Publicité

25 novembre 2021 - 10:15

Du mouvement à l’entrée ouest de Rivière-du-Loup en 2022

Marc-Antoine Paquin

Par Marc-Antoine Paquin, Journaliste

Twitter Marc-Antoine Paquin

Voilà maintenant plus de 15 ans que le développement de l’entrée ouest de la Ville de Rivière-du-Loup fait partie des priorités ou points d’intérêts des différents conseils municipaux. Ce dossier est aussi sans surprise sur le bureau de travail du maire Mario Bastille. Et tout porte à croire que des avancées concrètes auront lieu sous sa gouverne. 

Ainsi, après des promesses électorales, des souhaits bien intentionnés et un réaménagement complet du secteur au cours de la dernière décennie, différentes démarches administratives devraient enfin aboutir. Des développements devraient ainsi être observés en 2022, une année qui servira aussi de tremplin, espère-t-on, vers la concrétisation des visées pour ce secteur névralgique. 

Au sud, la Ville travaillera avec les promoteurs privés afin d’offrir des services et d’aménager des rues, des démarches qui faciliteront ensuite la vente des terrains. Au nord, de récentes avancées avec le ministère des Transports ouvrent la porte à de réelles avancées, se réjouit la Ville. 

Le 22 novembre, lors d’une allocution précédant sa première séance ordinaire du conseil municipal à titre de maire, Mario Bastille a assuré que le développement de l’entrée ouest faisait partie des dossiers prioritaires des nouveaux élus. Il a notamment évoqué la partie sud, derrière l’Hôtel Universel et non loin du concessionnaire Mazda. 

«Ça fait longtemps qu’on en parle. Au cours de l’année 2022, on devrait voir de la machinerie lourde, puisqu’on souhaite y effectuer des travaux de lotissement et l’aménagement de nouvelles rues. L’aqueduc et les égouts devront aussi être disponibles», a-t-il dit. 

En entrevue, il a expliqué que les propriétaires des terrains sont prêts à aller de l’avant et il n’y a plus d’embuches liées à la protection des milieux humides avec le ministère. La Ville est aussi impliquée comme promoteur, puisqu’elle y possède aussi des parcelles. «J’ai eu une récente rencontre avec le directeur général de la Ville, l’équipe du Service , le trésorier et des promoteurs», a confirmé Mario Bastille. 

«Il y a de l’intérêt pour ce secteur, il y a des entrepreneurs qui sont prêts à se bâtir du commercial dans ce coin-là», a-t-il ajouté. 

AU NORD

Des développements pourraient aussi être possibles sur le terrain situé au nord de l’Hôtel Universel et du boulevard de l’Hôtel-de-Ville, dont la superficie est estimée à 48 000 mètres carrés. À la mi-octobre, le ministère des Transports du Québec a confirmé son intention de libérer la Ville de Rivière-du-Loup de ses obligations envers lui dans le dossier de l’entrée ouest.

Il faut comprendre qu’en vertu d’une entente datant de 2006, la Ville devait faire valider par le Ministère toute intervention dans ce secteur névralgique et lui verser une compensation financière pour chaque parcelle du lot qui serait éventuellement vendue. Mais ce ne sera plus le cas. 

«Nous nous sommes entendus», s’est réjoui le maire Mario Bastille, donnant le crédit à la mairesse Sylvie Vignet. La Ville de Rivière-du-Loup versera 2 M$ au ministère à titre de compensation finale et définitive, une entente qui a été négociée avant le départ de Mme Vignet. 

«On vient de sauver une étape importante. Avant, si on avait un promoteur qui déposait un projet avec un budget, il fallait regarder ça avec lui, mais aussi négocier avec le ministère. Maintenant, on attendra plus. On a acheté le terrain et on n’a plus de droits compensatoires à verser […] On a les coudées franches», a expliqué M. Bastille, soutenant que les compensations auraient pu s’élever à plus de 6 M$, un montant très élevé. 

La Ville évalue d’ailleurs que la valeur des terrains concernés dépasse largement le montant de compensation offert. Et c’est elle qui gardera les gains éventuels, une situation gagnante. «Avec un terrain acheté à 2 M$, évalué à 4,5 M$, on est en bonne posture. Si jamais on le vendait ne serait-ce qu’un million de plus, c’est de l’argent qui arrive dans les coffres de la Ville. Sans oublier les revenus de taxes qui vont aussi rentrer éventuellement.»

Rappelons qu’en novembre 2018, un concept pour le développement de l’entrée correspondant à la sortie 507 de l’autoroute 20 avait été présenté devant la population lors d’une soirée d’information à ce sujet. Celui-ci est toujours d’actualité, mais la Ville ne souhaite pas y être restreinte dans la suite des choses. 

«On veut tendre vers ça, mais on est ouverts à s’asseoir avec les promoteurs pour regarder le projet, voir la faisabilité de ça et s’ajuster au besoin. On ne veut pas être fermés. Au contraire, on veut s’asseoir avec ces gens-là et voir les opportunités qui se présentent pour eux et en même temps pour le développement de notre ville.»

La forme que prendra ce projet est toujours en cours de discussion à la Ville. Un appel de propositions, la vente en parcelles de terrain ou l’achat d’un lot complet par un promoteur font tous partie de formes considérées, mais rien ne peut être confirmé pour l’instant.

«On ne commencera pas à pelleter la semaine prochaine. On va travailler beaucoup sur le secteur sud au cours de la prochaine année, mais parallèlement, on peut monter des projets. Quand un promoteur vient déposer un projet, il y a un paquet de choses à travailler avec la Ville, alors ça va nous permettre d’avancer cela au cours des prochains mois», souligne le maire. 

«On va se donner le temps de bien faire les choses, mais on est bien avancés, ça va bien.»

Publicité


Publicité

Commentez cet article