Publicité

18 avril 2022 - 06:59

Le service de raccompagnement pour les prestataires d’aide sociale bientôt mis sur la glace

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le service de raccompagnement pour les prestataires d’aide sociale du Centre d’action bénévole (CAB) des Seigneuries de Rivière-du-Loup sera interrompu à partir du 1er mai en raison de la hausse du prix de l’essence et des couts liés au transport, confirme le directeur par intérim Justin Labrie.

Cette décision sera effective concernant les accompagnements référés par le Centre local d’emploi tant et aussi longtemps que «l’entente ne sera pas modifiée pour tenir compte des coûts réels d’accompagnement.» «C’est une question de rigidité bureaucratique. Plusieurs autres centres d’action bénévole au Québec ont signalé une fin de non recevoir», indique M. Labrie. Cela a un impact sur les gens à faibles revenus qui devront recourir aux services de taxi, annuler des rendez-vous médicaux ou s’organiser par eux-mêmes».

En vertu de cette entente, un montant maximal de 0,465 $ par kilomètre est accordé aux bénévoles à titre de dédommagement par le Centre local d’emploi, qui relève du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, ce qui est jugé insuffisant pour maintenir le service par de nombreux centres d’action bénévole au Québec. Le CAB des Seigneuries estime qu’il réalise des accompagnements à perte.

«Il a fallu ajuster notre façon de compenser les bénévoles avec la hausse du prix de l’essence. Nous avons maintenant une méthode plus flexible qui est ajustée mensuellement pour compenser l’utilisation des véhicules des bénévoles et modifier la tarification aux usagers», ajoute Justin Labrie.

Du côté du Centre d’action bénévole des Basques, la directrice générale Suzanne Jean indique que le conseil d’administration garde le statu quo. «Nous n’avons pas beaucoup de transport de raccompagnement, c’est vraiment au ralenti, alors le service est maintenu jusqu’à nouvel ordre.»

Elle indique que le CAB joue les équilibristes et que la situation pourrait changer d’une journée à l’autre si les frais liés au transport continuent d’augmenter.

Le CAB de Rimouski cessera quant à lui son service de raccompagnement bénévole le 30 avril 2022. Cette situation a d’ailleurs été dénoncée par le député de Rimouski, Harold Lebel, dans une lettre envoyée au ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, la semaine dernière.

Le directeur général de la Fédération des centres d’action bénévole du Québec, Michel-Alexandre Cauchon, confirme que l’organisation a interpellé M. Boulet concernant cette problématique. «Ce n’est pas vivable et c’est observé à la grandeur du Québec. Ce ne sont pas tous les CAB qui offrent le service de raccompagnement bénévole. Sur la cinquantaine qui l’offrent au Québec, la moitié pensent le cesser ou l’ont déjà arrêté», explique M. Cauchon.

Les utilisateurs du service de raccompagnement bénévole qui sont bénéficiaires de l’aide sociale doivent prendre le transport le moins cher disponible, que ce soit par des membres de leur famille, le transport en commun, le raccompagnement bénévole ou encore le taxi. Il croit que si le remboursement aux bénévoles n’est pas augmenté, cela coutera plus cher aux contribuables.

Michel-Alexandre Cauchon ajoute que la situation actuelle n’est pas étrangère au «sous-financement chronique» des organismes communautaires. «Les directeurs doivent faire des choix entre rembourser les bénévoles ou investir dans d’autres initiatives», ajoute le directeur général de la Fédération des centres d’action bénévole du Québec.

Ce dernier se questionne à savoir pourquoi le ministère du Travail fixe des taux de compensation qui doivent être révisés tous les deux ans. Le taux offert de 0,465 $ par kilomètre date de 2019 et n’a pas été modifié depuis, malgré la hausse du prix de l’essence, déplore M. Cauchon.

«Le travail se fait, on sent de l’écoute mais disons que ce n’est pas dans leurs priorités. On ne comprend pas pourquoi ce ministère fait bande à part.» À titre comparatif, dans la fonction publique, l’indemnité offerte pour le kilométrage parcouru est de 0,545 $ par kilomètre. Le dédommagement offert aux témoins dans le système judiciaire est de 0,52 $ du kilomètre.

Publicité


Publicité

Commentez cet article