X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Crise du logement : de l’optimisme malgré les défis 

durée 18 novembre 2022 | 06h05
  • Marc-Antoine Paquin
    Par Marc-Antoine Paquin

    Journaliste

    La crise qui frappe les milieux du logement et de l’habitation au Québec ne se règlera pas en quelques mois, ni même en quelques années, mais la discussion qui s’accentue sur cette problématique et la mobilisation de différents partenaires dans la recherche de solutions forcent les intervenants du milieu à tendre vers l’optimisme. 

    C’est essentiellement la conclusion à laquelle ont eu droit les jeunes gens d’affaires de la région louperivoise qui étaient réunis à l’Hôtel Levesque de Rivière-du-Loup, le 17 novembre, dans le cadre de la Tournée des régions du président du Mouvement Desjardins, Guy Cormier. 

    Après s’être arrêté à Trois-Rivières et à Saint-Jean-sur-Richelieu pour parler d’emploi et d’entrepreneuriat au cours des dernières semaines, l’événement était de passage à Rivière-du-Loup pour discuter de la crise du logement et de l’accès à la propriété. 

    «C’est un sujet qui touche plusieurs régions du Québec, dont le Bas-Saint-Laurent. L’enjeu est réel. Quand il y a des jeunes qui commencent le cégep (ou l’université) sans avoir de logement, comme ç’a été le cas à Rimouski et même Rivière-du-Loup, quand le taux d’inoccupation est si bas [0,5 % en 2021] qu’il amène une pression et du stress sur une collectivité, ce sont des réalités qui existent, qu’il faut nommer et sur lesquelles il faut travailler», a déclaré Guy Cormier, au terme de la rencontre. 

    Il souligne que Desjardins souhaite participer à la recherche de solutions en proposant des mesures comme institution financière, mais en agissant surtout comme l’un des leaders socio-économiques du Québec. 

    «On veut contribuer au dialogue, a-t-il ajouté. La concertation, la collaboration, à long terme, c’est ce dont on a besoin dans ce dossier-là. Mettre les municipalités, les promoteurs immobiliers, les gens du milieu communautaire et les financiers autour d’une même table et regarder comment on peut participer ensemble à la solution, c’est ce qu’il faut faire.»

    Cette idée de collaboration, de mobilisation autour de l’enjeu du logement et de l’habitation, force d’ailleurs des intervenants du milieu à regarder les prochaines années avec optimisme, bien que les défis resteront nombreux à court terme. C’est ainsi que la discussion d’environ deux heures s’est terminée avec le panel réunissant Sandra Turgeon de la Confédération québécoise des coopératives d’habitation, Gabriel Fournier-Filion d’UTILE, et Hélène Bégin, économiste principale chez Desjardins.  

    «Actuellement, on remarque que le modèle conventionnel qui repose sur les constructeurs et les promoteurs est un peu plus limité. Si on arrive avec plus de partenariats, impliquant des gens de différents secteurs, le milieu municipal et les entreprises privées, qu’il y a une prise en charge dans la communauté, je pense qu’on peut arriver à avoir des résultats positifs. La bataille n’est pas perdue», a analysé Hélène Bégin. 

    «On n’a jamais autant parlé de logements que dans la dernière année. La question a aussi été au centre de la dernière campagne électorale municipale. C’est sur le radar actuellement, il y a du mouvement. Il y a aussi une volonté des élus de se faire proposer des choses, alors proposons, développons des projets», a mentionné Gabriel Fournier-Filion, dont l’organisme travaille à l’implantation de logements étudiants au Québec.

    DE NOUVELLES AVENUES 

    Durant la discussion, il a été question de nouvelles mesures financières disponibles, comme le CELIAPP, pour faciliter l’accès à la propriété, mais le rôle du logement social, le développement du logement pour étudiants, l’attrait pour le modèle coopératif et la responsabilité du milieu municipal ont été des éléments centraux des interventions. 

    Les panélistes croient d’ailleurs que ces avenues, pour la plupart innovatrices, font partie de l’avenir et doivent être au cœur d’une vision et d’une planification à long terme quand il est question de développement immobilier.  

