Publicité

16 avril 2022 - 06:59

Marché public Lafontaine : un rôle à réviser et un déménagement à planifier

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Le Plan de développement de la zone agricole dévoilé le 6 avril donne une grande importance au Marché public Lafontaine comme outil de mise en valeur de la production locale des entreprises agricoles de la région. L’un des buts visés et d’en faire «une agence de développement et de promotion des produits agricoles locaux», et ce à l’année. Du travail reste encore à faire pour que cette vision se concrétise.

Selon l'agente de développement agricole de la MRC de Rivière-du-Loup Marie-Eve Ouellet, le rôle du Marché public Lafontaine sera révisé pour couvrir un mandat plus large. Un déménagement est aussi envisagé au cours des prochaines années. «J’ai déjà commencé à travailler avec le conseil d’administration du Marché public Lafontaine. On veut voir comment on peut en faire un peu plus. La formule qui est là est encore bonne, mais elle doit être travaillée. Ce sont des producteurs agricoles qui sont sur le conseil d’administration, tout en gérant leurs entreprises», précise Mme Ouellet. La vente directe des producteurs aux consommateurs s’inscrit dans la volonté de raccourcir les circuits et de favoriser l’émergence de l’agrotourisme dans la région.

«On part de loin, l’an dernier nous n’avions pas de coordonnateur. Ce sont les producteurs qui ont porté le Marché public Lafontaine à bout de bras et on a senti que ça s’est essoufflé», indique le propriétaire de O’Rye au Kamouraska, et administrateur du Marché public Lafontaine, Claude Ouellet. Il ajoute que présentement, le Marché public est davantage en mode survie qu’à l’étape du développement. «En 2022, la Ville nous a indiqué qu’elle avait de l’intérêt à nous aider et à appuyer un éventuel déménagement», ajoute M. Ouellet. Les installations de bois sont usées et ne pourraient pas être déménagées sur un autre site. De nouvelles infrastructures devront donc être construites.

Cet été, le Marché public Lafontaine se tiendra encore au Carré Dubé sur la rue Lafontaine à Rivière-du-Loup. Toute l’équipe travaille d’arrache-pied afin que le déménagement puisse se concrétiser en 2023. Claude Ouellet précise que les personnes qui siègent sur le conseil d’administration du Marché public doivent aussi s'occuper leurs entreprises agricoles, ce qui leur laisse moins de temps pour organiser des activités et des évènements pour créer de l’interaction avec les visiteurs.

«Le Marché public, c’est la case départ pour faire sa propre mise en marché de proximité. C’est une belle façon de commencer à se faire connaître. Tester la vente de proximité au consommateur, c’est vital […] C’est important que ça puisse continuer. J’y mets de l’énergie et ça me tient à cœur, je veux donner la chance à d’autres personnes d’en bénéficier pour lancer leur entreprise et se créer un réseau de contacts», conclut Claude Ouellet.

Le propriétaire de la Bergerie Dupont de Saint-Antonin, Gaston Dupont, l’un des membres fondateurs du Marché public Lafontaine, abonde dans le même sens. Le mandat du Marché public Lafontaine doit être renouvelé. «Lorsqu’on a l’a fondé il y a une douzaine d’années, le projet avait deux volets, soit de permettre à de petites entreprises d’avoir pignon sur rue au centre-ville et d’offrir des aliments sains en ville et je pense qu’on a bien réussi», explique-t-il.

M. Dupont a également siégé sur le comité de déménagement du Marché public Lafontaine il y a deux ans. L’un des sites envisagés était un terrain situé à l’est du parc Blais, en face de la bibliothèque Françoise-Bédard. Les espaces de stationnement disponibles sont devenus un enjeu au Carré Dubé, d'après Gaston Dupont. Il confirme que les infrastructures actuelles commencent à avoir de l’âge et que le projet avait été développé avec une vision d’une dizaine d’années. «Plusieurs petites entreprises comme la mienne n’auraient pas pu rester vivantes sans le Marché public Lafontaine. C’est une petite économie qui est très importante dans la région et c’est beaucoup d’ouvrage pour tenir ça vivant. J’ai dû mettre des milliers d’heures sur ce projet, peut-être plus que dans ma propre entreprise», indique-t-il.

M. Dupont croit que le Marché public Lafontaine aurait besoin d’un ou une responsable à long terme qui serait au courant des dossiers. Il est aussi d’avis que les instances municipales devraient s’investir davantage afin de soutenir cette initiative soutenue par les producteurs. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article