X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Éclipse solaire totale : 97 % du phénomène visible au Bas-Saint-Laurent

durée 8 avril 2023 | 06h01
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Dans exactement un an, soit le 8 avril 2024, un phénomène rare se produira dans le ciel surplombant le Québec et l’Ontario : une éclipse solaire totale. Bien que cet évènement céleste se déroule annuellement de façon partielle, assister à une couverture complète du Soleil par la Lune est unique et n’arrive souvent qu’une seule fois dans une vie. L’astronome à l’Observatoire d’interprétation scientifique Aster de Saint-Louis-du-Ha! Ha!, Marc-André Paradis, qui aura le privilège d’assister à sa seconde éclipse solaire totale, mentionne qu’elle sera visible à 97 % dans la région du Bas-Saint-Laurent.

    «Ça va noircir amplement sur le terrain, on va voir la pénombre comme il faut. Il va rester un petit côté du soleil qui va émettre sa lumière», explique M. Paradis. Les endroits au Québec où la Lune couvrira 100 % du Soleil sont en Estrie (Bromont), en Beauce, à Grand-Sault et à Montréal. La totalité de l’éclipse durera environ trois minutes.

    Le phénomène céleste commencera vers 14 h 20 avant d’atteindre son maximum à 15 h 30 et se terminer à 16 h 40, laissant un temps d’observation d’environ 2 h 20 à la population. «Vivre une éclipse totale, ça sort de l’ordinaire parce que, pour la nature, le Soleil est en train de se coucher. La noirceur arrive, donc la nature devient tranquille», confie l’astronome. Les oiseaux arrêtent de piailler, les animaux se taisent puisque les prédateurs se mettent à chasser, la température chute un peu, souligne-t-il.

    Il raconte que depuis de l’histoire de l’humanité, les humains ont une connexion directe avec l’univers. Il informe que les éclipses solaires ont toujours été spéciales puisque, lorsque la Lune masquait complètement le Soleil, tout le monde cherchait à avoir un sorcier, un chaman ou un druide pour faire des incantations pour ramener la lumière. «Ç’a même arrêté une bataille, une guerre un moment donné», a-t-il indiqué.

    OBSERVER EN TOUTE SÉCURITÉ

    Selon Marc-André Paradis, il est important de déjà parler de cet évènement afin de préparer les gens à l’observation. «Lorsque toute la surface du Soleil est cachée par la Lune, il n’y a plus de lumière aveuglante pour nos yeux, donc on serait tentés de regarder juste à l’œil nu. Bien qu’on soit capables de le faire, ce n’est pas une bonne idée. Ce qui est dommageable pour les yeux c’est ce qu’on ne voit pas : les rayons ultraviolets (UV) et il y en a tout le tour du Soleil. C’est la couronne solaire, elle est très difficile à voir», partage-t-il.

    Même si l’astre est caché par son satellite, de nombreux rayons UV imperceptibles sont diffusés autour, dégradant ainsi la vue des humains sans qu’ils ne s’en rendent compte. La lumière ultraviolette qui entre en contact avec les yeux endommage le cristallin, ce qui de manière prolongée ou répétée peut développer un problème de cataractes. Afin d’éviter cette complication, il suffit de se procurer un filtre spécial pour observer l’éclipse ou la regarder à l’aide d’un petit trou percé dans une boite à chaussure.

    Avec une année d’avance, les intéressés souhaitant voir l’éclipse peuvent déjà se préparer en achetant cette feuille spéciale, qui s’épuise rapidement lorsque la date de l’évènement approche puisque tout le monde l’achète en même temps.

    Aster pourra tester son équipement avant le jour J du 8 avril 2024 avec l’éclipse partielle de 10 % qui se déroulera le 14 octobre prochain. À l'aide de son gros télescope, l’observatoire pourra notamment voir les taches solaires qui sont à la surface du Soleil et aura peut-être la chance d’observer des éruptions solaires. Lors de l’éclipse, il sera aussi possible d’apercevoir Mars et Vénus.

    Même si les éclipses solaires totales ne sont pas un phénomène unique puisqu’elles se passent annuellement, M. Paradis révèle qu’il est cependant rare d’être au bon endroit pour les regarder. La dernière observée au Québec remonte à 1972 et les scientifiques prévoient la prochaine, après celle de 2024, 82 ans plus tard.

    C’est donc un évènement astronomique à ne pas manquer. Aster dévoilera aussi une programmation pour l’occasion. L’observatoire compte se déplacer sur le terrain d’une école de la région afin de faire profiter les jeunes de leur équipement ainsi que le public.

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h57

    Se mobiliser pour la propreté de la Pointe à Rivière-du-Loup

    Au cours des dernières semaines, des citoyens de Rivière-du-Loup ont remarqué qu’avec l’apparition du beau temps, des déchets ont aussi commencé à parsemer le parc de la Pointe. Conséquence du début de la saison estivale qui approche à grands pas, mais aussi du manque de civisme de certaines personnes. La Ville estime que la communauté doit se ...

    Publié à 6h42

    Une nouvelle certification collégiale en initiation à la pédagogie musicale au Cégep de Rivière-du-Loup

    Le Service de la formation continue du Cégep de Rivière-du-Loup annonce la création d’une nouvelle certification collégiale intitulée Initiation à la pédagogie musicale. Fruit d’une collaboration avec l'École de musique Alain-Caron (ÉMAC) de Rivière-du-Loup, cette formation de 70 heures vise à outiller les personnes qui enseignent ou qui souhaitent ...

    Publié à 6h33

    Bernard Bélanger reçoit l’Ordre national du Québec

    L’apport significatif à l’évolution et au rayonnement du Québec du président du conseil d’administration de Premier Tech, Bernard Bélanger, sera reconnu, le 19 juin prochain à Québec. L’entrepreneur louperivois se verra alors remettre le grade d’officier de l’Ordre national du Québec des mains du premier ministre du Québec, François ...