Publicité

1 avril 2022 - 09:06 | Mis à jour : 4 avril 2022 - 09:01

Samuel Leclerc obtient une importante bourse de recherche de premier cycle du CRSNG

Le louperivois Samuel Leclerc, étudiant de troisième année au baccalauréat en aménagement des forêts à l’Université de Moncton, campus d’Edmundston (UMCE), a appris le 28 mars qu’il était bénéficiaire d’une bourse de 6 000 $ provenant du concours de Bourses de recherche de premier cycle (BRPC) du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada.

Sa candidature a été évaluée par la Faculté des études supérieures et de la recherche (FESR) de l’Université de Moncton. La bourse devra être utilisée sur un période couvrant 14 à 16 semaines, soit entre le 1er mai et le 30 septembre 2022.

Samuel Leclerc pourra ainsi mettre de l’avant son projet « Aménagement forestier écosystémique et multiressources intégrant les connaissances autochtones ».

«C’est un véritable honneur pour moi d’être bénéficiaire de cette bourse, s’est réjoui Samuel Leclerc. Mon parcours universitaire enrichissant à l’École de foresterie m’a permis de développer un intérêt marqué pour les défis d’application des sciences naturelles à la gestion de la ressource forestière, et particulièrement le besoin d’intégrer divers domaines de connaissances en tenant compte de l’écosystème tout en répondant aux demandes sociales. L’obtention de cette bourse m’offre l’opportunité de faire de la recherche durant l’été 2022 sur la foresterie autochtone sous la direction du professeur Stephen Wyatt, spécialiste de ce domaine dont les travaux m’ont grandement influencé à m’intéresser à ce sujet.»

Le principe de l'aménagement écosystémique est au cœur du nouveau régime forestier québécois depuis 2013, mais les techniques nécessaires pour appliquer ce principe et pour évaluer les résultats sont encore en développement. Ce défi est particulièrement important dans les forêts du Bas-Saint-Laurent où se retrouvent des peuplements feuillus et mixtes, qui sont très morcelés avec les terres publiques, privées et les zones agricoles.

Publicité


Publicité

Commentez cet article