Publicité

14 août 2022 - 06:33

Une première rencontre constructive pour le Comité sur l’avenir de l’éducation agricole et animale

La première rencontre du Comité de réflexion sur l’avenir de l’éducation agricole et animale, initiative lancée par la députée de Côte-du-Sud, s’est tenue le 10 août.

C’est avec enthousiasme que les membres du comité ont amorcé des échanges et réflexions sur ce qu’ils veulent voir pour l’avenir de l’éducation agricole et animale à La Pocatière.

Rappelons que le comité a pour objectif d’établir une vision, de cibler les possibilités et de déterminer des actions concrètes afin de mieux positionner notre région en matière d’éducation agricole et animale. Notre région est un pôle important au niveau bioalimentaire et nous devons favoriser positivement la croissance de celui-ci. Une prochaine rencontre des membres est prévue sous peu pour poursuivre le travail constructif amorcé par le comité.

Était présent à cette première rencontre :
Gervais Darisse (maire de Saint-André), Rosaire Ouellet  (maire de Sainte-Anne-de-La-Pocatière), Nancy St-Pierre (mairesse de Saint-Joseph-de-Kamouraska), Vincent Bérubé (maire de La Pocatière), Normand Caron (maire de Saint-Jean-Port-Joli), Marie-Claude Deschênes (directrice générale du Cégep de La Pocatière), Aisha Issa (directrice générale de l’ITAQ), Bernard Labrie (administrateur de l’UPA de Kamouraska), Nathalie Lemieux (1ere vice-présidente de l’UPA Bas-St-Laurent), Mylène Bourque (présidente du Syndicat de l’UPA Kamouraska), Julie Gagnon (2ième vice-présidente de l’UPA du Bas-St-Laurent).

«Je me réjouis de l’enthousiasme et de la volonté des membres du comité de travailler ensemble pour mieux orienter l’avenir de notre région. La Côte-du-Sud est un chef de file en matière d’éducation agricole et animale et doit continuer de l’être. Je crois que de réunir des gens de différents milieux afin de mettre des idées sur la table pour concrétiser des projets est la recette du succès. Nous serons proactifs plutôt que réactifs, et ce, pour le bien de notre région», affirme la députée, Marie-Eve Proulx.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article