X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Rivière-du-Loup Toyota se mobilise pour Marijoelle Thibeault

durée 16 avril 2023 | 06h56
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste

    Les membres de la direction de Rivière-du-Loup Toyota, soit Claude Boucher, Steeve Pelletier et Sylvie Vignet, se sont mobilisés afin d’appuyer Marijoelle Thibeault, la fille de leur employée Sandra Labrie. Ils ont remis un don de 1000 $ à la famille afin d’aider à payer les frais d’une opération importante et urgente que la jeune femme de 21 ans devra subir dans les prochains mois.

    Depuis ses 16 ans, Marijoelle Thibeault a des douleurs au dos. Après avoir consulté un médecin, le diagnostic est tombé : «Les vertèbres dans ma colonne frottent ensemble et ça écrase un peu les nerfs liés à mes jambes. Parfois ça m’enlève de la mobilité et ça me fait beaucoup de douleurs», explique-t-elle. La jeune femme a aussi de la difficulté à supporter son propre poids. Ainsi, sans l’opération, la jeune femme ne pourrait jamais tomber enceinte.

    Prochainement, elle devra subir une résection interépineuse. Pendant l’intervention, le chirurgien enlèvera des fragments d’os afin de décompresser ses nerfs. «Si ce n’est pas fait bientôt, je risque de devenir invalide, car ça va juste fusionner ensemble», confie la jeune femme.

    Marijoelle Thibeault attend présentement un appel pour planifier sa chirurgie dans les premières semaines du mois de juin. Mme Labrie souligne que les délais sont beaucoup trop longs au public, de l’ordre de cinq ans d’attente. Le temps presse pour sa fille, puisque le chirurgien qui la suit depuis plusieurs années déménage en France.

    La famille s’est tournée vers le privé, mais le montant de l’opération s’élève à 16 000 $. Une campagne de sociofinancement par la plateforme GoFundMe a été lancée par Gino Chartier au nom du syndicat des Métallos de la section 9599 du Québec pour soutenir la jeune femme. En trois semaines, un peu plus de la moitié de l’objectif a été amassé, ce qui donne espoir à Mme Labrie d’atteindre le montant nécessaire.

    Touchée par l’histoire de son employée qui travaille chez Toyota depuis trois ans, Sylvie Vignet copropriétaire et responsable protection renseignements personnels, souhaitait s’impliquer. «On a beau être une entreprise, on est aussi des humains, confie-t-elle. On considère qu’on a un travail à faire là-dedans en tant qu’employeur». Par son soutien, la direction de Rivière-du-Loup Toyota désire que Sandra Labrie ait la conscience tranquille et qu’elle puisse se concentrer sur la convalescence de sa fille, sans se préoccuper de l’aspect financier.

    Outre le 1 000 $ remis par Rivière-du-Loup Toyota, plusieurs collègues de Mme Labrie ont effectué des dons personnels, dont Mme Vignet. «C’est une jeune femme, elle a toute la vie devant elle. Quelle sorte de vie peut-on lui offrir? C’est mieux d’agir là que d’attendre qu’elle soit handicapée, qu’elle soit prise en charge par la société. Elle veut travailler. Il faut lui donner les moyens de faire ce qu’elle veut dans sa vie», clame-t-elle. 

    La mère de Mariejoelle Thibeault indique que malgré ses douleurs, sa fille travaille tout de même et cherche à avancer. Elle est machiniste chez Premier Tech depuis deux ans, un emploi qui nécessite d’être debout et de soulever de lourdes charges. «Elle pourrait dire qu’elle n’est plus capable, qu’elle arrête ça, mais…, commence-t-elle. Elle se bat avec ça tout le temps. Donc on l’aide dans son combat. Le fait d’être derrière elle, qu’elle se sente supportée, ça lui donne des ailes. Elle sait qu’elle n’est pas seule avec ça», termine Sylvie Vignet.

    Sandra Labrie ne s’attendait pas à une telle implication de ses collègues et de son employeur. Elle savait qu’ils étaient proches, mais sentir leur soutien lui montre qu’ils sont une famille et cela resserre leurs liens. «Ça me fait chaud au cœur. Ma fille a besoin de cette opération pour continuer, arrêter de ressentir des douleurs et avoir une meilleure qualité de vie. Je ne peux pas dire autre chose que merci», avoue-t-elle.

    «C’est comme ça qu’on voit qu’il y a encore des personnes prêtes à aider des gens qui en ont besoin», confie Marijoelle Thibeault. La jeune femme est extrêmement reconnaissante d’obtenir toute cette aide. Cette opération est impérative pour une guérison à 100 %. «C’est ça que j’espère le plus pour commencer à vivre et me dire que je me lève le matin sans douleur».
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    14 avril 2024 | 14h28

    La chasse à l’oie, une activité complémentaire à celle des effaroucheurs

    L’oie des neiges est de retour au Bas-Saint-Laurent pour quelques semaines en attente de poursuivre sa migration vers son aire de reproduction dans l’Arctique canadien. L’intervention de chasseurs, en accord avec les propriétaires des terres agricoles et dans le respect de ces dernières, peut être complémentaire au travail des effaroucheurs et ...

    14 avril 2024 | 14h19

    Le Québec et le Bas-Saint-Laurent perdant sur toute la ligne selon Maxime Blanchette-Joncas

    Le député de Rimouski–Neigette–Témiscouata–Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, a dénoncé le peu d’investissements de la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) au Québec, alors que le Québec est plongé en pleine crise du logement. Selon le Bloc Québécois, quand Ottawa choisit les projets, le Québec est lésé. Des chiffres obtenus ...

    14 avril 2024 | 7h10

    Le Jeune Barreau de Montréal lance sa 42e Clinique juridique téléphonique

    Le Jeune Barreau de Montréal (JBM) lance sa 42e édition de la Clinique juridique téléphonique, qui aura lieu les 20 et 21 avril prochains. Le temps d'une fin de semaine, avocats et notaires se mobiliseront pour offrir des conseils juridiques gratuits par téléphone à la population de partout au Québec. Cette initiative constitue, avec d'autres ...