Publicité

13 février 2022 - 06:59

Matières organiques : une formule hybride au Témiscouata

Mario Pelletier

Par Mario Pelletier, Journaliste

Toutes les réactions 1

La Régie intermunicipale des déchets de Témiscouata (RIDT) a choisi une formule hybride pour la gestion des matières organiques sur son territoire, un scénario qui répond en tous points aux règles en vigueur.

Ainsi environ 10 000 composteurs domestiques seront distribués gratuitement aux citoyens au printemps prochain et 130 conteneurs à déchets organiques alimentaires seront remis à des commerces et institutions de même qu’aux 19 municipalités du territoire pour les citoyens qui préfèreront cette option.

La réglementation québécoise prévoit que chaque municipalité devra avoir implanté un moyen de gestion des matières organiques accessibles à 100 % des usagers d’ici la fin de 2024. De plus, chaque entreprise qui produit des matières organiques et qui ne participe pas activement à éviter leur enfouissement, pourrait à la même date recevoir des pénalités financières de la part du gouvernement.

«On met tout en place avant le 30 décembre 2022 parce qu’il y aurait des coupures dans les subventions après», a expliqué Maxime Groleau, directeur général de la RIDT. Le projet reçoit près d’un million de dollars en aide financière. Le cout net de son implantation est estimé à 177 000 $ pour environ six mois, soit l’année de mise en place du projet. Par la suite, il faudra prévoir des couts annuels de collecte et de traitement d’environ 200 000 $ par année.

La RIDT a analysé les couts pour une collecte porte-à-porte des matières organiques. «Considérant le vaste territoire de notre MRC, un camion qui effectuerait cette troisième collecte (bac brun) à chaque semaine couterait 350 000 $ de plus chaque année et produirait beaucoup de gaz à effet de serre (GES)», a mentionné M. Groleau. «De plus, selon ce que l’on voit ailleurs, entre 25 et 30 % des résidents utilisent le bac brun», a-t-il ajouté. Le contenu des 130 conteneurs à déchets organiques alimentaires prendra le chemin de l’usine de biométhanisation de la SÉMER située à Cacouna, une entente de deux ans et demi. «Il y aura 130 conteneurs au lieu de 10 000 bacs bruns», a lancé M. Groleau.

Les gens vont choisir la méthode qui leur convient, compostage ou conteneur à déchets organiques. La RIDT mettra en branle une campagne d’information et de sensibilisation. Tous les foyers de la MRC de Témiscouata recevront donc gratuitement un composteur domestique qui sera livré à chaque porte avec, en complément, un récipient de cuisine et une chaudière de 5 gallons étanche pour le transport des résidus alimentaires.

En plus des composteurs domestiques et des conteneurs à déchets organiques alimentaires, le projet comprend des sites pour les matières comme les résidus verts et les branches dans chaque municipalité. Ces dépôts ne seront pas des écocentres et devront recevoir seulement certains types de matériaux. Quatre écocentres sont déjà accessibles sur le territoire de la MRC et reçoivent ces matières. Le cout total d’investissement pour 17 dépôts municipaux est de 55 000 $, lui aussi entièrement pris en charge par la RIDT. Par la suite, il faudra prévoir des couts annuels de transport et de traitement d’environ 35 000 $ par année.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • je comprend pas aider moi le semer jette tous le compost dans le champs il le donne a un farmer qui le met dans le champ oui il le donne sa fait que cette usines vaut rien de rien

    simon dumont - 2022-02-13 15:33