Publicité

12 avril 2022 - 06:58

La communauté de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup se mobilise pour sauver son 3e secondaire

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Parents, élèves, mairesse, préfet, entrepreneurs et gens de la communauté se sont rassemblés au gymnase de l’école des Vieux-Moulins de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup le 11 avril afin de demander que la modification des services qui entrainera la fermeture du groupe de secondaire 3 soit reportée d’un an par le Centre de services scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup.

Lors d’une consultation publique d’une durée d’une heure, une douzaine de personnes ont fait entendre leurs arguments afin de conserver ce service de proximité au cœur de leur Municipalité. La clientèle scolaire prévue pour l’année 2022-2023 compte 16 élèves de Saint-Hubert inscrits en secondaire 3, dont neuf demandes à l’École secondaire de Rivière-du-Loup et une inscription en attente pour un motif de déménagement, laissant donc un résiduel de six élèves à l’école des Vieux-Moulins.

La première à se présenter au micro, la mairesse de Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup Josée Ouellet, est d’avis que le faible nombre d’élèves inscrits cette année et l’enjeu de la réussite éducative des jeunes sont circonstanciels. «Lorsque la promotion déloyale ne suffit plus pour attirer la clientèle vers les programmes spéciaux, on profite rapidement d’une situation particulière et temporaire pour retirer un service présent depuis plus d’un demi-siècle dans une communauté en pleine croissance démographique», a-t-elle plaidé. Elle a assuré que la Municipalité collaborerait avec le Centre de services scolaire pour trouver une avenue réaliste et durable afin de maintenir les services d’enseignement de 3e secondaire à l’école des Vieux-Moulins. «Je pense que le Centre de services scolaire a tout en main pour nous donner un sursis d’une année, c’est ce qu’on souhaite. On ne voit pas l’urgence d’agir présentement […] On va avoir porté une réflexion collective sur l’importance de nos choix par rapport à nos services de proximité», complète Mme Ouellet.

OPPOSITION

La consultation a été particulièrement émotive pour quatre enseignants qui craignent que l’arrêt des services en secondaire 3 à Saint-Hubert ne mette en péril la stabilité pédagogique et émotive de leurs élèves. La présidente du Syndicat de l’enseignement du Grand-Portage, Natacha Blanchet, a expliqué que l’équipe-école a appris la nouvelle lors d’une réunion à la fin du mois de mars. Les enseignants se sont sentis dévastés, sans reconnaissance pour leurs dizaines d’années de travail dans leur milieu, indique-t-elle. 

«Clairement ce qu’on se dit c’est qu’il y a un processus de consultation qui a été escamoté. On va voir ce qu’on peut faire syndicalement avec cela de notre côté […] On nous a dit en février qu’il n’y avait pas de problématique dans les écoles au niveau des baisses de clientèles pour les fermetures de services», explique Mme Blanchet. Elle aussi a demandé le report de la modification de services d’un an pour avoir le temps de faire un travail de fond avec la communauté et le personnel dans le but de trouver des solutions.  

Estimant que les données sur la réussite scolaire sont erronées puisqu’elles prennent en compte les résultats obtenus en pleine année de pandémie, la présidente du conseil d’établissement Nadine Thériault croit que la comparaison avec des élèves d’autres classes est «biaisée et malhonnête». Elle a souligné qu’une nouvelle option équestre devrait voir le jour l’an prochain à l’école des Vieux-Moulins, permettant ainsi d’attirer des jeunes. 

UNE DÉCISION IMMINENTE

Le directeur du Centre de services scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup, Antoine Déry, indique qu’il devait attendre les résultats de la période d’inscription pour faire le constat qu’une modification de services s’imposait pour le secondaire 3 à Saint-Hubert.

«C’est toujours touchant parce qu’on sait quand on fait une consultation que les dix parents qui choisissent de ne pas venir à Saint-Hubert l’an prochain ne sont pas ici ce soir […] On sait donc qu’on va entendre ceux et celles qui restent et qui ne sont pas contents. Il y a beaucoup d’émotions, c’est sûr et certain», explique M. Déry.

Il se dit inquiet pour les services qui sont dispensés à un petit nombre d’élèves. «Les gens l’ont trouvé froid le constat, mais dans notre politique on est obligés de présenter des données éducatives et administratives […] On n’en parlait pas l’an dernier, tout le monde prend ça pour acquis, non ce ne l’est pas. Quelle est la suite des choses? Comment on se mobilise ? Ce que vous voulez, c’est garder le plus d’enfants possible à Saint-Hubert. Le Centre de services scolaire a sa part à faire, on offre des services là où il y a des citoyens […] C’est peut-être une belle opportunité pour toute la communauté pour se questionner. Il faut aussi le voir de façon positive», conclut-il. Les personnes concernées ont jusqu’au 22 avril pour se manifester au Centre de services scolaire.

L’organisation entend maintenir les services en secondaire 1 et 2 à Saint-Hubert-de-Rivière-du-Loup. Seul le secondaire 3 serait touché par cette «modification de services» qui pourrait amener à terme la fermeture du groupe. La décision finale du Centre de services scolaire de Kamouraska-Rivière-du-Loup devrait être rendue à la fin du mois d’avril.

En secondaire 1 et 2 pour l’année scolaire 2022-2023, Saint-Hubert compte 26 élèves de secondaire 1 et 2, dont 5 demandes pour l’École secondaire de Rivière-du-Loup. Il restera donc 21 élèves à l’école des Vieux-Moulins, dont 9 en secondaire 1 et 12 en secondaire 2. 

Publicité


Publicité

Commentez cet article