Publicité

15 avril 2022 - 15:09 | Mis à jour : 15:50

Denis Tardif ne sollicitera pas un nouveau mandat

François Drouin

Par François Drouin, journaliste

Twitter François Drouin
Toutes les réactions 3

Le député de Rivière-du-Loup–Témiscouata, Denis Tardif, a confirmé le vendredi 15 avril qu’il ne sollicitera pas un second mandat l’automne prochain. Ce dernier est en arrêt de travail depuis le 30 aout 2021 pour des raisons de santé. Il s’agissait alors d’un deuxième arrêt pour le député alors qu’en mars 2021, il avait été contraint de prendre une pause en raison de problèmes cardiaques.

«En 2018, je suis allé cogner à chacune des 7 000 portes de notre belle circonscription. Je voulais être à l’écoute de notre monde. Ce fut ma base pour mener à bien mon mandat à l’Assemblée nationale. Je suis fier du chemin parcouru», a réagi M. Tardif par voie de communiqué.

Parmi les réalisations dont il se dit fer, ce dernier cible le parachèvement de l’autoroute 85. «Pensons à l’importance de compléter les travaux de l’autoroute Claude-Béchard. C’est maintenant chose faite à l’avantage de la sécurité des utilisateurs.»

Denis Tardif cite aussi l’ajout de chaises en hémodialyse au CHRGP, la construction de la maison des ainés à Rivière-du-Loup, la construction d’une résidence pour ainés à L’Isle-Verte, la future école primaire de Rivière-du-Loup, la rénovation de la piscine régionale des Basques, le camping de la plage à Pohénégamook et l’ajout du financement pour la réalisation des Jeux du Québec au profit du comité de Rivière-du-Loup

«(...) Mon équipe et moi avons été à l’œuvre en permanence pour bien représenter la circonscription et livrer la marchandise.  C’est ce que nous avons fait en annonçant 241 nouvelles places en CPE. Il s’agit d’un grand pas dans la bonne direction pour améliorer notre milieu de vie», a souligné M. Tardif.

SOIRÉE FESTIVE

Son passage en politique provinciale aura toutefois été marqué au fer rouge par une soirée festive le 16 décembre 2020. Le député festoyait avec des collègues de travail à la microbrasserie Aux Fous Brassant sur la rue Lafontaine. Des images diffusées le montraient marcher sans son masque, faire plusieurs accolades et ne pas respecter la distanciation physique de deux mètres.

Cette histoire a été partagée rapidement sur les réseaux sociaux, créant son lot de réactions. La journée même, le député avait pris la décision de se retirer du caucus de la Coalition Avenir Québec. Il avait concédé avoir fait une erreur et reconnu avoir eu une «attitude non exemplaire».

Après une plainte de la Sûreté du Québec, le Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) a donné deux constats d’infraction à M. Tardif. Selon la loi, il s’exposait à des amendes allant de 1 000 $ à 6 000 $. La valeur exacte des montants exacts imposés n’a pas été transmise.

HÉRITAGE 1

Le dossier de l’Héritage 1 n’aura pas été un long fleuve tranquille pour le député. Le refus du gouvernement caquiste, en novembre 2019, de ne pas accorder de financement pour la réfection du traversier l’Héritage 1 qui relie Trois-Pistoles aux Escoumins, alors estimée à 5 M$, a aussi été un évènement marquant de son passage au pouvoir.

Un refus bien mal accepté dans les Basques et qui a fait dire quelques mois plus tard à l’ancien maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux «Les gens au gouvernement n’ont pas idée, ils viennent de mettre le pied dans un nid de guêpes. On n’est pas une grosse population, on est 3 150 environ. C’est sûr que ce n’est pas des gros votes, mais on est capable de faire du tapage.»

Du «tapage», il y en aura eu jusqu’à l’Assemblée nationale où le comité Sauvons l’Héritage s’est fait entendre. Les absences répétées de Denis Tardif aux nombreux rassemblements et assemblées lui ont souvent été reprochées.

Après des mois de travail, une mobilisation citoyenne sans précédent dans l’histoire récente des Basques, le gouvernement du Québec accordait en mars 2020 une aide financière maximale de 4 897 400 $ à la Compagnie de navigation des Basques (CNB) pour la réfection et la mise aux normes du NM L’Héritage I. Le navire a a finalement été rénové au cout de 5,4 M$, une somme en grande partie épongée par Québec.

DÉPART

«Malheureusement, ma condition ne me permet pas de repartir pour un autre quatre ans. C’est une situation qui me joue des tours depuis plusieurs années. J’ai tout donné et maintenant, je dois prendre du recul pour récupérer. En conséquence, je préfère ne pas solliciter un nouveau mandat. Ce fut un grand privilège de porter votre voix à l’Assemblée nationale et je vous remercie encore pour votre collaboration au cours des dernières années».

Denis Tardif a tenu à remercier la population, les élus, les gens d’affaires, les organismes, mais aussi son personnel administratif qui a eu à tenir le fort durant ses longues absences.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

3 réactionsCommentaire(s)
  • pour moi c' est pas une grosses perte. Quand on lui a demander de l' aide il ne nous a pas aider. Quand un député ne se mouil;le pas pour aider une citoyenne. J,ai un problème avec cela.

    Marcel Nadeau - 2022-04-19 23:56
  • Juste un mot, " déception "

    Vallier Desjardins - 2022-04-19 17:54
  • Merci à Denis avec qui j’ai déjà fait partie d’un comité à l’école St Francois Xavier et je sais à quel point il est dévoué et aidant, je lui souhaite de se rétablir complètement

    Ursule Rioux - 2022-04-16 19:34