Publicité

15 mai 2022 - 09:28

Une nouvelle année de lutte à la berce du Caucase est sur le point de commencer

Chargement du vidéo

Voir la galerie de photos

Dès la fonte des neiges, l’Organisme des bassins versant du Nord-Est du Bas-Saint-Laurent peut amorcer sa lutte à la berce du Caucase. Ces travaux de lutte et de contrôle visent à freiner la dispersion ainsi qu’à suivre la progression de ces plantes exotiques envahissantes au nord-est du Bas-Saint-Laurent.

Nous invitons la population à nous signaler toute colonie suspectée d’être de la berce du Caucase ou sphondyle sur le territoire. Vous trouverez aux liens suivant des outils d’aide à l’identification de la berce du Caucase et pour la berce sphondyle.

Envoyez vos signalements à [email protected] en prenant le soin d’y joindre les informations suivantes :
•    Photos de la plante : feuilles, tiges et fleurs
•    Emplacement précis (coordonnées GPS si possible avec repère).

Rappelons que la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum) est une plante exotique envahissante répertoriée pour la première fois au Québec en 1990, mais dont la présence est connue depuis quelques années au Bas-Saint-Laurent. Sa production importante de graines et leur persistance dans l’environnement lui permet de coloniser rapidement divers milieux. La sève et les graines de la berce du Caucase contiennent des toxines pouvant causer des dermatites sévères jusqu’à 48 heures après l’exposition, d’où l’importance de ne pas toucher à la plante.

Cette initiative découle des efforts de concertation du Groupe de travail sur la berce du Caucase et sphondyle du Bas-Saint-Laurent et repose sur la contribution du Collectif régional de développement (CRD) et de la Direction de la santé publique du CISSS du Bas-Saint-Laurent. La coordination des travaux est réalisée par l’Organisme des bassins versants du Nord-Est du Bas-Saint-Laurent (OBVNEBSL).

Pour toutes questions concernant les espèces exotiques envahissantes, contacter Marie-Camille St-Amour à [email protected]
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article