite au civil

    Victime d’une fraude de 305 000 $ entre 2020 et 2022, la Municipalité de Saint-Simon-de-Rimouski a finalement mandaté une firme d’avocats de Québec afin qu’elle entame des démarches juridiques dans ce dossier. Les élus ont récemment adopté une résolution afin d’intenter une poursuite au civil contre une ancienne employée.  Le maire Denis Marcoux ...

    Publié à 14h04

    Hausse de 20 cents du prix de l’essence en 24 h à Rivière-du-Loup

    Les automobilistes qui ont fait le plein aujourd’hui ont eu une bonne surprise à Rivière-du-Loup. Le prix de l’essence a augmenté de 1,69 $ le litre à 1,89 $, soit une hausse de 20 cents, en seulement 24 h. Depuis quelques jours, la plupart des commerçants de la ville vendant de l’essence affichaient des taux le litre à 1,69 $, certains autres à ...

    Publié à 6h42

    Consultation publique pour la gestion des matières résiduelles au Témiscouata

    La MRC de Témiscouata a adopté récemment son projet de Plan de gestion des matières résiduelles (PGMR). Les citoyens sont invités à participer à une consultation publique afin de donner leurs idées ou commentaires le 22 avril. Le plan d’action vise la rédaction d’un portrait régional des matières, des services disponibles et des actions à prendre ...