Publicité

23 mars 2022 - 12:08 | Mis à jour : 15:20

La mobilisation s’organise déjà contre le prolongement de l’autoroute 20 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 12

La volonté du gouvernement du Québec de remettre à l’étude le projet de prolongement de l’autoroute 20 au Plan québécois des infrastructures (PQI) n’a surpris personne à quelques mois des élections, encore moins Mikaël Rioux, un des membres du comité citoyen «Le Pont de la 20, ça tient pas debout». Le citoyen de Trois-Pistoles y voit avant tout de l’opportunisme politique et craint que cette décision traduit un manque de vision à long terme. 

Quelques minutes après l’annonce, effectuée dans le cadre du dépôt du budget provincial, le militant – bien connu pour les combats environnementaux qu’il a menés dans la région et ailleurs au Québec – était d’ailleurs de retour dans l’action afin de recruter des personnes intéressées à se mobiliser contre le projet. 

«On veut mettre en place un premier comité qui aura le mandat de recruter d’autres personnes», a-t-il expliqué, mercredi, au sujet d’une rencontre de réseautage à venir. «Beaucoup de gens de la région veulent s’impliquer pour cette cause-là, et ça fait changement d’il y a 20 ans où on ne comptait que sur une poignée de personnes. On veut aussi aller voir les gens tout le long du tracé. On sait qu’il y a l’opposition à St-Fabien et le Bic, par exemple. On veut donc rallier tout le monde et déjà se mettre en marche chacun dans nos territoires.» 

Le comité citoyen «Le Pont de la 20, ça ne tient pas de bout» existe depuis près d’une décennie dans la région. Dans les dernières années, il avait attiré l’attention lors d’une sortie en règle pour dénoncer ce grand projet routier soutenu par les quatre principaux partis politiques en 2018. 

Depuis, le groupe a continué d’archiver et de commenter l’actualité sur sa page Facebook, mais était peu présent sur la place publique…jusqu’à maintenant. La décision du gouvernement, attendue par de nombreux élus et acteurs socio-économiques du Bas-Saint-Laurent, pour des raisons de sécurité publique et développement économique, a remis le débat à l’avant-plan dans l’Est-du-Québec. 

«C'est inquiétant, mais la panique n'est pas prise non plus, puisque ce n’est pas demain matin que les bulldozers vont débarquer […] On sait que ce sera une lutte longue et éprouvante, mais on veut participer à la réflexion qu’on doit avoir.» 

«UN PROJET INSENSÉ»

Le temps qui passe n’a cependant pas changé d’une miette le discours des opposants au prolongement de l’autoroute 20. Quelque part, la crise climatique et la réflexion sur la dépendance collective au pétrole ont peut-être même solidifié leur argumentaire, estiment-ils. 

«On trouve qu’à l’heure de l’urgence climatique, c’est ridicule et insensé de mettre autant d’argent dans l’asphalte. C’est une vision des années 70, alors qu’il faut se projeter dans l’avenir», souligne Mikaël Rioux. «Ce projet va prendre plus d’une décennie à être réalisé et il va couter presque un milliard de dollars. Où serons-nous au niveau climatique, de l'urgence environnementale, des coûts? Est-ce que ce sera vraiment ça le plus urgent?»

Mikaël Rioux se questionne aussi sur les études qui seront menées avec les sommes prévues au budget, puisque la volonté de Québec n’a pas encore offert de précisions à ce sujet. «Il faudra plus de transparence et vite. Est-ce qu’on recommence à zéro? Est-ce qu’on compte aussi réactualiser l’étude sur le pont et le prolongement jusqu’à la route 293, ce qui avait déjà été fait? On n’a pas ces informations-là en ce moment.» 

PRIORISER LA ROUTE 132

Le comité citoyen est d’avis que les nouvelles études et analyses devront impérativement inclure une comparaison exhaustive entre le prolongement de l’autoroute 20 et l’amélioration de la route 132 . «Ces études doivent définir les besoins nécessaires et les actions à prendre pour assurer la pérennité, l'amélioration et la valorisation de cette route», croit Mikaël Rioux. 

«Les infrastructures routières de l'Est-du-Québec sont directement menacées par les changements climatiques. Sachant que le gouvernement s'apprête à étudier la situation, nous pensons que la priorité doit être mise à s'assurer d'avoir les ressources financières nécessaires à la protection et à l'entretien des infrastructures déjà existantes, et ce avant tout projet de nouvelles routes», a-t-il ajouté.  

