X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Manque de logements au Bas-Saint-Laurent et dans l’Est-du-Québec 

Et si les municipalités prenaient les choses en main grâce à l’éolien?

durée 31 mars 2023 | 06h08
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    La problématique du manque de logements au Bas-Saint-Laurent devrait-elle être abordée sous une perspective régionale et collective? La solution pourrait-elle passer par une vaste concertation et surtout par une utilisation commune d’une partie des bénéfices des prochains projets éoliens? Ce sont des questions soulevées par le député de Montmagny—L'Islet—Kamouraska—Rivière-du-Loup, Bernard Généreux, la semaine dernière. 

    Dans une récente discussion avec Info Dimanche, M. Généreux a partagé une réflexion qu’il entretient depuis qu’Hydro-Québec a confirmé les projets retenus dans le cadre son appel d’offres pour les prochains projets éoliens, dont trois dans l’Est-du-Québec. Il soutient que de plus en plus de personnes rejoindront les municipalités de Chaudière-Appalaches, du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie dans les prochaines années et qu’il faut penser collectivement à des façons de les accueillir et de les garder. Il s’agit, dit-il, d’une responsabilité collective.

    «Tout le monde se cherche du personnel actuellement. Des entreprises trouvent des travailleurs, mais ne les gardent pas parce qu’ils ne savent pas où se loger. C’est une réalité à laquelle il faut vraiment s’attarder», partage-t-il, soutenant que les consultations publiques au sujet du redécoupage électoral l’ont amené à se questionner sur les nombreux défis démographiques régionaux. 

    «Je pense qu’on a un rôle à jouer régionalement pour attirer du monde chez nous. Quand je vois les projets éoliens, l’argent qui va rentrer à la pelle dans l’ensemble des municipalités du Bas-Saint-Laurent grâce à un travail extraordinaire, je me dis qu’il faut se demander ce qu’on veut faire avec cet argent-là.»

    «Il faut trouver une solution [au manque de logements] et ça passe par le collectif, poursuit-il. Il faut qu’on se donne les moyens, collectivement, dans nos municipalités, de construire rapidement des habitations à prix abordables. Et une partie des redevances des éoliens offre des opportunités incroyables.»

    Bernard Généreux se décrit comme un homme cartésien, pragmatique. Il ne prétend pas avoir découvert le pain tranché, mais estime néanmoins qu’il s’agit d’une idée à approfondir. Le député conservateur croit fermement qu’il faut ouvrir la discussion. Maintenant. 

    «Générer des centaines de millions de dollars en retombées économiques, c’est une chose, laisser chacun gérer ses petits projets de trottoir et autres, cela en est une autre. À partir de ces sommes d’argent-là, collectées de façon régionale et collective, réinvestir au niveau du logement serait judicieux», maintient-il. 

    Et qui devrait prendre le leadership d’un tel dossier? Il nomme la Table régionale des élu(e)s municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL), mais réitère n’avoir pas toutes les réponses. La réflexion ne gagnera qu’à être discutée et développée par les instances locales, insiste-t-il. 

    «Il y a actuellement une très belle collaboration des MRC et des municipalités de l’Est-du-Québec dans le projet d’Alliance de l'énergie de l'Est. Il y a une union. Qu’est-ce qui empêcherait la création d’une entité similaire dont la mission serait de promouvoir et de concrétiser des projets de loyers, loyers modiques?»

    «Je crois qu’il faut une organisation régionale structurée qui pourrait construire ou transformer des édifices présents sur le territoire, rapidement […] Donnons-nous une stratégie régionale ou suprarégionale d’habitation pour que tout le monde travaille dans le même sens.»

    Bernard Généreux soutient également qu’une telle façon de faire permettrait d’espérer de belles contributions financières des paliers gouvernementaux. Il maintient que les gouvernements seront enclins à répondre présents quand les régions partageront leur volonté d’investir massivement.  