    «Quand tous les milieux se retrouvent ensemble pour trouver des solutions, c’est le début d’une nette amélioration […] Il faut aller au-delà du modèle de financement traditionnel, agir en partenariat et trouver des alternatives», a répété Hélène Bégin lors d’un entretien avec Info Dimanche.  

    «On a vu une excellente écoute du public aujourd’hui. Je pense que les entrepreneurs du milieu ont entendu le message et sont ouverts à explorer ces solutions-là», a-t-elle ajouté. 

    Notons que les panélistes ont fait valoir que les municipalités et villes ont également leur mot à dire  pour aider à sortir de la crise, entre autres lorsqu’il est question de densification et de règlementation. 

    «Elles sont au centre du débat concernant l’environnement et l’occupation du territoire de la meilleure façon possible», a souligné Gabriel Fournier-Filion.

    «Elles doivent jouer un plus grand rôle, notamment pour le cout des terrains, mais elles ont aussi besoin de financement du côté du gouvernement. Elles ne peuvent pas tout financer seules», a complété Mme Bégin. 

    MARCHÉ IMMOBILIER SE CORRIGE

    Par ailleurs, le fait que le marché immobilier soit en train de se corriger avec une diminution de la valeur des propriétés est une autre raison d’être optimiste concernant l’atteinte du rêve que représente l’accès à la propriété, selon les experts. Cette situation pourrait amener une meilleure accessibilité des maisons, surtout dans un contexte où les taux d’intérêt pourraient «peut-être», à leur tour, se mettre à baisser à la fin 2023. 

    Autre bonne nouvelle : la construction au ralenti offrira une disponibilité au niveau de la main-d’œuvre en région. Le prix à la baisse des matériaux devrait aussi jouer un rôle important à court terme pour les promoteurs. «Ça devrait amener des possibilités pour les projets des régions qui ont été délaissées dans les dernières années au profit des grands centres», a remarqué Hélène Bégin. 

    La Tournée des régions de Guy Cormier, organisée conjointement avec le Regroupement des jeunes chambres de commerce du Québec (RJCCQ), comprend six arrêts, tous organisés pour aborder des thématiques socioéconomiques ciblées comme prioritaires. À Rivière-du-Loup, le rendez-vous a été rendu possible grâce à la collaboration de la Jeune Chambre de Rivière du Loup. 

     

     

     

    commentairesCommentaires

    1

    • GR
      Gaston Roy
      temps Il y a 1 an et 3 mois
      Faudrsit demander a notre maire Bastille qui prêche srulement pour Medway de ce temps là, comment il voit ca la crise du logement pour les moins biens nantis, Des supers logements a $ 1500 par mois avec 2 enfants pour un 3 1/2. Woww super , y manque une chamvre et impossible de payer le logement. Merci mr bastille de vraiment pas vous occuper des moins bien nantis. On voit ou vous vous diriger. De plus en plus clair.
    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 11h32

    Simon Caron est fier de sa participation à MasterChef Québec

    L’aventure du Louperivois de 31 ans Simon Caron à l’émission télévisée MasterChef Québec a pris fin le 22 février. Il se dit fier de son parcours, puisque lors de son inscription, il ne croyait pas avoir les capacités pour se lancer. Au terme de cette expérience, Simon Caron finit ainsi dans le top 10 des chefs amateurs au Québec. «Tu as un ...

    Publié à 9h45

    Une nouvelle unité de réadaptation comportementale intensive à Saint-Cyprien

    Une unité de réadaptation comportementale intensive (URCI) a été inaugurée à Saint-Cyprien, ce jeudi 22 février. Il s’agit seulement de la troisième unité du genre au Québec, de la première au Bas-Saint-Laurent, mais surtout d’un projet «innovant» qui pourrait éventuellement faire des petits ailleurs en province.  Installée dans une aile du ...

    Publié à 6h53

    Des résultats satisfaisants pour Avantis Coopérative

    Malgré une dernière année plus difficile pour Avantis Coopérative, l’entreprise a présenté des résultats satisfaisants lors de sa cinquième assemblée générale annuelle. Avec des ventes chiffrées à 711 M $, la coopérative a dévoilé un excédent d’exercice de 6,3 M $ dont 2,2 M $ seront versés en ristourne, en plus d’un remboursement de capital ...