X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Tous les chemins mènent à la politique pour Amélie Dionne

durée 2 janvier 2023 | 06h54
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    Élue députée de Rivière-du-Loup-Témiscouata en octobre dernier avec une écrasante majorité de 52 % des votes, Amélie Dionne se dit encore sous le choc des résultats qu’elle a obtenus dans la région. Elle l’a emporté dans 41 des 43 municipalités de la circonscription, portée par son travail sur le terrain et par la vague de la Coalition avenir Québec qui a déferlé dans la province.

    Si les choses se sont enchainées rapidement à la suite de son élection, ce n’est qu’à son arrivée au Salon bleu, à l’ouverture de la session parlementaire, qu’Amélie Dionne a pris pleinement conscience que sa vie venait de changer. «Quand je suis entrée et que j’ai vu mon nom sur le bureau, j’ai réalisé que j’étais parmi les 125 députés qui représentent 8 millions de Québécois […] C’est impressionnant quand on réalise le rôle et les responsabilités qu’on a.»

    Son assermentation officielle lui a rappelé des souvenirs qui dataient de 1995, alors qu’elle avait été nommée whip de l’opposition officielle au Parlement étudiant, à l’âge de 20 ans. Elle s’est retrouvée à l’Assemblée nationale 27 ans plus tard, cette fois pour représenter la population de la circonscription où elle a grandi. Même si elle ne se rappelle pas chacun des détails, Amélie Dionne s’est surtout remémoré l’émotion qu’elle avait vécue à l’Assemblée nationale alors qu’elle était étudiante.

    «Le feeling m’est resté […] La politique, ça a toujours fait partie de ma vie. J’ai été élevée par un papa politicien. Dès mon jeune âge, il était conseiller municipal et il a été maire. J’ai grandi là-dedans. Alors que mes amis au secondaire ne voulaient rien savoir, moi, je m’impliquais déjà.»

    Son père, Jean-Guy Dionne, a été maire de Saint-Patrice de 1991 à 1999, avant la fusion municipale avec Rivière-du-Loup. Amélie Dionne a suivi ses traces en politique, parce que c’était la «locomotive» qu’elle connaissait le mieux pour s’impliquer. Son paternel était particulièrement émotif lorsque sa victoire a été confirmée à son rassemblement électoral à l’Hôtel Universel de Rivière-du-Loup, le 3 octobre.

    «Ça m’a beaucoup émue. Je ne le fais pas pour mon père. Je le fais pour moi et par conviction […] C’est mon rêve et c’était mon objectif. De voir mon père si fier, ça ajoute à l’effet d’avoir été élue députée. Ça me motive encore plus.» Cette fierté s’ajoute à celle d’être la première femme députée de la circonscription de Rivière-du-Loup-Témiscouata, créée en 2011.

    Amélie Dionne rappelle que la première fonction d’une députée est celle de législateur à l’Assemblée nationale à Québec pour voter des lois et modifier des règlements. Elle s’appuie sur une équipe qui a maintenant pignon sur rue à Trois-Pistoles et au Témiscouata, avec Yves Lebel. Amélie Martineau remplit les fonctions d’attachée politique à Rivière-du-Loup. Chantal Levesque (adjointe administrative) et Nathalie Caillouette (directrice et attachée politique) complètent son personnel.

    Bien qu’elle n’ait pas hérité d’un ministère à piloter, Amélie Dionne occupe des fonctions qui s’ajoutent à son rôle de députée. Elle siège comme vice-présidente à la Commission de la culture et de l’éducation et elle est membre de la Commission sur l’aménagement du territoire en raison de son expérience dans le milieu municipal. Elle est aussi adjointe gouvernementale au tourisme.

    Sa marque de commerce est de faire une place à la MRC des Basques dans ses allocutions, en ajoutant «incluant les Basques», bien que le nom de la circonscription ne soit pas officiellement changé. «Ce n’est pas une évidence de le faire, ça fait partie de mes engagements. En attendant, c’est le moyen légal que j’ai trouvé pour inclure les citoyens.»

    DOSSIERS PRIORITAIRES

    Celle qui se décrit avant tout comme une députée de terrain a établi six priorités pour son début de mandat. Elle travaille présentement sur le dossier de l’usine de biométhanisation de la Société d’économie mixte et d’énergie renouvelable avec le ministre Pierre Fitzgibbon. L’aménagement de la deuxième phase du développement du parc national du Lac-Témiscouata fait aussi partie de ses engagements. Au cours des dernières semaines, une rencontre a eu lieu entre le comité de travail de la MRC de Rivière-du-Loup, la députée, le cabinet de la ministre de la Famille Suzanne Roy et le ministère concernant les enjeux du manque de places en CPE dans la région louperivoise. «J’assois tout le monde autour de la table, on se parle et on règle les problèmes. C’est mon modus opérandi.»

    La députée travaille sur l’élaboration de six projets de logement social ou abordable dans la région. Elle collabore avec les trois MRC du territoire afin de cartographier les secteurs où la couverture cellulaire est problématique pour que tout soit prêt lorsque les programmes de financement seront annoncés. Elle s’est engagée à décentraliser les soins de santé, en 
collaboration avec les acteurs du réseau 
de la santé. Une vigie sera faite concernant le Plan santé du ministre de la Santé Christian Dubé et sa concrétisation sur le terrain. 
«Notre population est vieillissante, on veut 
garder nos ainés le plus possible à la maison, ça nous prend des soins de proximité», ajoute Amélie Dionne.

    «Je suis positive là-dedans parce qu’on gère de la croissance. Ça fait longtemps qu’on n’en avait pas géré dans la circonscription. Ce sont de gros enjeux, mais ils sont tellement positifs. Ça veut dire qu’on crée de la richesse. On a des familles qui viennent s’établir ici. On a le vent dans les voiles.» Depuis deux mois, Amélie Dionne a remis près de 50 000 $ de son budget discrétionnaire à une quarantaine d’organismes communautaires en soutien à l’action bénévole.

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 16h54

    Maxime Blanchette Joncas gonflé à bloc pour la rentrée parlementaire

    Création de logements, pénurie de main-d’œuvre, assurance-emploi et couverture cellulaire sont des enjeux locaux qui se trouvent au cœur des priorités du député de Rimouski-Neigette—Témiscouata—Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, pour la session parlementaire 2023 qui vient tout juste de débuter. «Le gouvernement fédéral […] ne connait pas la ...

    Publié à 12h18

    L'Assemblée nationale s'oppose à la refonte des circonscriptions fédérales

    L’Assemblée nationale s’est officiellement opposée à la suppression de la circonscription d’Avignon–La Mitis–Matane–Matapédia dans l'Est-du-Québec ce mardi 7 février. La motion soulignant l'opposition des députés provinciaux a été adoptée à l'unanimité et sans débat. Le texte de motion présenté a été présenté par le leader parlementaire de ...

    Publié à 11h22

    Néomédia et infodimanche.com renforcent leur architecture

    Vous l'aurez remarqué, depuis vendredi dernier, le site Internet infodimanche.com et l'application infodimanche rencontrent certaines difficultés. Un problème de serveurs de notre fournisseur Néomédia s'est avéré être l'oeuvre de pirates informatiques. L'entreprise située en Beauce a donc saisi l'occasion afin de migrer son architecture sur une ...