X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Une pièce de l’Empress of Ireland retrouvée au fond du fleuve Saint-Laurent

Chargement du vidéo
durée 5 septembre 2023 | 14h14
  • Voir la galerie de photos

    Une équipe composée du chasseur d’épaves Samuel Côté, du capitaine Michael Blackburn et des plongeurs Lysanne Des Landes et Francis Pouliot a récemment localisé une structure massive en bois provenant de l’Empress of Ireland. La pièce a été retrouvée à deux kilomètres de l’épave du paquebot. 

    «On parle ici d’un travail d’une extrême précision compte tenu de la petitesse de la cible. C’était comme chercher une aiguille dans une étable remplie de foin. Nous sommes très fiers de cette découverte», mentionne Samuel Côté. 

    Selon l’historien David Saint-Pierre, il s’agit de la plateforme de compas qui était située au-dessus de la timonerie. «Cette structure qui n’apparaît pas sur les plans initiaux du paquebot a été ajoutée à la demande du Canadien Pacifique, peu de temps après son voyage d'essai, en 1906. À défaut d’avoir des photos claires de cette plateforme, nous savons maintenant précisément à quoi elle ressemblait grâce aux images sous-marines», précise-t-il. En 1964, l’habitacle abritant le compas magnétique monté sur un fût en bois qui se trouvait sur la plateforme a été récupéré par les découvreurs de l’épave. 

    PERDUE ET OUBLIÉE PENDANT 30 ANS

    Au milieu des années 1990 (avant la protection de l'épave de l'Empress of Ireland), deux plongeurs de la région de Rimouski ont remonté de peine et de misère à la surface cette structure massive en bois. En remorquant la pièce vers la terre ferme avec leur zodiac, ils ont connu des difficultés les obligeant à couper les câbles de remorquage. 

    L’un des deux plongeurs a eu la présence d'esprit de noter la position. Il y a quelques mois, ce même plongeur a partagé la position à Samuel Côté. La pièce a été repérée à quelques centaines de pieds de la position présumée sur un fond sableux, à plus de 100 pieds de profondeur. La plateforme en bois de teck mesure environ huit pieds de longueur par huit pieds de largeur et ses huit pattes travaillées pointent vers le haut. «La plateforme est dans un état de conservation remarquable, malgré un séjour de plus de 109 ans dans l’eau. À mon humble avis, cette pièce imposante mériterait d'être exposée dans un musée», indique Samuel Côté.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h34

    Une 35e édition festive et réussie pour le Festival du Bœuf de Saint-Clément

    La 35e édition du Festival du Bœuf de Saint-Clément, qui s'est tenue du 18 au 21 juillet dernier, a été un réel succès sous une température incertaine. Les festivaliers et festivalières étaient nombreux au rendez-vous. Plus de 630 personnes se sont régalées lors du fameux souper de bœuf braisé, désormais réputé dans toute la région. Sans compter ...

    24 juillet 2024 | 15h54

    PPAW1 : le BAPE de retour pour une deuxième fois à Rivière-du-Loup 

    La commission d’enquête du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) était de retour à Rivière-du-Loup afin de tenir la deuxième partie de son audience sur le projet de parc éolien PPAW1, les 23 et 24 juillet. L’occasion était offerte aux citoyens, aux groupes et aux organismes d’exprimer leur opinion et leurs commentaires sur le ...

    23 juillet 2024 | 11h57

    La grève de la traverse à Matane déborde à Rivière-du-Loup et Trois-Pistoles

    Les effets de la grève des travailleurs et travailleuses de la traverse de Matane-Baie-Comeau-Godbout, qui a été déclenchée du 22 au 26 juillet et du 29 juillet au 2 aout, se font déjà sentir à Rivière-du-Loup et à Trois-Pistoles. L’achalandage, qui est habituellement fort à cette période de l’année, déborde sur les autres services de traverse de la ...