Publicité

26 novembre 2021 - 06:59

Des toilettes universelles au Cégep de Rivière-du-Loup à partir de décembre

Andréanne Lebel

Par Andréanne Lebel, journaliste

Toutes les réactions 1

À l’instar de plusieurs autres établissements d’enseignement au Québec, la direction du Cégep de Rivière-du-Loup a pris la décision de convertir ses salles de bains en toilettes universelles (ou non genrées). Ce changement sera effectif graduellement à partir du 1er décembre et il soulève aussi des inquiétudes.

Info Dimanche a été contacté par une personne mise au fait de cette modification future qui souligne le manque d’intimité dans les cabines de certaines salles de bains du Cégep de Rivière-du-Loup. «Il y a des craques d’un demi pouce (entre la porte de la cabine et l’embrasure). Tout le monde va pouvoir entrer maintenant et c’est zéro intime. Je n’ai rien contre les toilettes universelles, quand ce sont des cabines fermées comme au Centre Premier Tech. Je pense qu’il y a des changements à faire. On ne sait pas qui se trouve à côté de nous», explique-t-elle.

De son côté, le directeur général du Cégep de Rivière-du-Loup René Gingras indique que la demande d’instaurer des toilettes universelles a été adressée par l’Association générale des étudiants du Cégep de Rivière-du-Loup il y a un an environ. Les circonstances ont fait en sorte que leur mise en place a été retardée. Il assure que le changement sera fait progressivement. «Il y a un enjeu en lien avec l’intimité. On commencera avec deux salles de bains d’abord», ajoute-t-il. M. Gingras précise que des toilettes non genrées se trouvaient déjà près du service de la formation continue et des services administratifs.

«De plus en plus, on voit cela au Québec et partout dans le monde pour des gens de la diversité sexuelle et de genre, en questionnement ou pour les personnes transgenres qui ressentent un certain malaise avec l’utilisation des salles de bains. On veut faire en sorte de diminuer leur stress et d’améliorer leur santé mentale», complète M. Gingras.

Selon lui, cette modification relève du même ordre que l’aménagement de toilettes pour les personnes à mobilité réduite dans toutes les salles de bains de l’établissement d’enseignement. «Maintenant, ce n’est plus remis en question. Même si ça touche un très faible nombre de personnes, c’est le même principe qui s’applique […] Le changement ne se fera pas mur à mur. Pour les vestiaires, ça ne changera pas. Pour les toilettes individuelles, aller dans ce sens ne pose aucune difficulté»». L’intimité des cabines sera améliorée et l’affichage changera pour l’indication «toilettes» sans mention de genre, ce qui ne représentera pas de couts majeurs pour l’établissement.

Le Cégep de Rivière-du-Loup n’est pas le premier établissement scolaire à apporter ce changement. Ce fut le cas à l’Université de Montréal en 2015, l’UQÀM, l’Université de Sherbrooke, puis l’Université Laval en 2018. Le Cégep de Trois-Rivières a mis à la disposition de ses étudiants des toilettes non genrées lors de la rentrée scolaire en 2021. La mise en place des allègements pour la modification du changement de sexe à l’État civil en 2015 et l’adoption de la Loi visant à renforcer la lutte contre la transphobie et à améliorer notamment la situation des mineurs transgenres ont accéléré cette réflexion. La Charte des droits et libertés de la personne a été modifiée en 2016 afin d'ajouter l'identité et l'expression de genre aux motifs de discrimination interdits afin de conférer une protection explicite aux personnes transgenres.

Publicité


Publicité

Commentez cet article

Toutes vos réactions

1 réactionsCommentaire(s)
  • Mais c'est complètement ridicule. Des toilettes non-genrees, il faut avoir du temps et de l'argent à perdre.

    Castonguay Richard - 2021-11-26 08:05