Publicité

26 février 2022 - 06:32 | Mis à jour : 16:30

Déplacement de postes de fonctionnaires en région : un accueil «tiède» de Harold Lebel

Le député de Rimouski à l’Assemblée nationale du Québec, Harold LeBel, accueille tièdement l’annonce du gouvernement Legault, qui prévoit le déplacement en région de 5000 postes de fonctionnaires québécois, dont 2000 d’ici au 30 septembre prochain.

«Évidemment, on ne peut passer sous silence le fait que la CAQ ait attendu l’année électorale pour cette annonce alors qu’elle gouverne depuis trois années et demie, surtout que l’échéance des 2000 premiers postes arrive curieusement trois jours avant le scrutin. Cela étant dit, je conteste la logique expliquée par le premier ministre Legault et sa présidente du Conseil du Trésor, Sonia LeBel, qui veut faire de cette opération une stratégie de développement des MRC dévitalisées. Un bureau pour rassembler des fonctionnaires c’est intéressant, mais il ne faut pas confondre ça avec une véritable stratégie de développement régional», rappelle le député de Rimouski.

«D’abord, il faut se demander de quel type d’emplois il est question ici. La plupart seront attribuées par attrition, pour remplacer ceux libérés par la retraite dans plusieurs ministères et qui pourront s’exécuter à Matane grâce au télétravail. Il ne s’agira vraisemblablement pas de postes de cadres, alors je comprends que pour ce qui est de rendre aux régions leurs directions régionales de ministères, c’est raté. Les libéraux de Philippe Couillard ont accompli un véritable travail de démolition en la matière, par exemple en fermant la direction régionale du ministère de l’Éducation pour transférer la totalité des postes à Québec. Les caquistes disposaient d’une occasion en or pour réparer ce genre d’erreur, mais ils ne l’ont malheureusement pas saisie», déplore monsieur LeBel.

«Je suis content pour Matane, ce seront potentiellement des emplois de plus, il faudra voir à terme, mais j’insiste sur le fait que si c’est sur ce type d’annonce que le gouvernement Legault s’appuie pour se décréter favorable aux régions, c’est bien mince. C’est plutôt en misant sur l’entrepreneuriat, si vivant chez nous, malgré les embûches. C’est aussi en démontrant davantage d’empressement à répondre aux besoins exprimés, par exemple en dévoilant enfin la stratégie de transport aérien régional ou en approuvant et en rendant public le plan stratégique de la Société portuaire du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie», souligne Harold LeBel.
 

Publicité


Publicité

Commentez cet article