X
Rechercher
Nous joindre
Publicité

Un service de garde en communauté ouvrira ses portes à Notre-Dame-des-Neiges

durée 6 octobre 2022 | 15h53
  • Lydia Barnabé-Roy
    Par Lydia Barnabé-Roy

    Journaliste de l'Initiative de journalisme local

    Les familles de la municipalité de Notre-Dame-des-Neiges et celles des Basques pourront se réjouir puisque dès décembre un service de garde en communauté ouvrira ses portes afin d’accueillir 12 enfants. Ce service attendu avec impatience prendra place dans l’actuelle salle du conseil située au 17, rue de l’Église, qui elle, déménagera dans la sacristie de l’ancienne église.

    Des travaux auront lieu dans les prochaines semaines dans le local, d’après Dany Larrivée, directeur général de Notre-Dame-des-Neiges. Notamment, les fenêtres seront changées et le système de chauffage sera contrôlé à l’aide de thermostats intelligents. Il était important pour la municipalité de contribuer au confort des intervenants et des enfants dès leur arrivée. Selon M. Larrivée, le local aurait pu être prêt en septembre, cependant, des enjeux de disponibilité des entrepreneurs ont retardé l’implantation du projet.

    Les deux intervenantes responsables du service de garde en communauté auront à leur charge six enfants chacune, dont deux poupons et quatre bambins âgés de 18 à 60 mois.

    Laurie Vaillancourt, directrice générale du CPE la Baleine Bricoleuse qui chapeaute le projet, mentionne que ce type de service a plusieurs avantages dont la proximité : «D’avoir un milieu qui est plus près de la maison c’est facilitant dans la conciliation travail-famille. Ça permet aussi à deux responsables de travailler ensemble dans un même environnement». 

    Elle indique que cette façon de faire permet de donner une place à trois enfants de plus. Normalement, dans une maison, deux intervenantes travaillant ensemble ont droit d’avoir neuf enfants à charge. Avoir un milieu communautaire fait en sorte que les responsables puissent se séparer les tâches quotidiennes de ménage, d’activités et d’avoir davantage d’espace pour les enfants. «Un projet comme ça va rendre la vie plus facile aux familles qui vivent l’enjeu de places en garderie», confie Mme Vaillancourt.

    La municipalité souhaitait développer le service de garderie afin de permettre aux parents de retourner sur le marché du travail. «La question ne s’est même pas posée, le projet a fait l’unanimité au conseil à la première occasion. Le service de garde en communauté va donner un service à la municipalité. On est fiers et on remercie le CPE. Les gens vont peut-être avoir plus d’intérêts à venir s’établir à Notre-Dame-des-Neiges à cause des services qui sont offerts», souligne le maire Jean-Marie Dugas.

    Les intervenantes responsables choisiront les enfants qu'elles garderont. Cependant, certaines règles ont été mises en place puisqu’il y a une collaboration entre le CPE la Baleine Bricoleuse et la municipalité. Pour les parents intéressés par les places, les citoyens de Notre-Dames-des-Neiges auront la priorité pour s’inscrire jusqu’au 1er novembre. Après cette date, les habitants des Basques pourront donner le nom de leurs enfants jusqu'au 15 novembre. Par la suite, s’il reste des places, elles seront offertes à des familles de municipalités limitrophes. 

    En septembre dernier, la directrice générale du CPE la Baleine bricoleuse de Trois-Pistoles, Laurie Vaillancourt, avait annoncé nouvelles 85 places en service de garde dont une trentaine issue de trois projets-pilotes de responsables en services de garde en communauté. En date du 6 octobre, le nombre de places a diminué à 75, puisqu’un des projets-pilotes n’a pu être concrétisé. Dans les prochaines semaines, le second endroit retenu pour accueillir un service de garde en communauté devrait être dévoilé si le projet est accepté par le ministère de la Famille.

    En ce moment, sur les 130 personnes sur la liste d’attente du CPE la Baleine bricoleuse, environ 70 enfants sont toujours à la maison en attente d’avoir une place en garderie. Laurie Vaillancourt espère que les 75 nouvelles places couvriront le besoin ressenti dans la région. Advenant le cas que davantage de places soient nécessaires, elle aimerait peut-être développer des projets à Saint-Jean-de-Dieu ou à Saint-Mathieu-de-Rioux.
     

    commentairesCommentaires

    0

    Publicité

    RECOMMANDÉS POUR VOUS


    Publié à 7h24

    Randonnée et exposition de motoneiges au lac Témiscouata

    Pour ceux qui souhaitent faire le plein d’adrénaline, une randonnée de motoneiges antiques et hors-pistes est prévue le samedi 2 mars à 10 h à l’Éco-site de la tête du lac Témiscouata, suivi d’une exposition. Les amateurs et propriétaires de motoneiges antiques et hors-pistes intéressés à sortir leurs bolides sont conviés à la station d’essence ...

    Publié à 6h56

    À l’ile aux Basques en voiture

    «Je vous parle d'un temps, que les moins de vingt ans, ne peuvent pas connaitre», chantait Charles Aznavour avec La Bohème. Ce bon vieux temps, diront les plus vieux, s’étiole comme la banquise sur le fleuve. Une banquise qui autrefois, permettait de gagner l’ile aux Basques, en face de Trois-Pistoles… en Renault 5, rien de moins ! C’est ...

    Publié à 6h37

    La 3e édition de la Journée Remerciement Salvatoré

    C’est le 27 février prochain qu’aura lieu la 3e édition de la Journée Remerciement Salvatoré. Lors de cette journée, 100 % des ventes de pizzas seront redistribuées. Les cinq frères et sœurs à la tête de Pizza Salvatoré renouvelle cette campagne, dont la moitié des ventes de pizzas réalisées ce jour-là seront offertes en bonus salarial à tous les ...