Publicité

14 août 2022 - 15:30

Les sages-femmes adoptent une entente collective

Les membres du Regroupement Les sages-femmes du Québec ont entériné, mercredi le 10 août, l'accord de principe intervenu le mois dernier avec le gouvernement du Québec pour le renouvellement de l'entente collective qui les lie au ministère de la Santé et des Services sociaux. 

Réunies en assemblée générale par visioconférence, plus de 92 % des membres ont accepté les termes d'un nouveau contrat de travail de quatre ans qui s'étendra jusqu'au 31 mars 2024. Ces travailleuses autonomes étaient sans contrat depuis le 31 mars 2020.

L'entente, qui a nécessité 19 séances de négociation, confirme l'autonomie des professionnelles, améliore les conditions d'entrée dans la profession, bonifie les conditions générales de pratique, notamment en région, et contribue à consolider les services dispensés aux parents à travers le Québec.

«Le gouvernement fait des pas considérables dans la voie de la reconnaissance de notre profession et de son importance dans le réseau de la santé du Québec, a souligné la présidente du RSFQ, Josyane Giroux. Nous espérons qu'elle contribuera à améliorer l'accès au soin en santé reproductive pour les femmes et personnes enceintes du Québec.»

Des conditions nettement plus avantageuses

La nouvelle entente comporte d'importants gains pour les sages-femmes. Une refonte des échelles salariales fait ainsi disparaître les quatre premiers échelons. Pour les recrues, cela représente une augmentation qui varie entre 7 % et 20 %. À la signature du contrat, une nouvelle sage-femme à temps plein débutera avec un salaire annuel de 73 000 $ (au lieu de 60 000 $ actuellement) pour atteindre 103 000 $ après dix ans. Une responsable des services de sage-femme commencera à 83 000 $ et terminera à 114 000 $.

Les sages-femmes doivent souvent être disponibles le jour, le soir et la nuit entre huit et dix jours sur 14. Dans le cadre d'un projet pilote, le gouvernement améliorera la rétribution de cette disponibilité. Une compensation annuelle de 13 000 $ à 16 000 $ leur sera octroyée. C'est une augmentation qui varie de 45 % à 80 % pour la majorité d'entre elles. S'ajoutent aussi des primes de soir, de nuit et de fin de semaine qui varient de 4 % à 15 %. Elles bénéficieront en outre d'une prime de 1 % si elles acceptent de travailler à temps complet.

«Depuis la légalisation de leur profession, les sages-femmes ont eu de la difficulté à faire reconnaître leur profession à sa juste valeur et à obtenir des conditions de travail équitables par rapport aux autres professionnel-les du réseau», a commenté Guy Albert Coulombe, trésorier de la FP–CSN. 

Des hausses salariales équivalentes à celles du réseau de la santé

Pour chacune des trois premières années du contrat, les sages-femmes obtiennent une augmentation rétroactive de 2 %. Pour la quatrième année du contrat (2023-2024), elles ont l'assurance de recevoir une augmentation équivalente à celle du secteur public. Lorsqu'elles iront travailler dans une des quatre régions où il y a rareté de main-d'œuvre, elles recevront en outre un forfait d'installation variant de 10 000 $ à 25 000 $.

Différents gains permettront aussi de soutenir le développement de la profession, tels que des journées de perfectionnement additionnelles, une prime d'encadrement de stagiaire de 2 % et la possibilité de se prévaloir d'un congé sans rémunération pour études ou enseignement. L'entente prévoit également 20 journées de libérations professionnelles additionnelles et la mise en place de comités paritaires qui se pencheront sur différents enjeux.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article