Philippe Guilbert, maire de Trois-Pistoles, voit aussi les choses de cette façon. Et c'est pourquoi il croit que l’inscription du projet de prolongement de l’autoroute 20 au PQI est nécessaire. Elle pourra permettre la mise à jour les études et l'obtention de nouvelles expertises en ce sens, se dit-il. 

«C’est un peu ce qu’on voulait, parce que ça va nous permettre d’avoir des données actuelles de la situation. Depuis les dernières études, beaucoup d’eau a coulé sous les ponts et beaucoup de choses ont changé dans nos mentalités quant aux changements climatiques et au développement du territoire. Je crois que les données vont nous permettre de montrer qu’il y a d’autres alternatives, que l’autoroute 20 n’est pas la meilleure solution», a-t-il partagé.    

Depuis son élection, il a toujours maintenu que le prolongement de l’autoroute 20 aurait un impact négatif sur la vitalité économique de la ville de Trois-Pistoles qu’il souhaite protéger. L’exemple local de L’Isle-Verte est une indication de ce qui pourrait attendre Trois-Pistoles, craint-il. «On savait qu’il y avait de risques avant de réaliser le dernier tronçon […] et la réalité a prouvé que ces inquiétudes étaient fondées.» 

Philippe Guilbert ne cache pas appuyer le comité «Le Pont de la 20, ça ne tient pas de bout», notamment parce qu'il constate que son objectif n’est pas seulement de monter le poing en l’air et de manifester. «Je pense que la démarche est bonne. Elle va au-delà de la prise de position. Il y a une volonté de comprendre les enjeux, d’amener des solutions, de faire des propositions et j’embarque là-dedans. Le débat est nécessaire.»

PRÊT À SE METTRE EN ACTION 

Quoi qu’il en soit, le mouvement citoyen sera prêt à se mettre en marche rapidement, même s’il estime avoir un peu de temps devant lui pour bien préparer ses arguments et poursuivre sa mobilisation. 

«On estime que ça prendra quelques années pour que ça avance. Mais si tout déboule rapidement, on sera là», assure Mikaël Rioux, qui précise ne pas avoir l’ambition d’être la tête d’affiche de ce nouveau combat «David contre Goliath». 

Le citoyen, fidèle à lui-même, ne rejette toutefois pas l’idée de faire un coup d’éclat ou deux, si nécessaire. «Avec un ami, on a déjà des idées de tyroliennes géantes, si jamais les bulldozers ressortent», laisse-t-il tomber, faisant un clin d’œil à une action passée pour la sauvegarde de la rivière Trois-Pistoles.

 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

12 réactionsCommentaire(s)
  • Bonjour
    Monsieur Mikaël Rioux pourquoi pas une pétition à la grandeur du Québec. Vous auriez des soutiens de partout. Ce projet est ridicule, rien belle justifie.

    Myrand Serge - 2022-03-25 09:32
  • Je suis pour le prolongement de la 20 on voit la conjection que sa donne en été et les nombreuse accident à St Simon et st fabien e

    Jean pierre Lechasseur - 2022-03-24 22:31
  • Je suis pour la 20 rivière du loup nous a bloquer pendant des années et aujourd’hui sa vas être trois pistole pour protéger les vendeurs de fromage avec la lumière que vous avez pousser et qui ralentie le trafic pour que les gens arrête manger à la fromagerie on aurait fait une passerelle et sa aurais étais encore plus sécuritaire et sa aurais coûté beaucoup moins cher

    Jean guy Caron - 2022-03-24 22:30
  • Ont voi comment trois Pistole a le développement des régions arrêté de penser juste a votre nonbri avec votre fromagerie

    Richard Dionne - 2022-03-24 21:04
  • C’est le temps que ça se fasse ce prolongement là. Ça n’a aucun sens l’attente que tout le monde doit subit sur la route actuelle pour le tourisme et pour les gens qui doivent respecter des heures de travail. S’il ne font pas la 20 qu’il fasse au moins une route de contournement de là fromagerie.

    Denis Lord - 2022-03-24 13:31
  • Il attendent un gros accident avec des morts à cause d’une lumière qui arrête le trafic quand ça prend 2 heures à passer ce n’est pas écologique du tout les camions ils font du sur place avec leur cargaison avec de la boucane qui sort des silencieux et les autos aussi enlever la lumière ou mettez une passerelle ou un tunnel ça va être réglé

    Cyr Hilaire - 2022-03-24 12:24
  • À Robert Dubé
    - et -
    À Jocelyn d’Auteuil

    ❤️ Entièrement d’accord avec vous.

    ❇️ Les opposants doivent comprendre que même pour eux ils doivent saisir cette chance unique qui risque de passer qu’une fois, qu’une seule fois.

