Publicité

15 septembre 2022 - 06:31

Tournée régionale «Pour une collectivité transformée» sur le revenu de base

Le Regroupement des assistées sociales et assistés sociaux du Témiscouata (RASST) amorcera sa tournée «Pour une collectivité transformée» cet automne. L’organisme rencontrera diverses instances municipales du Bas-Saint-Laurent afin de les sensibiliser aux impacts de la pauvreté et aux effets documentés du revenu de base.

Cette tournée fait partie d’un ensemble d’activités d’éducation sur le revenu de base mené par l’Alliance revenu de base des régions Est. Ayant pris connaissance d’une recension d’écrits, l’organisme a mené une collecte de témoignages pour observer si les conclusions de cette recension avaient des échos auprès des personnes bas-laurentiennes. Produite par les chercheuses Geneviève McCready et Dani Myriam Tardif, la recension visait à comparer les effets compilés sur la santé populationnelle de plusieurs projets-pilotes de revenu de base.

À l’hiver 2022, Thomas Savy et Janek Oltmann-Fournel sont allés à la rencontre de personnes bas-laurentiennes vivant en situation de pauvreté pour comprendre comment la pauvreté a des effets sur plusieurs aspects de leur vie (situation de logement, état de santé, réseau de soutien, parcours de vie, etc.) et comment elles utiliseraient leur argent si elles avaient accès à un revenu équivalant à une fois et demie la Mesure du panier de consommation.

Un des éléments de réponses de cette collecte de témoignages, rejoignant ce que soulève la littérature scientifique, est que même avec un montant significativement au-delà de ce dont elles auraient besoin pour combler leurs besoins de base, les personnes donnent priorité à des besoins hyper-essentiels (alimentation, logement, soins de santé) lorsqu’on fait avec elles un budget fictif. Aucune dépense inhabituelle et aucun changement majeur d’autres dépenses jugées essentielles (meubles, vêtements, communications), ne sont observés.

Cette observation vient contrecarrer le préjugé voulant que les personnes se retrouvent en situation de pauvreté parce qu’elles gèrent mal leur budget ou qu’elles font des dépenses inutiles. Au contraire, on constate que les personnes sont extrêmement conscientes de leur budget et peuvent, à l’improviste, faire balancer à une dizaine de dollars près leurs revenus et dépenses actuels.

Accompagné des personnes ayant participé la collecte de témoignages et de la chercheuse Geneviève McCready lors de la tournée, le RASST souhaite que ces rencontres permettent aux acteurs et actrices de la politique municipale du Bas-Saint-Laurent de mieux comprendre les bienfaits potentiels du revenu de base et les réalités des personnes en situation de pauvreté. Le projet «Pour une collectivité transformée» est réalisé en partenariat avec les Alliances pour la solidarité du Bas-Saint-Laurent.

Publicité


Publicité

Commentez cet article