Publicité

3 février 2022 - 15:04 | Mis à jour : 18:33

Bernard Généreux, entre démission du chef conservateur et manifestation à Ottawa

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

Alors que la dernière semaine a été mouvementée sur colline du Parlement à Ottawa avec la manifestation des camionneurs et le départ du chef du Parti conservateur Erin O’Toole, le député conservateur Bernard Généreux est convaincu que les différentes franges de son parti politique sauront s’unir et se relever pour sélectionner le candidat successeur de Justin Trudeau à la tête du pays.  

«C’est inédit de mener une course au leadership et ensuite une campagne électorale en pleine pandémie. Erin et sa famille méritent notre respect et notre admiration pour ce travail et ce sacrifice envers autrui, qui n’est pas toujours facile», a déclaré le député de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup.

À la suite du vote de confiance tenu le 2 février, 73 des 118 députés du Parti conservateur ont montré la porte à Erin O’Toole. Pour rester en place, il aurait eu besoin de l’appui de plus de 50 % des membres de son caucus. Bernard Généreux a refusé de dévoiler son vote. Il indique que la procédure s’est déroulée dans le respect.

«Depuis que je suis dans le parti, on est des gens avec des différences, mais elles ne sont pas à ce point éloignées qu’on ne peut pas être unis […] On a toujours été capables de s’unir autour de choses qui nous sont communes malgré nos différences. Je suis convaincu que le Parti conservateur du Canada saura se relever et saisir cette opportunité pour aller vers l’avant à l’intérieur du conservatisme canadien», indique Bernard Généreux.

Selon plusieurs observateurs, l’opposition et le vote de confiance concernant Erin O’Toole provenait de l’aile plus à droite du parti, qui lui reprochait ses positions concernant la taxe de carbone, les armes à feu, ses déclarations concernant le convoi des camionneurs à Ottawa et l’adoption de la loi bannissant les thérapies de conversion.

«Je dois avouer que la semaine dernière, quand nous avons eu notre caucus avant la rentrée, il y avait une froideur. Il y a eu une accumulation de certains éléments à la direction qui accompagne Erin O’Toole. On lave notre linge sale en famille. C’est normal que ces éléments peuvent se produire dans un parti politique», ajoute le député conservateur.

M. Généreux espère qu’un nouveau chef du Parti conservateur sera élu avant la rentrée à l’automne. Lors de la dernière course à la chefferie, Bernard Généreux avait donné son appui à Peter MacKay, qui avait été battu par Erin O’Toole à la tête de la formation politique en aout 2020.

«C’est une valeur fondamentale pour moi que d’avoir un prochain chef qui va être capable de s’exprimer dans les deux langues. Cela fait partie des éléments sur lesquels je base mes choix», ajoute M. Généreux. C’est la députée de la circonscription de Portage-Lisgar, au Manitoba, Candice Bergen, qui sera la cheffe intérimaire du Parti conservateur du Canada.

Un changement au système de pointage pour la course à la chefferie du parti a été apporté en 2021. Pour choisir le chef, une circonscription qui compte 50 membres, par exemple, ne comptera plus pour 100 points, mais plutôt pour 50. Le maximum par circonscription sera toutefois fixé à 100 points. «Notre responsabilité, c’est de nous assurer que dans les 78 circonscriptions au Québec, il y aura minimalement 100 membres d’ici au prochain vote. Nous avons environ 150 membres dans notre association de Montmagny-L’Islet-Kamouraska-Rivière-du-Loup, mais on ne fait pas de recrutement de façon intensive […] On est capable d’aller en chercher beaucoup plus pour que chacune ait le même poids», affirme Bernard Généreux.

IMPASSE À OTTAWA

La manifestation menée par des camionneurs à Ottawa, qui paralyse le centre-ville depuis maintenant six jours ne peut pas durer plus longtemps, estime Bernard Généreux. Selon lui, le gouvernement doit saisir la balle au bond pour essayer de trouver une façon de régler cette situation. «Il y a une ‘’écoeurantite’’ aiguë de la part de la population. Au Parlement, on est dans des locaux bien isolés, on n’entend pas trop ce qui se passe», réagit le député.

Il estime que c’est le premier ministre du Canada Justin Trudeau qui est responsable de la situation actuelle à Ottawa et il croit qu’il agit de sorte à diviser la population. «Il n’a pas été en mesure de concilier la problématique du camionnage et des échanges entre les États-Unis et le Canada dans la mesure de la vaccination obligatoire mise en place aux frontières. Si au Québec on a été capables de faire des accommodements pour permettre aux infirmières ou aux médecins non vaccinés de continuer à travailler, je ne vois aucune raison pour laquelle les camionneurs n’auraient pas pu avoir le même type d’accommodements.»

Bernard Généreux précise qu’il n’est pas en faveur du retrait complet des mesures sanitaires. Il encourage également la vaccination et le droit de protester, dans le respect.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Avec le manque de cohérence et son manque de sérieux, le parti est-il une frange du parti mené par Maxime Bernier ??

    Michel LEBEL - 2022-02-05 08:30