    ❇️ En effet, à défaut, l’argent va nécessairement être revendiquée par d’autres régions.

    ❇️ En fait, le choix qui s’offre aux opposants n’en est pas un.

    👉🏿 Pensez-y. Soit ils choisissent le statu quo, soit ils privilégient la sécurité pour tous et l’assurance que «  le bout manquant » devienne une véritable destination.

    André Bernatchez - 2022-03-24 11:13
  • La route doit être terminé enfin , et les flaneux y vous restera la 132 pour ceux qui veulent arreter à tous les poteaux, moi je suis du coin j ai pas le gout de flaner, je le connais le coin, donc faut que ca roule. Si vous voulez perdre votre temps à la fromagerie qui dérange bien du monde. Il y aura toujours la 132

    Robert Dubé - 2022-03-24 08:42
  • Faites ce prolongement au plus vite ça fait assez longtemps que le monde attend. Le chemin des vaches ça doit finir, asez de mort.

    Jocelyn D'Auteuil - 2022-03-24 08:38
  • 👉🏿 Nota Bene # 2 : Je joins également un commentaire que je faisais le 30 novembre 2021, pour valoir comme si ici au long récité, pour votre meilleure convenance et qui me semble pertinent de nouveau.


    ❇️ On jase…

    🔷 Votre région entre Trois-Pistoles et Rimouski, je ne vous l’apprends pas, est unique sauf que…

    🔷 On a toujours aimé la 132; on laisse la 20 au trafic lourd, aux conducteurs pressés ou…

    🔷 Mais lorsqu’on arrive dans la zone entre Trois-Pistoles et Rimouski, c’est frustrant, pour ne pas dire dangereux.

    🔷 Ce n’est pas la place pour rouler tranquillement, pour « flâner » au volant; ce serait irresponsable de se foutre de ceux qui nous collent et qui ont autre chose à faire que de
    se « promener dans le coin ».

    🔶 Il y a quelques années, un ami m’appelle pour me demander de l’accompagner dans son auto pour aller voir la région du Bas-du-fleuve, qu’il ne connaissait pas.

    🔸 On est donc partis de Québec, tôt le matin, en prenant notamment le traversier de Québec vers Lévis, on a emprunté la 132, sans oublier d’entrer plus profondément à l’intérieur de tous les pittoresques villages sur notre route, et d’y arrêter notamment à Kamouraska pour également y festoyer.

    🔸 Au retour de Ste-Flavie, on a dû revenir sur la 132 Ouest; mon ami conducteur, a failli percuter l’arrière d’un véhicule à la hauteur du Bic.

    🔸 À l’évidence il aurait dû accepter que je conduise ce « boutte » entre Rimouski et Trois-Pistoles sauf que…

    🔸 Malgré ce qui précède, j’ai suggéré d’arrêter au Bic pour nous reposer et casser la croûte.

    🔸 « La croûte »❓

    🔶 WoW❗️

    ♥️ ♥️ On a découvert la Table « La Grenouille ». C’était à se rouler par terre. Le tout dans un immeuble incroyable et avec une vue unique.

    🔶 Malgré mon âge avancé, je m’en rappelle encore et je ne manque jamais l’occasion de recommander cet endroit.

    🔸 Depuis, à ma connaissance, ce coin est devenu une véritable destination gastronomique. Encore cet été, de mes proches se sont notamment rendus à la Table de « St-Pierre », plus qu’une fois, les chanceux.

    🔸 Mais à quoi veux-tu en venir pour l’amour du Saint-Ciel❓

    🙏 🙏 🙏 Pour implorer la terminaison dans les meilleurs délais de la 20, entre « 3-Pistoles » et Rimouski, afin que cette magnifique région puisse à la fois être, selon les besoins, une véritable destination ou, « à côté » une voie de passage.

    André Bernatchez - 2021-11-30 18:03

    André Bernatchez - 2022-03-23 18:33
  • ❇️ Nota Bene :
    👉🏿 Le deux janvier 2022 j’avais publié un commentaire concernant la finalisation de la 20, jusqu’à Rimouski, sur le présent site. Je crois utile de le reproduire ci-après, intégralement, pour la meilleure convenance du lecteur. Bonne lecture.


    👉 On jase…

    🔲 La finalisation de la 20 entre Notre-Dame-des-Neiges ( NDDN) et Rimouski

    🔷 Comme certains d’entre-vous le savez déjà je réside à Québec, ce qui ne m’empêche pas de vous trouver chanceux de demeurer dans une aussi belle région.

    🔷 Belle au point d’avoir hâte d’y retourner dans un contexte de fin de pandémie et de faire, entre autres, des découvertes agréables pour plein de choses.

