X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Cacouna sera plus «vocale» dans le dossier de la traverse 

durée 23 novembre 2022 | 06h53
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    Cacouna ne compte pas rester les bras croisés au cours des prochains mois dans le dossier du possible déménagement du lien maritime entre la région et Saint-Siméon. La Municipalité, qui a bien l’intention de convaincre Québec que son port de mer est l’endroit idéal pour accueillir le traversier, souhaite d’ailleurs être plus visible d’ici le printemps 2023. 

    Après avoir choisi la discrétion et le travail dans l’ombre, les élus de Cacouna comptent profiter du temps qui leur reste avant le dépôt de l’étude d’opportunité de la Société des traversiers du Québec (STQ) pour manifester leur objectif et exposer leurs arguments. 

    Pour les aider à atteindre leur but, ils ont aussi récemment fait appel aux services de la firme Fernández relations publiques. Selon la résolution du conseil, un montant maximal de 13 800 $ sera pris dans les surplus accumulés pour l’octroi d’un contrat ponctuel.

    La mairesse de Cacouna, Suzanne Rhéaume, explique que la possibilité d’utiliser les services d’une firme privée était évaluée depuis un bout de temps dans ce dossier. Celle choisie est spécialisée dans les dossiers municipaux et aura le mandat d’appuyer la Municipalité qui n’a pas la chance de pouvoir compter sur un service de communications. 

    «Maintenant que la saison estivale et que les élections provinciales sont derrière nous, nous souhaitons être plus vocaux dans le dossier de la traverse. Mais nous voulons le faire de la bonne façon avec un message organisé, structuré et clair pour bien représenter notre municipalité et nos citoyens», a-t-elle mentionné. 

    Mme Rhéaume concède que la Municipalité a été plus discrète ces derniers mois, ce qui ne l’a toutefois pas empêchée d’être très active sur le terrain. «C’est d’ailleurs ce que j’avais dit au ministre [François] Bonnardel en février dernier. Il ne faut pas associer le manque de bruit à un manque d’intérêt, puisque nous sommes toujours très intéressés par ce dossier-là», assure-t-elle. 

    «Nous voulons seulement faire les choses de la bonne façon, et la firme viendra nous épauler pour faire des représentations auprès du gouvernement, notamment.»

    Déjà, Cacouna a transmis une lettre à la nouvelle ministre des Transports, Geneviève Guilbault, afin de se présenter et faire valoir ses arguments. Il s’agit d’une première étape qui devrait ouvrir la voie à d’autres actions qui seront prises au cours des prochaines semaines. 

    La Municipalité de Cacouna croit toujours que son port de mer est tout indiqué pour accueillir le traversier assurant la liaison maritime entre Charlevoix et le Bas-Saint-Laurent. Suzanne Rhéaume estime d’ailleurs que la mission commerciale du traversier va de pair avec le mandat industriel et commercial du port. 

    Le quai en eau profonde est aussi un atout de taille, selon elle, afin de sauver les couts de dragage, tout en prolongeant le service de traversier dans la saison. Elle y voit une opportunité exceptionnelle pour le développement économique et touristique de l’ensemble de la région.

    «C’est un dossier très important pour Cacouna et nous sommes convaincus d’être le meilleur endroit pour la traverse, ça n’a pas changé», a-t-elle déclaré. 

    Les conclusions de l'étude d'opportunité de la STQ seront aussi connues au printemps prochain, possiblement en mars. 
     

    commentairesCommentaires

    2

    Pour partagez votre opinion vous devez être connecté.

    • GR
      Gaston Roy
      temps Il y a 11jours
      Madame la Mairesse de Cacouna, le traversier de Rivière du Loup appartient à Rivière du Loup et doit rester a Rivière du Loup. C est un droit acquis depuis pmus ou moins 100 ans. Vous cherchez a dèshabiller Pierre pour habiller Paul. Ce n est pas la meilleure idée du siècle. Que la marina s en aille chez vous ca pourrait toujours être acceptable pour donner plus d accès aux propriétaires de voiliers , mais encore là, on déshabille un pour habiller l autre. Il y a déjà eu un réferendum sur le sujet et vous en connaisdez la reponse contrairement au projet Medway pour lequel on nous empêche un référendum par peur de la réponse. Ne faites pas comme le maire de Rivière du Loup. Écoutez vos citoyens.
    • VD
      Vallier Desjardins
      temps Il y a 11jours
      Mme Rhéaume, je vous appui à cent pour cent dans votre démarche, ne lâchez pas, quel beau projet pour Cacouna et la région dans son ensemble, ce grand port qui date de 1981 (inauguration) fait la fierté de la MRC de Rivière du loup, pourquoi ne pas le valorisé davantage?

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 9h25

    Les marchés publics : un maillon important pour l’accessibilité des produits locaux au Bas-Saint-Laurent

    Imaginez 37 producteurs-transformateurs locaux, 14 marchés publics et 36 intervenants du milieu réunis autour des thématiques de la consolidation et du développement des marchés publics au Bas-Saint-Laurent, le tout agrémenté d’un repas mettant en valeur des produits d’ici. C’est ce qui s’est déroulé le 4 novembre dernier lors du Forum sur l’avenir ...

    Publié à 6h57

    Vers un spectacle à grand déploiement à l’église Notre-Dame-des-Neiges

    L’église Notre-Dame-des-Neiges de Trois-Pistoles pourrait être le théâtre d’un «spectacle unique et à grand déploiement» à compter de l’été 2025. C’est le souhait d’un comité qui travaille depuis maintenant trois ans sur le dossier important de la restauration, de la préservation et de la sauvegarde de ce bâtiment patrimonial reconnu un comme ...

    Publié à 6h44

    La Fondation Jeunesse du Bas-Saint-Laurent se joint à un nouveau mouvement

    Suivant l’évolution rapide et constante des besoins essentiels de dizaines de milliers de jeunes sous la protection du Centre de Protection de l’Enfance et de la Jeunesse (CPEJ), et ce à la grandeur du Québec, 12 fondations régionales œuvrant en matière d’aide directe et de soutien à la protection des jeunes, dont la Fondation Jeunesse du ...