    UNE RÉFLEXION «QUI NE TIENT PAS LA ROUTE»

    Appelé à réagir à la proposition du député fédéral, le président de la TREMBSL et préfet de la MRC de Rivière-du-Loup, Michel Lagacé, n’a pas caché son scepticisme et même son étonnement. Selon lui, l’idée ne tient pas la route, et ce, à plusieurs niveaux. 

    D’une part, il estime que Bernard Généreux fait fausse route quand il voit les bénéfices des prochains projets éoliens comme une partie de la solution à la problématique actuelle du manque de logements. Il rétorque que les nouveaux fonds ne seront pas versés aux municipalités avant plusieurs années (vers 2027-2028) et que les élus n’ont pas le loisir d’attendre encore tout ce temps avant d’agir. 

    «La question de l’habitation et le manque de logements nous préoccupent beaucoup, aux niveaux municipal et régional, et on y travaille déjà. C’est une problématique actuelle. Les besoins, ils ne sont pas dans cinq ans, ils sont là, maintenant. On ne peut pas attendre les revenus de l’éolien», souligne-t-il. 

    Il soutient du même coup que plusieurs efforts sont déjà déployés pour travailler les dossiers de l’habitation et de la main d’œuvre entre les différents intervenants régionaux. «Il y a déjà des démarches d’attractivité par territoire de MRC et à la hauteur du Bas-Saint-Laurent également. On travaille aussi déjà sur les enjeux d’habitation et de logement dans chaque territoire. C’est développé avec les CLD, les villes, les promoteurs, les institutions d’enseignement…», a-t-il dit. 

    Quant à l’utilisation des fonds éoliens, il rappelle que chaque territoire est souverain et que les municipalités sont sous pression financièrement depuis plus années. Les sommes issues de l’éolien sont importantes, et servent régulièrement au financement de projets structurants. 

    «M. Généreux a été maire. Il devrait s’avoir que le quotidien des municipalités, ce n’est pas juste de s’occuper des trottoirs. C’est les CPE, l’emploi, l’immigration…Notre table est pleine.»

    Selon lui, les gouvernements ont aussi une responsabilité d’en faire plus pour soutenir les communautés locales. «Ce serait intéressant que les paliers municipaux, provinciaux et fédéraux s’entendent sur une redistribution des revenus en faveur des municipalités […] Si M. Généreux veut mettre beaucoup de temps pour améliorer la situation du logement et de l’habitation en travaillant pour qu’il y ait davantage de sommes qui soient envoyées vers le gouvernement du Québec et que les municipalités puissent y avoir accès, grand bien nous en fasse.»

    «Ce serait plus efficace que d’attendre après les revenus éoliens», a-t-il conclu. 
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h57

    Se mobiliser pour la propreté de la Pointe à Rivière-du-Loup

    Au cours des dernières semaines, des citoyens de Rivière-du-Loup ont remarqué qu’avec l’apparition du beau temps, des déchets ont aussi commencé à parsemer le parc de la Pointe. Conséquence du début de la saison estivale qui approche à grands pas, mais aussi du manque de civisme de certaines personnes. La Ville estime que la communauté doit se ...

    Publié à 6h42

    Une nouvelle certification collégiale en initiation à la pédagogie musicale au Cégep de Rivière-du-Loup

    Le Service de la formation continue du Cégep de Rivière-du-Loup annonce la création d’une nouvelle certification collégiale intitulée Initiation à la pédagogie musicale. Fruit d’une collaboration avec l'École de musique Alain-Caron (ÉMAC) de Rivière-du-Loup, cette formation de 70 heures vise à outiller les personnes qui enseignent ou qui souhaitent ...

    Publié à 6h33

    Bernard Bélanger reçoit l’Ordre national du Québec

    L’apport significatif à l’évolution et au rayonnement du Québec du président du conseil d’administration de Premier Tech, Bernard Bélanger, sera reconnu, le 19 juin prochain à Québec. L’entrepreneur louperivois se verra alors remettre le grade d’officier de l’Ordre national du Québec des mains du premier ministre du Québec, François ...