X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Tourisme Bas-Saint-Laurent souhaite miser sur le produit vélo 

durée 2 août 2023 | 15h30
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Le Bas-Saint-Laurent est reconnu comme une destination de choix pour les motoneigistes l’hiver. Les adeptes viennent de partout afin de profiter du grand terrain de jeu disponible entre La Pocatière et Les Méchins. Mais la région pourrait-elle avoir le même succès auprès des cyclistes et des amants du cyclotourisme? C’est le souhait de Tourisme Bas-Saint-Laurent qui compte tout mettre en œuvre pour développer le produit vélo au cours des prochaines années. 

    L’élan du cyclotourisme est déjà constaté sur le territoire bas-laurentien. Les cyclistes, d’ici et d’ailleurs, sont nombreux à emprunter les routes du milieu pour en découvrir les attraits sur deux roues. Le potentiel de la région pourrait toutefois être encore mieux exploité, estime le président-directeur général de Tourisme Bas-Saint-Laurent, Pierre Lévesque.

    Au Québec, on dénote une augmentation de 19 % de cyclotouristes depuis 2010, avec plus de 4,5 millions de cyclistes générant des dépenses touristiques de 700 M$ annuellement. Au Bas-Saint-Laurent, on évalue qu’un séjour moyen, incluant la pratique du vélo, est de 4,7 nuits.

    «À vélo, nos richesses touristiques sont amplifiées, a illustré Pierre Lévesque. Le Bas-Saint-Laurent compte sur plusieurs atouts comme la Route Verte, le Petit Témis, la route 132 le long du fleuve, les parcs nationaux, des forfaits cyclistes et plusieurs opportunités pour le vélo de montagne.»

    «Nous avons un potentiel très intéressant avec lequel travailler», a-t-il ajouté. 

    Tourisme Bas-Saint-Laurent a donc décidé de développer le produit et de faire de la région un «incontournable» auprès des amateurs de vélo. L’organisme estime que le pari en vaudra la chandelle, même s’il faudra des années avant d’avoir une offre structurée et développée à son plein potentiel d’est en ouest. 

    À ce niveau, l’exemple de la motoneige n’est pas anodin. Il s’agit d’un produit mature, bien en place, qui est maintenant alimenté par une promotion annuelle. 

    «Dans un marché aussi compétitif [que celui du vélo et du cyclotourisme], il nous faut développer et structurer notre offre afin de répondre aux attentes des adeptes et de nous démarquer auprès des clientèles touristiques nationales et même internationales», a noté Pierre Lévesque. 

    Le chantier est majeur et il devra être décliné en plusieurs étapes. D’ailleurs, l’équipe de Tourisme Bas-Saint-Laurent ne pourra pas tout faire seule, mais elle souhaite discuter du projet publiquement, faire preuve de leadership et travailler elle-même sur ce qu’elle peut contrôler. 

    «Parmi nos ambitions, on veut se doter des outils et d’une structure d’accueil intégrée pour les visiteurs. On veut aussi accompagner les promoteurs dans une vision concertée du produit vélo», a-t-il dit. 

    DES AXES DE TRAVAIL

    Déjà, Tourisme Bas-Saint-Laurent a réalisé une étude portant sur le développement d’un produit vélo harmonisé. Un sondage et des tables rondes de consultation ont été effectués grâce à la collaboration de plus de 350 personnes au cours des derniers mois. 

    Livrée en mars, celle-ci présente un portrait de l’offre cyclable sur le territoire du Bas-Saint-Laurent et identifie les enjeux et le potentiel de développement par secteur. On y retrouve aussi des exemples inspirants, comme La Véloroute des Bleuets au Lac-Saint-Jean, une analyse concurrentielle, des données sur les habitudes de la clientèle et une analyse des forces et des faiblesses du territoire. 

    À la suite des constats et recommandations de l’étude, un comité aviseur a déjà été mis en place et un réseau de concertation régional des opérateurs de pistes et de circuits vélo sera constitué. Tourisme Bas-Saint-Laurent compte aussi travailler sur trois axes précis : la vision et la gouvernance, le développement et la structuration de l’offre et la commercialisation. 

    Ces grands dossiers comprennent un total de neufs objectifs précis, dont l’accompagnement des MRC dans la mise en place de plans directeurs, l'implantation de programmes d’aide comme levier de projets vélo, la création d’une image de marque régionale et la concertation et harmonisation des outils d’accueil (numérique, signalisation et publications). 

    PARTENAIRES 

    Bien qu’elle soit ambitieuse, l’équipe de Tourisme Bas-Saint-Laurent ne pourra tout faire par elle-même. Les élus municipaux devront participer à l’effort collectif du côté de l’aménagement du territoire, tout comme les MRC et les SADC, par exemple. Déjà, les réponses sont positives. 

    «Il faudra que ce soit aussi porté par le milieu, a convenu Pierre Lévesque. Nous, on part la roue. On va s’occuper de la promotion de l’offre touristique, mais l’aménagement du territoire n’est pas de notre responsabilité.»

    «On amène notre bout et on a des attentes, a-t-il plus tard ajouté. Jusqu’à présent, la réponse est bonne, mais ce qu’on dit, c’est que ce dossier-là doit être prioritaire, sur le dessus de la pile, pour qu’il soit développé.»

    La Véloroute des Bleuets, qui est gérée par sa propre équipe, pourrait-elle aussi inspirer le milieu du côté de la gouvernance? «Oui », a répondu Pierre Lévesque. «C’est potentiellement ce qui devrait être fait, mais on va laisser le milieu choisir quel modèle il veut adopter.»

    Signe de Tourisme Bas-Saint-Laurent fait preuve de sérieux dans ses démarches, Rivière-du-Loup tiendra le premier Forum vélo qui aura lieu le 22 novembre 2023 à Rivière-du-Loup.

    Tourisme Bas-Saint-Laurent estime qu’il faudra plusieurs années avant d’avoir un produit vélo à point sur le territoire. Mais c’est un éléphant qu’il faut manger par bouchées, collectivement. À terme, les retombées seront majeures, l’organisation en est convaincue.  

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 16h15

    Près de 100 000 $ à trois médias communautaires de la circonscription

    La députée Amélie Dionne, annonce, au nom du ministre de la Culture et des Communications, ministre responsable de la Jeunesse et ministre responsable de la région de l’Outaouais, Mathieu Lacombe et de la ministre responsable de la Solidarité sociale et de l’Action communautaire, Chantal Rouleau, l’octroi d’une somme de 97 460 $ à 3 médias ...

    Publié à 8h59

    Près de 1 200 clients privés d’électricité au Bas-Saint-Laurent

    Les vents violents qui ont soufflé sur la région pendant la nuit ont causé quelques pannes d’électricité dans plusieurs localités du Bas-Saint-Laurent. Au total, près de 1 200 clients sont privés d’électricité dans la région en raison de 7 interruptions. Dans les secteurs de Saint-Guy, Lac-des-Aigles et Esprit-Saint, des pannes touchent près de ...

    Publié à 6h57

    Le troupeau de la Ferme JPS Desjardins de Saint-Arsène classé 5e meilleur au Canada

    Le dur labeur de la famille Desjardins de Saint-Arsène a été récompensé ce 20 février. Le troupeau de la ferme familiale a été classé 5e meilleur au Canada, sur 6 000, par Lactanet. Au Québec, il se positionne au 3e rang, à seulement un point de la seconde place. Une reconnaissance inattendue, mais qui réjouit la gestionnaire et copropriétaire, ...