X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Les élus municipaux préoccupés par les ruptures de services

durée 10 juillet 2023 | 08h05
  • Lors de leur rencontre régulière du 29 juin dernier, les membres de la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) ont partagé leurs inquiétudes face aux ruptures de services appréhendées en obstétrique aux hôpitaux de Matane, Notre-Dame-du-Lac et d’Amqui, ainsi qu’en regard de leur diminution à l’urgence de La Mitis pendant la période estivale, malgré les efforts déployés par le Centre intégré de santé et des services sociaux du Bas-Saint-Laurent (CISSS). Ils demandent au ministre de la Santé d’inclure des mesures dans sa réforme afin assurer le maintien des services à la population du Bas-Saint-Laurent.

    «Nous avons toujours entretenu d’excellentes relations avec notre CISSS et c’est encore le cas avec son nouveau président directeur-général, le Dr Jean-Christophe Carvalho. Mais force est d’avouer que l’administration régionale ne peut pas tout régler seule et qu’elle doit être mieux soutenue. Or, lors de sa tournée des régions au printemps, le ministre Dubé a souligné l’importance de travailler avec les élus municipaux pour mettre en place sa réforme, soulignant avec justesse leur connaissance fine des enjeux dans les communautés. C’est dans cet esprit que nous l’interpellons aujourd’hui pour lui rappeler que tous les citoyens et citoyennes du Québec doivent être desservis adéquatement par le réseau», a déclaré Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL. 

    «Les ruptures de services en obstétrique sont récurrentes au Bas-Saint-Laurent et la région doit dépendre des services de dépannage année après année. Il faut des mesures structurantes pour mettre fin à ce cercle vicieux et renforcer une fois pour toute l’offre dans notre région. La précarité et la fragilité ont assez duré», souligne M. Lagacé.

    LES SERVICES D'URGENCE

    L’incertitude règne également sur la capacité à offrir des services d’urgence dans les plus petites communautés. À Pohénégamook, la concertation et la collaboration du personnel en place ont permis d’éviter une réduction des services. En revanche, malgré les efforts du CISSS du Bas-Saint-Laurent et de son personnel pour trouver des solutions, l’urgence de l’hôpital de La Mitis fermera ses portes à 16 h les soirs de fin de semaine, plutôt qu’à 20 h.

    «Imaginez que vous ayez un accident en forêt et que vous nécessitiez des soins d’urgence. Malgré la douleur, vous foncez vers l’hôpital de Mont-Joli et vous vous rivez le nez à la porte. Vous auriez dû savoir que les heures d’ouverture avaient changé?», illustre Bruno Paradis, préfet de La Mitis et membre de la TREMBSL. «Il faut assurer une stabilité de l’offre dans le domaine de la santé. On ne peut pas demander à la population de s’adapter à la fluctuation des horaires à chaque fois qu’on manque d’effectifs», déplore M. Paradis.

    Même critique du côté de Martin Soucy, maire de Mont-Joli et vice-président de la TREMBSL. « Il s’agit de services essentiels et, à ce titre, ils doivent être disponibles. Au niveau municipal, nous avons la responsabilité d’offrir nombre de ces services, comme l’entretien des routes l’hiver, des services de lutte aux incendies et l’accès à l’eau potable. Quoi qu’il arrive, peu importe les circonstances, nous avons l’obligation de trouver des solutions. Le réseau de la santé a la même responsabilité populationnelle et il doit être en mesure d’assurer les services à la population », déclare-t-il.

    SOLUTIONS PÉRENNES

    Les membres de la TREMBSL offrent leur collaboration au ministère de la Santé et au CISSS du Bas-St-Laurent pour maintenir, voire bonifier l’offre de services dans la région.

    «Nous pouvons jouer un rôle important dans l’attractivité de la main-d’œuvre et la promotion de nos milieux de vie. En ce qui concerne les ruptures en obstétrique, elles sont récurrentes depuis plusieurs années. Ce qui est récurrent est par essence prévisible et relève d’une saine répartition des effectifs sur le plan national, y compris par le déploiement d’incitatifs pour encourager la pratique en région, comme c’est le cas chez nos voisins de la Gaspésie. Enfin, le ministère doit profiter de la réflexion en cours sur l’amélioration de l’accès aux services d’urgence à l’échelle de la province pour changer le statut de l’urgence de La Mitis, qui est classée comme une urgence mineure, afin qu’elle soit considérée dans le Plan régionale des effectifs médicaux, ce qui n’est pas le cas présentement, et qu’elle soit aussi admissible au mécanisme de dépannage national des urgences. On pourrait également en profiter pour y greffer d’autres services de proximité au bénéfice de la population», conclut M. Lagacé.

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 13h27

    Mettre du soleil dans la vie des aînés en devenant un «Sunny»   

    Le CISSS du Bas-Saint-Laurent, en collaboration avec la Fondation Sunny, lance pour une troisième année consécutive une campagne de recrutement auprès des jeunes de 12 à 17 ans. Le programme de bénévolat Sunny Action leur offre une opportunité unique de s'impliquer dans leur communauté et de créer des liens avec les résidents de nos CHSLD et maisons ...

    Publié à 6h59

    Des priorités de développement à cibler pour le Bas-Saint-Laurent

    Plus d’une centaine d’acteurs du milieu municipal, politique et institutionnel se sont réunis à Rivière-du-Loup le 10 mai à l’occasion du 4e Forum des partenaires du développement régional. Cet événement a pour objectif de définir les priorités du Bas-Saint-Laurent dans le cadre du renouvellement de la Stratégie gouvernementale pour assurer ...

    Publié à 6h03

    Le caucus de la CAQ au Bas-Saint-Laurent à l’écoute des élus locaux

    La ministre des Ressources naturelles et des Forêts, ministre responsable du Bas-Saint-Laurent et députée de Rimouski, Maïté Blanchette Vézina, dresse un bilan positif de la rencontre avec la Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent qui avait lieu le 16 mai. Pour l’occasion, elle était accompagnée de la députée de Rivière-du-Loup – ...