Publicité

27 février 2022 - 15:12 | Mis à jour : 18:45

Deuxième manifestation pour la fin des mesures sanitaires à Rivière-du-Loup 

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin
Toutes les réactions 7

La brève tempête de neige qui a frappé la région de Rivière-du-Loup en début d’après-midi n’a pas refroidi les ardeurs de plusieurs dizaines de manifestants qui se sont rassemblés devant la Maison de la culture, ce dimanche 27 février. Ils demandent la fin de l’état d’urgence et l’abolition «complète» des restrictions sanitaires, de même que la tenue d’un discours moins discriminatoire et plus rassembleur. 

C’est la deuxième fois qu’une manifestation du mouvement Action Liberté KRTB, un groupe né sur les réseaux sociaux, est organisée en sol louperivois. Lors d’un premier rendez-vous, à la fin janvier, plus de 500 personnes avaient pris part à la marche pacifique. Cette fois, on en comptait près d’une centaine de tous les âges, dont de nombreux enfants. 

Le mouvement Action Liberté KRTB milite toujours pour la fin de l’état d’urgence sanitaire qui permet aux élus provinciaux de gouverner par décret, la fin des mandats de vaccination obligatoire fédéraux et la fin définitive - et non la suspension temporaire - du passeport vaccinal au Québec. 

«C’est aussi important de se lever pour promouvoir l’inclusion sociale et le dialogue rassembleur, plutôt que d’encourager la division populaire», a lancé dans un discours l’un des organisateurs de l’événement, Simon Fournier.

Si plusieurs manifestants conviennent que «le gouvernement a adouci son discours» dernièrement et que «les choses commencent à aller dans la bonne direction» avec le calendrier d’assouplissements, ils estiment que beaucoup de chemin reste à faire. 

Certaines personnes doutent également des bonnes intentions de Québec qui a annoncé la levée de l’essentiel des mesures sanitaire le 14 mars, puis une volonté de mettre fin à l’état d’urgence sanitaire dès le retour des élus à l’Assemblée nationale. 

«Ils peuvent tout remettre ça plus tard, a indiqué une personne présente. On est tannés et on est là aujourd’hui pour être ensemble.»

«Je ne suis pas contre la liberté des autres, mais il faut commencer par se battre la nôtre», a partagé un autre manifestant. 

SE RÉUNIR

Au-delà des revendications politiques, le simple fait d’avoir une opportunité d’être ensemble et de discuter a poussé plusieurs personnes à se présenter à l’activité de dimanche. «On veut se rassembler pour la simple et bonne raison que nous sommes tannés d’être isolés, réprimés, étouffés […] Ça fait du bien de quitter l’écran et de sentir la chaleur humaine», a expliqué Simon Fournier, sous les applaudissements de la foule. 

«Est-ce qu’on peut encourager la réconciliation, les débats sains, prendre le temps de s’écouter sans se juger? […] La division ne sert à rien», a-t-il ajouté, plus tard. 

Pendant la manifestation, le slogan du mouvement Action Liberté 2022, «Rassembler pour ne pas diviser», a été crié de nombreuses fois. Le mot «liberté» était aussi scandé sans arrêt durant la marche qui s’est déroulée sur les rues Du Rocher, du Domaine, de l’Hôtel-de-Ville et Lafontaine, entre autres, avec une escorte policière. 

Notons que les trompettes, tambours et cris ont cessé près du salon funéraire Marc-André Rioux, par respect pour une famille endeuillée qui y tenait une cérémonie. 
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

7 réactionsCommentaire(s)
  • Et oui .... apprécions la chance que nous avons de vivre en démocratie ou il est permi de s'exprimer et de manifester publiquement dans le respect sans avoir a subir de la répression, des menaces et des insultes.

    Pierre Sénéchal - 2022-02-28 22:40
  • je constate avec étonnement qu'il y a une émergence de spécialistes de la politique internationale et particulièrement du conflit Ukraine-Russie . Ceci dit, je trouve passablement ridicule de se servir du conflit actuel en Ukraine pour discréditer une manifestation pacifique qui n'a pour but que de demander l'abolition des mesures sanitaires qui, soyons franc, impactent durement les gens et particulièrement les ainés, les enfants et les clientèles vulnérables.

    De se servir du désastre de l'Ukraine comme contre argument est passablement ridicule, hautement démagogique et contre productif.

    Pierre Sénéchal - 2022-02-28 22:38
  • Ce n'est pas par choix que la santé publique a pris ces décisions, les hôpitaux débordaient, on va vous envoyer en Russie, vous allez voir que la liberté d'expression et les restrictions sont pas mal pires que ce que nous vivons ici. Il faut apprécier la chance que l'on a de vivre dans une démocratie malgré quelques petits irritants

    rioux ursule - 2022-02-28 15:36
  • J'espère que ces "manifestants de la liberté" réalisent l'immense liberté qu'ils ont de manifester (!) pour n'importe quoi dans notre pays, nos provinces, nos villes. Le parallèle, très facile à faire, avec la situation en Ukraine ou en Russie semble évident.

    Denis Simard - 2022-02-28 11:41
  • Normal qu'il y ait moins de monde avec ce qui se passe à l'étranger, plusieurs ont réalisé la véritable liberté qu'on a déjà ici, dont celle de manifester. Bravo pour l'ordre dans lequel cela s'est déroulé.

    Daniel Breton - 2022-02-28 09:12
  • Hé, les gorlos, aller manifesté en russie ou en chine( liberté), ça va prendre une minute et vous serai en prison sans procès. Penser au 14000 mille mort de la pandémie, c’est vrai, vous n’avez pas peur de mourir, je vous dis quand même, bonne chance.

    Luc Chouinard - 2022-02-27 19:27
  • Il manifeste aussi contre l identité numérique et la reconnaissance fascial que la caq est en train d implanter

    Reggie dunlop - 2022-02-27 18:14