X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Accessibilité du territoire public en période de chasse

durée 9 octobre 2022 | 06h51
  • Andréanne Lebel
    Par Andréanne Lebel

    journaliste

    À l’approche de la saison de la chasse au Bas-Saint-Laurent, le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) rappelle que toutes les activités sur les terres du domaine de l’État (terres publiques) doivent être exercées dans le respect des droits des autres utilisateurs. Lors de cette période de l’année, le MERN répertorie de nombreux cas d’appropriation illégale du territoire public alors que cette pratique est interdite.

    Les installations des utilisateurs du territoire doivent être temporaires et démontables. D’après l’inventaire des occupations sans droit et des évictions réalisées d’avril 2021 à mars 2022 réalisé par le MERN, 128 occupants sans droit étaient répertoriés. Au cours de cette période, 83 libérations ont été réalisées. On comptait aussi 94 dépotoirs illicites et 20 sites nettoyés.

    «Chaque année, des cas d’appropriation du territoire public sont observés dans la région du Bas-Saint-Laurent. À titre d’exemple, les gens viennent avec leur roulotte pour faire du camping, mais ne retirent pas leurs installations après la période de chasse. D’autres laissent des infrastructures permanentes sur le territoire pour témoigner de leur présence et « réserver » ce terrain pour l’année subséquente. Or, ces pratiques sont interdites. Celui qui occupe temporairement le territoire doit libérer complètement le site après l’occupation», rapporte le porte-parole du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles, Éric de Montigny. Cet enjeu fait d’ailleurs partie du Plan de mise en valeur du territoire public 2022-2026 du MERN.

    La chasse, le piégeage et la pêche dans les plans d’eau sont autorisés sur les terres publiques. Selon la Loi sur les terres du domaine de l’État, toute utilisation permanente du territoire public nécessite une autorisation délivrée par le gouvernement du Québec ou par une MRC délégataire.

    Les occupations illégales peuvent prendre la forme de camps, de chalets, de tours de guet et de véhicules désaffectés habitables. Selon le MERN, «les installations des utilisateurs du territoire, notamment des chasseurs doivent être temporaires et démontables et être enlevées après l’activité pratiquée. Pour le respect de l’environnement, il est également interdit de déposer ou de rejeter des matières résiduelles sur les terres publiques. Cela doit se faire uniquement dans un lieu autorisé.»

    Le ministère ajoute que bien souvent, les occupants sans droit sont des chasseurs qui s’approprient dans certains cas une portion du territoire avec des affiches du type « chasseur à l’affût – territoire réservé ». Il est interdit en tout temps de restreindre ou de bloquer l’accès à un chemin des terres du domaine de l’État ni de s’approprier un secteur public.

    Le MERN peut être interpellé par des organisations, dont la Société de protection des forêts contre le feu ou autres services d’urgence, afin de fournir les coordonnées des propriétaires de baux lors de situations où leur sécurité pourrait être compromise, par exemple lors de feux de forêt ou durant la période de chasse. Il s’agit donc d’un enjeu de sécurité publique que d’avoir une liste officielle des occupants du territoire public.

    Plus de la moitié du territoire public du Bas-Saint-Laurent bénéficie d’un statut de gestion faunique particulier (ex. : réserve faunique, zec, pourvoirie) ou d’un statut de protection particulier (habitat faunique, parc national, réserve écologique) et 30 % du territoire public est situé à proximité de la population, ce qui le rend facilement accessible à la population.

    commentairesCommentaires

    0

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 6h59

    Un nouveau mode de taxation ne fait pas l’unanimité à Saint-Mathieu-de-Rioux

    Le conseil municipal de Saint-Mathieu-de-Rioux a adopté le 5 décembre un nouveau système de taxation qui entrera en vigueur en 2023. Une première moitié de la taxation sera perçue selon la valeur foncière des propriétés et l’autre moitié sera divisée par le nombre d’immeubles imposables sur le territoire. Il s’agit d’une taxe spéciale pour ...

    7 décembre 2022 | 11h29

    Amélie Dionne élue vice-présidente à la Commission de la culture et de l’éducation  

    La députée de Rivière-du-Loup – Témiscouata, Amélie Dionne, a été nommée vice-présidente de la Commission de la culture et l’éducation et membre de la Commission de l’aménagement du territoire, le 6 décembre dernier, lors de la répartition des fonctions pour l’ensemble des commissions. Une commission est un groupe de travail composé d'un nombre ...

    7 décembre 2022 | 6h58

    Un toutou et un conte pour les enfants de la région

    Le Clup Optimiste de Rivière-du-Loup a procédé à la distribution de 1150 toutous dans plusieurs écoles de la région ce 5 décembre. Pour cette 22e édition, en plus de recevoir une peluche, les enfants en maternelle obtiendront un petit conte qui raconte l’histoire de leur nouvel ami. Cette nouveauté a été développée par l’enseignante de sixième ...