Publicité

3 mai 2022 - 15:04

Un lynx se pavane à Rivière-du-Loup

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 1

La balade d’un lynx du Canada à Rivière-du-Loup n’est pas passée inaperçue, tôt mardi matin. Un résident du quartier du Boisé a d’ailleurs réussi à capter de belles images de la bête qui a fait un détour par sa propriété vers 5 h 30.  

Sans trop se formaliser de la présence d’humains à proximité, ni de ceux qui le regardaient attentivement à travers la fenêtre, l’animal a traversé la cour arrière de Maxime Lebrasseur, avant d’atteindre la propriété voisine. 

Le propriétaire n’a d’ailleurs pas caché avoir été surpris de constater la présence de l’animal chez lui en début de journée. «J’ai dû me frotter les yeux comme il faut pour être certain, a-t-il partagé avec humour. Les enfants et moi étions plus éblouis par la beauté de l’animal qu’autre chose.»

Les lynx sont de plus en plus présents dans la région, mais leurs visites continuent de faire réagir sur les réseaux sociaux puisque les rencontres de proximité restent rares et marginales. Les images partagées par M. Lebrasseur ont d’ailleurs été vues plusieurs centaines de fois après leur publication dans les dernières heures. Elles permettent de bien admirer le félin sauvage. 

Ces dernières années, plusieurs lynx ont été vus dans les régions de Rivière-du-Loup et du Témiscouata. Des photos ont été partagées de Saint-Hubert, Saint-Modeste, Cacouna et L’Isle-Verte. Un résident du parc Cartier avait même réussi à s’approcher à quelques mètres d’un animal de passage, il y a quelques années. 

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs indique que les mêmes conseils de sécurité s’appliquent pour le lynx du Canada que pour les autres animaux sauvages, bien qu’ils ne représentent généralement pas de menace. On conseille notamment de ne jamais les nourrir, d’éviter de crier ou de faire des mouvements brusques. 

Si un animal sauvage semble menaçant ou que sa présence persiste dans un secteur, il est recommandé de communiquer avec l’organisme S.O.S Braconnage.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Oh. Attention il faut l'abattre comme l'ours polaire. Les agents de la faunes sont aux aguets!.

    Marie Lavoie - 2022-05-04 16:48