    🔷 Comme je l’ai déjà mentionné sur ce site, en sus, on souhaite pouvoir emprunter la 132 en mode « randonnée » mais, à l‘évidence, pour l’instant, cela s'avèrerait irresponsable notamment eu égard au trafic lourd qui n’a pas le choix d’emprunter cette même voie de circulation.

    🔷 Conséquemment, la région entre NDDN et Rimouski se trouve laissée pour compte ce qui nuit à son plein potentiel de développement.

    🔷 Ai-je besoin d’insister de nouveau que cela constitue également un danger permanent non seulement pour vous, résidents de cette belle contrée, mais également pour tout ce qui touche au tourisme non seulement durant l’été mais tout au long de l’année.

    🔷 En effet, aujourd’hui et encore plus demain, votre belle région a droit, elle aussi, à son plein potentiel de développement.

    🔷 D’ailleurs, sauf erreur de ma part, j’ai souvenir que le Premier ministre Legault a assuré votre région que dès la livraison de la 85 son gouvernement s’engageait à compléter le « vide » existant entre NDDN et Rimouski.

    🔷 Entre-temps, d’avance, je donne mon appui à tout élu sis entre ces deux pôles et qui y mettra du sien pour s’assurer de la livraison du « boutte » manquant pour notamment les raisons ci-haut soutenues.

    🔷 À ce sujet et sans en limiter le bien fondé, permettez-moi d’insister pour que ceux-ci fassent preuve de solidarité pour se servir de leur poids politique afin que le Premier ministre Legault donne instruction, de façon formelle, au MTQ, de poser sans autre délai tout ce qui s’avère nécessaire afin que le premier tronçon à être livré de façon prioritaire le soit entre Notre-Dame-des-Neigess et la 293.

    🔷 Avec respect, « O-K-Zou » que certains élus ou citoyens craindraient que le parachèvement du « boutte » déjà mentionné causerait un tort irréparable à leur patelin, permettez-moi de rappeler de nouveau, qu’ en sus de la sécurité et de l’agrément, que votre coin de pays ne peut se contenter d’être qu’une voie de transit… de transit dangereux.

    🔷 Votre coin de pays a droit de devenir, lui aussi, comme ailleurs en 2022, une Destination verte, reposante, relaxante, sécuritaire ET de Transit lourd.

    🔲 Cas particulier ❓

    ♦️ Non et, malheureusement, c’est à la grandeur du Québec.

    ♦️ Récemment et tout à fait par hasard j’ai noté qu’il y avait un développement où des terrains étaient offerts en vente;

    ♦️ On y voyait un panorama incroyable avec le fleuve comme fonds de décor.

    ♦️ Malheureusement, perso, tout cela s’avérait gâché par une « exposition » de poteaux en bois, de quoi me couper littéralement toute « envie »❗️

    ♦️ 1968, le coin où je demeure :

    💚 Le promoteur de l’époque, en avance sur son temps et étant loin de bénéficier d’un panorama de la qualité de celui ci-haut sommairement décrit, livre le tout de telle façon que « côté fleuve » tous les services, tous sans exception, sont enfouis et que ceux dédiés aux terrains leur faisant face le sont non enfouis mais que depuis l’arrière .

    💚 Autrement dit, on ne voit que des fleurs, des arbustes, du gazon et des arbres majestueux.

    💚 Lorsque nous sommes venus vivre dans ce quartier, hormis le bâtiment, le « rendu » planifié brillamment une vingtaine d’années auparavant nous a convaincu de sauter sur l’occasion et même si on ne vit pas « côté fleuve », on est heureux de notre décision qui remonte à 40 ans… m… que le temps passe vite❗️

    ♦️ Je comprends que Trois-Pistoles a un nouveau et jeune Maire; je lui souhaite… je vous souhaite qu’après lecture de ce qui précède, il sache s’en inspirer.

    P.S. Un descendant basque.

    André Bernatchez - 2022-01-02 11:56

    André Bernatchez - 2022-03-23 17:57
  • Bon bon bon…. Y a juste à trois Pistoles que la 20 ne passe pas. C’est à croire qu’à rimouski ou Lapocatiere ou à mont joli ou à cacouna etc etc les gens sont innocents ? Ou quoi? Voyons donc
    La 20 doit être réalisée ! Les plans seront bien faits. Il faut une meilleure circulation soit fluide partout ! Ce n’est pas un groupuscule de trois pistoles qui devrait dicter ce qui est bon pour la grande région de l’est du Québec et du Québec That is it

    Mario Rioux - 2022-03-23 13:41