X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Bertin Denis compte défendre l'intégrité de la MRC des Basques

durée 16 mars 2023 | 06h03
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    La démarche de Saint-Guy vers un regroupement avec Lac-des-Aigles, une Municipalité du territoire de la MRC de Témiscouata, passe mal auprès du préfet de la MRC des Basques, Bertin Denis. Depuis plusieurs semaines, il dénonce l’initiative, regrettant que sa MRC perdrait une importante partie de son territoire, soit environ 10 %, si elle se concrétise.

    «On est récemment intervenus auprès de la Municipalité pour les convaincre de surseoir à leur décision. On les considère comme des partenaires depuis toujours, depuis la fondation de la MRC. On ne veut pas les perdre», a-t-il réitéré, le 15 mars. 

    «Nous sommes toujours prêts à faire tous les gestes possibles et nécessaires pour leur venir en aide et les aider à poursuivre leur développement à l’intérieur de la MRC des Basques», a-t-il ajouté. 

    >> À lire : Plein gaz vers la fusion entre Lac-des-Aigles et Saint-Guy 

    Bertin Denis regrette que l’étude du ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire ne se soit pas intéressée davantage à l’impact d’une cessation entre la MRC des Basques et une de ses partenaires.

    «On perd du territoire, de la surface. C’est important. On est déjà l’une des plus petites MRC du Québec. Et là, Saint-Guy va s’associer à l’une des plus grandes…», a-t-il laissé entendre. 

    «Je sais que l’objectif, ce n’est pas de partir en guerre contre la MRC. Mais quelque part, Saint-Guy va renier son passé, son intégrité. Elle va disparaître.»

    Il se désole d’ailleurs que le regroupement avec Lac-des-Aigles signifie la fin d’une identité, même si Saint-Guy demeurerait le nom d’un district, d’un quartier. 

    «On va sortir tout l’argumentaire possible auprès du ministère pour que ça ne se fasse pas. On va aussi communiquer des façon d’aider Saint-Guy à se maintenir.»

    De son côté, Gilles Rousseau comprend la frustration de M. Denis. «Nous avons un grand territoire avec beaucoup de ressources. Saint-Guy, c’est beaucoup plus que 50 personnes, mais nous sommes convaincus que nous prenons la bonne décision», a-t-il dit. 

    Quoi qu’il en soit, Bertin Denis n’en démordra pas. «Ils vont défendre leur bout, on va défendre le nôtre. On verra ce que le ministère en pense», a-t-il conclu. 

     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    19 mai 2024 | 6h33

    Témis en Bière de retour en août

    C’est du 1er au 3 août que se tiendra la 4e édition de Témis en Bière au Parc Clair Soleil de Témiscouata-sur-le-Lac dans le quartier Cabano. Lors de ce festival de la bière, il sera possible de manger des produits locaux et régionaux, puis d’écouter de la musique alors que l’admission sera gratuite pour entrer sur le site. Ainsi, des ...

    19 mai 2024 | 6h29

    Le Mouvement Desjardins abandonne les régions, selon les syndicats 

    Le Conseil régional FTQ Bas-Saint-Laurent – Gaspésie – Îles-de-la-Madeleine, le SEPB-Québec local 575, ainsi que les représentants de la société civile et maires de la région, dénoncent la décision du Mouvement Desjardins de fermer ses bureaux, guichets et centres de services dans 10 municipalités. Pour les différents porte-paroles, il est clair que ...

    19 mai 2024 | 6h03

    La qualité de l’air sera suivie et mesurée à Saint-Mathieu-de-Rioux

    Le ministère de l’Environnement a récemment fait part de nouvelles mesures qu’il allait mettre en place afin de s’assurer de la qualité de l’air à Saint-Mathieu-de-Rioux. Des démarches concrètes, issues d’un plan de contrôle, seront entreprises au cours de la saison estivale et viendront répondre aux plaintes répétées envers les émanations de ...